PindoramaBahiaflaneur
Secrétaire de rédaction (free lance), c'est-à-dire journaliste
Abonné·e de Mediapart

545 Billets

0 Édition

Billet de blog 9 déc. 2022

PindoramaBahiaflaneur
Secrétaire de rédaction (free lance), c'est-à-dire journaliste
Abonné·e de Mediapart

Les abominables et barbares anti-avortement, maîtres du Brésil de décembre 2022

Le plus élémentaire des droits sur leurs propres corps est, plus que jamais, malheureusement nié à toutes les Brésiliennes. Une décision de justice pour un cas récent et effroyable vient encore de prouver cette abomination judiciaire contemporaine.

PindoramaBahiaflaneur
Secrétaire de rédaction (free lance), c'est-à-dire journaliste
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Illustration 1
ôtez vos rosaires de mes ovaires © DR

Le tribunal régional de la municipalité de Cabreúva (45.000 h., SP), qui dépend du tribunal de São Paulo (TJ-SP), a refusé l'accès à l'avortement à une femme qui porte un fœtus n'ayant aucune chance de vie extra-utérine. Dans sa décision, qui n'est pas datée précisément par la presse, le magistrat chargé de l'affaire affirme que la souffrance psychologique de la mère "ne saurait primer sur le droit à la vie du fœtus".
 
Selon le processus, sous secret judiciaire, et dont l'édition du 8 décembre 2022 au soir du quotidien Folha de São Paulo a relaté cette décision, deux échographies et un rapport d'expert certifient que le fœtus n'a pas de reins et que ses poumons sont compromis, et qu'il n'y a pas de liquide amniotique.
  
" Il ne fait aucun doute pour cette expertise que le cas en question est un cas grave de malformation fœtale, une agénésie rénale bilatérale, incompatible avec une vie extra-utérine ", a déclaré un médecin désigné par le tribunal pour l'expertise.

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Bienvenue dans Le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte