PindoramaBahiaflaneur
Secrétaire de rédaction (free lance)
Abonné·e de Mediapart

346 Billets

0 Édition

Billet de blog 9 mai 2022

BRÉSIL Une startup israélienne de cybersécurité surveillera le scrutin présidentiel

Proche de Bolsonaro, chef de la cyberdéfense des 3 armées, le général Portella a signé en mars une coopération, non détaillée publiquement, avec CySource, société israélienne de cybersécurité - qui a dans ses cadres l'ex-directeur des technologies du gouvernement Bolsonaro - pour le scrutin d'octobre. Portella a toujours douté du mode et du processus de dépouillement du vote électronique.

PindoramaBahiaflaneur
Secrétaire de rédaction (free lance)
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Le général brésilien Héber Garcia Portella pendant une visite au général américain Joseph Calloway, chef des ressources humaines de l'armée de terre des USA, en mars 2020. © Facebook - U.S. Southern Command

Le général Héber Garcia Portella, commandant de la cyberdéfense des trois armées brésiliennes (ComDCiber), a été chargé de signer un accord de coopération avec la société israélienne de cybersécurité CySource, en mars 2022. Portella avait été indiqué  par les forces armées, en septembre 2021 pour participer à une commission créée par le Tribunal supérieur électoral (TSE)  pour superviser le processus électoral d'octobre 2022.
A ce poste, Portella a tenu à souligner les risques et les faiblesses présumés du système de vote brésilien. Cette société israélienne engagée compte parmi ses cadres, comme country manager, l'analyste de systèmes  Hélio Cabral Sant'ana, ancien directeur des technologies de l'information du secrétariat général de la présidence de la République dans le gouvernement militaire de Jair Bolsonaro.
 

Hélio Cabral Sant'ana. © DR

En mars 2022, lorsqu'il a quitté le gouvernement fédéral, Sant'ana a été l'un des représentants de CySource lors de la célébration du terme de la coopération de la société avec l'armée brésilienne pour la formation des militaires à la cyberdéfense. L'accord a été signé le 25 mars 2022, pour une durée de 12 mois, dans l'ambassade brésilienne à Tel Aviv. La réunion a rassemblé le colonel Jaques Flório Simplício, attaché de défense brésilien en Israël, l'ambassadeur du Brésil en Israël, Gerson Menandro Garcia de Freitas, et Shai Alfasi, cadre (chief technology office) de la société CySource.
Jusqu'à présent, les détails de l'accord de coopération ne sont pas publics. Sur la plateforme informatique du gouvernement fédéral ("Portal da Transparência"), il n'y a aucun document relatif à la négociation. L'entreprise n'apparaît pas non plus comme un fournisseur ou un prestataire de services du gouvernement.
 
" Nous allons permettre à l'armée brésilienne de bénéficier d'une gamme complète de formations, en adaptant tous les contenus pour répondre aux besoins qui ont été identifiés ", a déclaré Sant'ana, dans une déclaration publiée par les deux parties après la réunion.
Selon la note de CySource parmi les concepts couverts par la formation figurent : l'analyse des logiciels malveillants (malware), les principes fondamentaux des réseaux, la réponse aux cyber incidents, red team*, la criminalistique numérique et les tests d'intrusion dans des systèmes critiques.
 

Le CV de Hélio Cabral Sant'ana (pdf, 182.2 kB)


En plus d'avoir dirigé les politiques de technologie de l'information à la présidence de la République sous le gouvernement Bolsonaro, Hélio Cabral Sant'ana a été premier lieutenant de l'armée de terre, de janvier 2009 à mars 2013. Pour quitter le pouvoir exécutif et assumer le poste à CySource, il avait l'autorisation de la Commission d'éthique publique de la présidence (CEP).
 
L'ancien directeur informatique de la présidence de la République n'est pas le seul représentant de la société israélienne à avoir servi dans les forces armées. Comme lui, le directeur des ventes mondiales (sales manager) de CySource, Luiz Katzap, a été lieutenant dans l'armée de terre du Brésil, du mois de février 2008 à celui d'août 2016.
 
CySource a été fondée par des vétérans des forces de défense militaires israéliennes. Après avoir travaillé pendant des années dans le domaine de la cybersécurité pour des organisations militaires, CySource affirme disposer de "la meilleure plateforme d'éducation et de formation à la cybersécurité basée en Intelligence Artificielle [IA] au monde".

Le PDG de CySource, Amir Bar-El, comme les autres fondateurs de la société, a une expérience dans le secteur israélien de la défense. Il a travaillé dans les unités de renseignement du Mossad, les services secrets israéliens. Plus tard, il a fait carrière dans le secteur privé.
 
Intronisé au commandement de la cyberdéfense en mai 2021 par le ministre de la défense de l'époque, le général Fernando Azevedo e Silva, Héber Garcia Portella était auparavant instructeur à l'Academia Militar das Agulhas Negras (Aman) et à l'Académie de guerre de l'armée chilienne. Portella a également été commandant du 28e bataillon d'infanterie légère à Campinas, dans l'Etat de São Paulo. En tant que général, il était à la tête du Commandement militaire du Nord-Est (CMNE), basé à Recife, capitale de l'Etat du Pernambuco.
 
En 2020, en tant que responsable des ressources humaines de l'armée, le général Héber Garcia Portella s'est rendu aux États-Unis, où il a rencontré le général commandant Joseph Calloway, qui occupait un poste similaire dans l'armée américaine. "Après le traditionnel échange de cadeaux entre M. Calloway et le lieutenant-général Heber Garcia Portella, directeur de la direction de la gestion des ressources humaines de l'armée brésilienne, les deux dirigeants ont discuté des programmes, des politiques, de la gestion et du développement des soldats de l'armée américaine, en mettant l'accent sur le processus d'alignement des talents de l'armée", indique un communiqué publié par le commandement sud de l'armée américaine.
 
  
(*) Red team : une opération "Red Team" est une attaque réaliste mais sans les effets négatifs. L’objectif est de déterminer quelles sont les actions malveillantes qu’un groupe d’attaquants peut réaliser et à quel moment est-on capable de les détecter. 
------------------
 
Source : Brasil de Fato.
 

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal
Affaire Abad : une élue centriste dépose plainte pour tentative de viol
Selon nos informations, Laëtitia*, l’élue centriste qui avait accusé, dans Mediapart, le ministre des solidarités d’avoir tenté de la violer en 2010, a porté plainte lundi 27 juin. Damien Abad conteste « avec la plus grande fermeté » les accusations et annonce une plainte en dénonciation calomnieuse.
par Marine Turchi
Journal — France
Opération intox : une société française au service des dictateurs et du CAC 40
Une enquête de Mediapart raconte l’une des plus grandes entreprises de manipulation de l’information intervenue en France ces dernières années. Plusieurs sites participatifs, dont Le Club de Mediapart, en ont été victimes. Au cœur de l’histoire : une société privée, Avisa Partners, qui travaille pour le compte d’États étrangers, de multinationales mais aussi d’institutions publiques.
par Fabrice Arfi, Antton Rouget, Tomas Madlenak et Lukas Diko (ICJK)
Journal
Le procès des attentats du 13-Novembre
Le procès des attentats du 13-Novembre a débuté mercredi 8 septembre à Paris. Durant neuf mois, vingt accusés vont devoir répondre du rôle qu’ils ont joué dans cette tuerie de masse. Retrouvez ici tous nos articles, reportages, enquêtes et entretiens, et les chroniques de sept victimes des attentats.
par La rédaction de Mediapart
Journal — International
Tragédie aux portes de l’Europe : des politiques migratoires plus mortelles que jamais
Vendredi 24 juin, des migrants subsahariens ont tenté de gagner l’Espagne depuis Nador, au Maroc, où des tentatives de passage se font régulièrement. Mais cette fois, ce qui s’apparente à un mouvement de foule a causé la mort d’au moins 23 personnes aux portes de l’Europe.
par Nejma Brahim et Rachida El Azzouzi

La sélection du Club

Billet de blog
Melilla : violences aux frontières de l'Europe, de plus en plus inhumaines
C'était il y a deux jours et le comportement inhumain des autorités européennes aux portes de l'Europe reste dans beaucoup de médias passé sous silence. Vendredi 24 juin plus de 2000 personnes ont essayé de franchir les murs de Melilla, enclave espagnole au Maroc, des dizaines de personnes ont perdu la vie, tuées par les autorités ou laissées, agonisantes, mourir aux suites de leurs blessures.
par Clementine Seraut
Billet de blog
Exilés morts en Méditerranée : Frontex complice d’un crime contre l’humanité
Par son adhésion aux accords de Schengen, la Suisse soutient l'agence Frontex qui interdit l'accès des pays de l'UE aux personnes en situation d'exil. Par référendum, les Helvètes doivent se prononcer le 15 mai prochain sur une forte augmentation de la contribution de la Confédération à une agence complice d'un crime contre l'humanité à l'égard des exilé-es.
par Claude Calame
Billet de blog
Pays basque : le corps d’un migrant retrouvé dans le fleuve frontière
Le corps d’un jeune migrant d’origine subsaharienne a été retrouvé samedi matin dans la Bidassoa, le fleuve séparant l’Espagne et la France, ont annoncé les autorités espagnoles et les pompiers français des Pyrénées-Atlantiques.
par Roland RICHA
Billet de blog
Frontières intérieures, morts en série et illégalités
Chacun des garçons qui s'est noyé après avoir voulu passer la frontière à la nage ou d’une autre manière dangereuse, a fait l’objet de plusieurs refoulements. Leurs camarades en témoignent.
par marie cosnay