PindoramaBahiaflaneur
Secrétaire de rédaction (free lance)
Abonné·e de Mediapart

322 Billets

0 Édition

Billet de blog 8 déc. 2021

Brésil : le « jogo do bicho », hydre mafieuse centenaire et assassine

Auteur en 2020 du livre-enquête "Nothing by accident: Brasil on the edge", remarqué par le journaliste G. Greenwald, l'enquêteur indépendant Damian Platt, qui vit à Rio, a participé le 2/12 à l'une des tables rondes en ligne, en langue anglaise autour du crime organisé transnational -produite par la Conference on Global Organized Crime (OC24)- diffusée en direct 24/24h les 1 et 2/12.

PindoramaBahiaflaneur
Secrétaire de rédaction (free lance)
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Damian Platt trace plusieurs cercles concentriques autour des structures criminelles, miliciennes, stupéfiantes et policières, qui enserrent et gèrent l'ensemble de l'organisation et du déploiement tentaculaire du jeu de hasard "jeu de l'animal" ("jogo do bicho", fondé en 1889) dans l'Etat de Rio de Janeiro et plus généralement au Brésil, le 2 décembre 2021.
Un jeu de hasard qui fait partie de l'entrelacs paramilitaire et miliciano-économique qui est mêlé à la double exécution toujours non résolue, en 2018, de la conseillère municipale Marielle Franco et de son chauffeur, tout comme la traque et l'exécution à Bahia en février 2020, sans témoin non policier, du milicien Adriano da Nóbrega, ex policier militaire, tueur à gages et chef de milice, étroitement lié à la famille Bolsonaro. Trois victimes parmi des dizaines et des dizaines d'autres, sortes d'issues de labyrinthes sanguinaires empruntés par l'ensemble des composants du crime organisé national, soudés par les rentes de cette loterie, qui emploie, directement et indirectement, cinq cent mille Brésiliens dont au moins cent mille cariocas, et facture bien plus de quinze milliards de reais (2,5 milliards d'euros) annuellement dans le pays...

 
L'ample programmation de ces rencontres en ligne sur le thème des violences policières et de toutes autres natures a pu brasser pleinement les actualités de cette rubrique.
OC24 est une co-production du néerlandais Center for Information Research on Organised Crime (Ciroc), de l'européen Standing Group on Organized Crime (ECPR-SGOC), de l'International Association for the Study of Organized Crime (IASOC) et de la suisse The Global Initiative against Transnational Organized Crime (GI-TOC).
  
 ------------
Le traducteur, chercheur et producteur Damian Platt né au Kenya, qui a étudié en Ecosse, est actif sur le réseau social Twitter.
 
Ci-dessous, un article de Platt, de 2013, en anglais et en PDF, sur les grèves de la même année, intitulé "

"It started with a bus fare increase ..." © Damian Platt (pdf, 602.2 kB)

"
 
 
 
Le livre publié en 2020, "Nothing by accident: Brazil on the edge", de Damian Platt est disponible à l'achat ICI.
 

Damian Platt, le 2/12/2021 (à partir de 19'). © Global Initiative Against Transnational Organized Crime

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — France
Fausse rétractation de Takieddine : sur la piste d’un « cabinet noir » au service de Sarkozy
L’enquête sur l’interview arrangée de Ziad Takieddine révèle les liens de plusieurs mis en cause avec le clan Sarkozy et leur volonté de « sauver » l’ancien président, mais aussi ses anciens collaborateurs, Brice Hortefeux et Thierry Gaubert, également mis en examen dans l’affaire libyenne.
par Karl Laske et Fabrice Arfi
Journal — Terrorisme
Les confidences du commissaire des services secrets en charge des attentats du 13-Novembre
Le commissaire divisionnaire SI 562 – le nom de code le désignant – a dirigé la section chargée des enquêtes judiciaires liées au terrorisme islamique à la DGSI, entre 2013 et 2020. Il offre à Mediapart une plongée inédite dans les arcanes du service de renseignement.
par Matthieu Suc
Journal — Justice
À Marseille, des juges font reculer l’incarcération à la barre
L’aménagement de peine, par exemple le bracelet électronique, prononcé dès le jugement, est une possibilité qui n’avait jamais décollé avant 2020. Mais à Marseille, la nouvelle réforme de la justice et la volonté d’une poignée de magistrats ont inversé la tendance. Reportage en comparution immédiate.
par Feriel Alouti
Journal — Politique
Violences conjugales : le jugement qui condamne le candidat LREM Jérôme Peyrat
Investi par la majorité présidentielle malgré sa condamnation pour violences conjugales, l’ancien conseiller d’Emmanuel Macron continue de minimiser les faits. Mais le jugement rendu en septembre 2020 par le tribunal correctionnel d’Angoulême note que Jérôme Peyrat a « adapté sa version » aux stigmates, physiques et psychologiques, constatés sur son ex-compagne, ayant occasionné 14 jours d’ITT.
par Ellen Salvi

La sélection du Club

Billet de blog
Un poète palestinien : Tawfik Zayyad
Cette poésie simple, émouvante, populaire et tragique a circulé d'abord sous les tentes des camps de réfugiés, dans les prisons avant d'être lue, apprise et chantée dans toute la Palestine et dans tout le monde arabe.
par mohamed belaali
Billet de blog
La chanson sociale, comme levier d’empowerment Bernard Lavilliers en concert
Dans la veine de la chanson sociale française, l’artiste Bernard Lavilliers transmet depuis plusieurs décennies la mémoire longue des dominés, leurs souffrances, leurs richesses, la diversité des appartenances et propose dans ses narrations festives et musicales. Balzac disait que «Le cabaret est le Parlement du peuple ». En quoi la chanson sociale est-elle un levier de conscience politique ?
par Béatrice Mabilon-Bonfils
Billet de blog
La clique de « Kliniken » vue par Julie Duclos
Quinze ans après Jean-Louis Martinelli, Julie Duclos met en scène « Kliniken » du dramaturge suédois Lars Noren. Entre temps l’auteur est décédé (en 2021), entre temps les guerres en Europe ont continué en changeant de pays. Immuable, la salle commune de l’hôpital psychiatrique où se déroule la pièce semble jouer avec le temps. Troublant.
par jean-pierre thibaudat
Billet de blog
La comédie des catastrophes
Au Théâtre de la Bastille, le collectif l'Avantage du doute dresse un hilarant portrait de la société contemporaine pour mieux en révéler ses maux. De l’anthropocène au patriarcat, de la collapsologie aux comédiennes mères ou non, du besoin de tendresse des hommes, « Encore plus, partout, tout le temps » interroge les logiques de puissance et de rentabilité par le biais de l’intime.
par guillaume lasserre