PindoramaBahiaflaneur
Secrétaire de rédaction (free lance)
Abonné·e de Mediapart

414 Billets

0 Édition

Billet de blog 12 août 2022

PindoramaBahiaflaneur
Secrétaire de rédaction (free lance)
Abonné·e de Mediapart

BRÉSIL Pour trafic d'armes, 5 ans de prison pour le présumé tueur de Marielle Franco

Cinq ans de prison pour tentative de trafic international d'armes, telle est la peine infligée le 4 août 2022 au suspect tueur de la conseillère municipale de Rio de Janeiro Marielle Franco et de son chauffeur, le policier militaire retraité Ronnie Lessa, arrêté chez lui à l'aube du 12 mars 2019 et depuis lors écroué.

PindoramaBahiaflaneur
Secrétaire de rédaction (free lance)
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Ronnie Lessa, interviewé par videoconférence (entre le 12/8/21 et le 4/3/22, sans précision) par deux femmes journalistes de l'hebdomadaire Veja © VEJA

Selon la sentence publiée jeudi 4 août 2022 et révélée le dimanche 7 août par le site  Consultor Jurídico, Lessa devrait déjà commencer à purger sa peine en régime fermé, et la détention préventive en raison de cette affaire a été maintenue.

Ronnie Lessa - qui demeurait jusqu'à son incarcération dans le même lotissement que Jair Bolsonaro et l'un de ses fils, Carlos Bolsonaro, à Rio de Janeiro - avait été inculpé quand le fisc fédéral avait saisi, en février 2017 à l'aéroport international de Galeão à Rio de Janeiro, 16 "brise-flammes" ("quebra-chamas") pour fusils AR-15 - cet équipement sert à réduire l'éblouissement causé par les tirs de fusil, généralement utilisé par les tireurs professionnels afin d'attirer moins l'attention au moment où ils tirent.

Un "brise-flammes" pour fusil AR-15 © DR

La commande des équipements saisis, en provenance de Hong-Kong, avait comme destin postal une salle de gymnastique (Academia Supernova Saúde do Corpo), mais l'adresse utilisée était celle du domicile de Ronnie Lessa et de sa femme, Elaine Lessa. Cette dernière avait été acquittée de sa participation au crime.
En plus de la tentative de cacher le destinataire du colis, le fait que le "briseur de flammes" était un artefact à usage restreint, dont l'achat nécessitait une autorisation de l'armée, a également été un facteur dans les accusations portées contre Ronnie Lessa. Le fait que le colis reçu comprenait aussi plusieurs pièces a également compté, ce qui rend difficile de caractériser un usage personnel.
La défense de l'ancien policier militaire a affirmé que les pièces n'étaient pas des "briseur de flammes" mais des "freios de boca" - des équipements qui servent à réduire le "recul" du fusil provoqué par les tirs. Les "freios de boca" ne sont pas contrôlés par l'armée. En outre, la défense de Lessa a affirmé que les équipements commandés seraient utilisés dans des répliques d'armes, comme celles utilisées dans la pratique de l'"air soft". Elle a également affirmé qu'un décret récent a modifié la classification de l'équipement et que les "quebra-chamas" ne sont plus contrôlés par l'armée. Le Ministère Public Fédéral (MPF) avait alors demandé une nouvelle expertise technique de l'équipement, qui a réfuté les arguments de la défense de Ronnie Lessa.
Avec les résultats de nouvelles expertises, selon la sentence - signée par la juge Adriana Alves dos Santos Cruz du 5e tribunal pénal fédéral de Rio de Janeiro - il n'y avait aucun doute " de l'encadrement des produits dont l'importation illégale était destinée à consommer comme des quebra-chamas, ni sur leur fonctionnalité.  (...) Les faits constatés dans cette procédure sont particulièrement graves, compte tenu de la quantité et de la destination des accessoires saisis. Comme l'a expliqué le magistrat du parquet au moment de la réception de la plainte et du décret de détention préventive, le matériel importé a pour but de rendre difficile l'identification de l'origine des tirs de fusils AR-15, ordinairement employés par des organisations criminelles qui contrôlent de vastes territoires de la ville de Rio de Janeiro, où elles terrorisent, blessent et tuent sans distinction les habitants et les agents de la sécurité publique. "

 
----------------
Note :
Bien après l'incarcération de Ronnie Lessa en mars 2019, son épouse Elaine Pereira Figueiredo Lessa a été inculpée puis temporairement écrouée pour avoir participé à la destruction d'armes possiblement liées à l'assassinat de Marielle Franco. Depuis avril 2019, Elaine Lessa a déménagé et demeure dans un appartement de grand luxe, autre propriété du couple, au numéro 3200 de l'avenue Sernambetiba, dans le quartier huppé de Barra da Tijuca à Rio de Janeiro. Auparavant, elle habitait avec son mari dans la même avenue, mais au numéro 3100, dans un condominio de maisons - où habitait également Jair Bolsonaro et Carlos Bolsonaro, séparément - qui porte le même nom : "Vivendas da Barra".
Par ailleurs, les armes qu'Elaine Pereira Figueiredo Lessa aurait fait transporter, pour les faire jeter en haute mer par trois hommes - dont son frère Bruno Figueiredo - 24 heures après l'arrestation de Ronnie Lessa en mars 2019, étaient dans un autre appartement d'un autre condominio, loué par Ronnie Lessa, dans la rue Professor Henrique da Costa, dans le quartier de Pechincha, à Rio de Janeiro.
L'avocat de Elaine Pereira Figueiredo Lessa, de son frère Bruno Figuereido et de Ronnie Lessa est Fernando Wagner Pacheco de Santana (OAB/RJ 100699).

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Exécutif
Retraites, chômage, énergie : Macron attaque sur tous les fronts
Le président de la République souhaite mener à bien plusieurs chantiers d’ici à la fin de l’année : retraites, chômage, énergies renouvelables, loi sur la sécurité, débat sur l’immigration… Une stratégie risquée, qui divise ses soutiens.
par Ilyes Ramdani
Journal
La Cnil saisie d’un recours collectif contre la « technopolice »
La Quadrature du Net a recueilli les mandats de 15 248 personnes pour déposer trois plaintes contre les principaux outils de surveillance policière déployés un peu partout en France. Elle demande notamment le démantèlement de la vidéosurveillance et l’interdiction de la reconnaissance faciale. 
par Jérôme Hourdeaux
Journal — Santé
Soins non conventionnels : « Les patients ont une spiritualité, une part d’irrationnel »
Parmi les soins non conventionnels, au très large public, il y a de tout : certains ont trouvé une place auprès de la médecine traditionnelle, d’autres relèvent de la dérive sectaire. Le chercheur Bruno Falissard, qui a évalué certaines de ces pratiques, donne quelques clés pour s’y retrouver. 
par Caroline Coq-Chodorge
Journal
« L’esprit critique » cinéma : luxe, érotisme et maternité
Notre podcast culturel débat des films « Sans filtre » de Ruben Östlund, « Les Enfants des autres » de Rebecca Zlotowski et « Feu follet » de João Pedro Rodrigues.
par Joseph Confavreux

La sélection du Club

Billet de blog
Le gigantisme des installations éoliennes offshore en Loire Atlantique et en Morbihan
Un petit tour sur les chemins côtiers en Loire Atlantique et en Morbihan pour décrire et témoigner du gigantisme de ces installations offshores, de la réalité de l'impact visuel, et de quelques réactions locales.
par sylvainpaulB
Billet de blog
Les sulfureuses éoliennes de la baie de Saint-Brieuc en débat
[Rediffusion] A l’initiative d’Ensemble ! deux débats ont été organisés les 24 et 25 septembre autour du projet de parc éolien dans la baie de Saint-Brieuc. En voici le compte rendu vidéo, avec mon intervention, présentant mes enquêtes sur Mediapart, et les prises de parole de Katherine Poujol (responsable de l’association « Gardez les caps !) ou encore de Lamya Essemlali (présidente de Sea Shepherd France).
par Laurent Mauduit
Billet de blog
Éolien : vents contraires !
[Rediffusion] Mal aimées parmi les énergies renouvelables, les éoliennes concentrent toutes les critiques. La région Provence Alpes-Côte d'Azur les boycotte en bloc sans construire d'alternatives au « modèle » industriel. le Ravi, le journal régional pas pareil en Paca, publie une « grosse enquête » qui ne manque pas de souffle...
par Le Ravi
Billet de blog
L’éolien en mer menacerait la biodiversité ?
La revue Reporterre (par ailleurs fort recommandable) publiait en novembre 2021 un article auquel j’emprunte ici le titre, mais transposé sous forme interrogative … car quelques unes de ses affirmations font problème.
par jeanpaulcoste