PindoramaBahiaflaneur
journaliste indépendant et secrétaire de rédaction
Abonné·e de Mediapart

266 Billets

0 Édition

Billet de blog 8 déc. 2021

Brésil : le « jogo do bicho », hydre mafieuse centenaire et assassine

Auteur en 2020 de l'enquête "Nothing by accident: Brasil on the edge", remarqué par le journaliste G. Greenwald, l'enquêteur indépendant Damian Platt, qui vit à Rio, a participé le 2/12 à l'une des tables rondes en ligne, en langue anglaise, autour du crime organisé transnational - produite par la Conference on Global Organized Crime (OC24) - diffusée en direct 24h/24 les 1 et 2/12.

PindoramaBahiaflaneur
journaliste indépendant et secrétaire de rédaction
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Damian Platt trace plusieurs cercles concentriques autour des structures criminelles, miliciennes, stupéfiantes et policières, qui enserrent et gèrent l'ensemble de l'organisation et du déploiement tentaculaire du jeu de hasard "jeu de l'animal" ("jogo do bicho", fondé en 1889) dans l'Etat de Rio de Janeiro et plus généralement au Brésil, le 2 décembre 2021.
Un jeu de hasard qui fait partie de l'entrelacs paramilitaire et miliciano-économique qui est mêlé à la double exécution toujours non résolue, en 2018, de la conseillère municipale Marielle Franco et de son chauffeur, tout comme la traque et l'exécution à Bahia en février 2020, sans témoin non policier, du milicien Adriano da Nóbrega, ex policier militaire, tueur à gages et chef de milice, étroitement lié à la famille Bolsonaro. Trois victimes parmi des dizaines et des dizaines d'autres, sortes d'issues de labyrinthes sanguinaires empruntés par l'ensemble des composants du crime organisé national, soudés par les rentes de cette loterie, qui emploie, directement et indirectement, cinq cent mille Brésiliens dont au moins cent mille cariocas, et facture bien plus de quinze milliards de reais (2,5 milliards d'euros) annuellement dans le pays...

 
L'ample programmation de ces rencontres en ligne sur le thème des violences policières et de toutes autres natures a pu brasser pleinement les actualités de cette rubrique.
OC24 est une co-production du néerlandais Center for Information Research on Organised Crime (Ciroc), de l'européen Standing Group on Organized Crime (ECPR-SGOC), de l'International Association for the Study of Organized Crime (IASOC) et de la suisse The Global Initiative against Transnational Organized Crime (GI-TOC).
  
 ------------
Le traducteur, chercheur et producteur Damian Platt né au Kenya, qui a étudié en Ecosse, est actif sur le réseau social Twitter.
 
 

Damian Blatt, le 2/12/2021 (à partir de 19'). © Global Initiative Against Transnational Organized Crime

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Asie
En Afghanistan, la faim provoque le chaos
La crise alimentaire est dramatique en Afghanistan. À Hérat, ce dimanche, une foule affamée a dépassé les autorités talibanes. Reportage.
par Rachida El Azzouzi et Mortaza Behboudi
Journal — Extrême droite
Hauts fonctionnaires, cadres sup’ et déçus de la droite : enquête sur les premiers cercles d’Éric Zemmour
Alors qu’Éric Zemmour a promis samedi 22 janvier, à Cannes, de réaliser « l’union des droites », Mediapart a eu accès à la liste interne des 1 000 « VIP » du lancement de sa campagne, en décembre. S’y dessine la sociologie des sympathisants choyés par son parti, Reconquête! : une France issue de la grande bourgeoisie, CSP+ et masculine. Deuxième volet de notre enquête.
par Sébastien Bourdon et Marine Turchi
Journal — Outre-mer
Cette France noire qui vote Le Pen
Le vote en faveur de l’extrême droite progresse de façon continue dans l’outre-mer français depuis 20 ans : le Rassemblement national (RN) de Marine Le Pen est le parti qui y a recueilli le plus de voix au premier tour en 2017. Voici pourquoi cela pourrait continuer.
par Julien Sartre
Journal
Les défections vers Zemmour ébranlent la campagne de Marine Le Pen
Le départ de Gilbert Collard, après ceux de Jérôme Rivière ou de Damien Rieu, fragilise le parti de Marine Le Pen. Malgré les annonces de prochains nouveaux ralliements, le RN veut croire que l’hémorragie s’arrêtera là.
par Lucie Delaporte

La sélection du Club

Billet de blog
Pour que jamais nous ne trions des êtres humains aux portes des hôpitaux
Nelly Staderini, sage-femme, et Karelle Ménine ont écrit cet billet à deux mains afin de souligner l'immense danger qu'il y aurait à ouvrir la porte à une sélection des malades du Covid-19 au seuil des établissements hospitaliers et lieux d'urgence.
par karelmenin
Billet de blog
Toulouse : un désert médical est né en décembre au cœur de la ville rose !
[Rediffusion] Questions au gouvernement, mardi 11 décembre, Assemblée nationale, Paris. Fermeture du service de médecine interne à l’hôpital Joseph-Ducuing de Toulouse… Plus de médecine sans dépassement d’honoraires au cœur de la ville rose. Toulouse privée de 40 lits pouvant servir pour les patients Covid (vaccinés ou pas…)  Plus de soins cancer, VIH etc !
par Sebastien Nadot
Billet de blog
Les urgences et l'hôpital en burn-out !
On connaît par cœur ce thème souvent à l'ordre du jour de l'actualité, qui plus est en ce moment (une sombre histoire de pandémie). Mais vous ne voyez que le devant de la scène, du moins, ce qu'on veut bien vous montrer. Je vais donc vous exposer l'envers du décor, vous décrire ce que sont vraiment les urgences d’aujourd’hui ! Et il y a fort à parier que si l'ensemble des Français connaissaient ses effets secondaires, il en refuseraient le traitement, au sens propre comme au figuré !
par NorAd4é
Billet de blog
L’éthique médicale malade du Covid-19 ? Vers une banalisation du mal
Plus de deux ans maintenant que nous sommes baignés dans cette pandémie du Covid19 qui a lourdement impacté la vie et la santé des français, nos structures de soins, notre organisation sociale, notre accès à l’éducation et à la culture, et enfin notre économie. Lors de cette cinquième vague, nous assistons aussi à un nouvel effet collatéral de la pandémie : l’effritement de notre éthique médicale.
par LAURENT THINES