PindoramaBahiaflaneur
journaliste indépendant et secrétaire de rédaction
Abonné·e de Mediapart

235 Billets

0 Édition

Billet de blog 12 oct. 2021

Brésil: un pasteur évangélique, postfasciste, nommé à la Cour suprême par Bolsonaro ?

N'excerçant plus dans l'Igreja Universal do Reino de Deus (IURD), le pasteur néopentecôtiste, avocat et député fédéral Marcos Antônio Pereira, 49 ans, président national du parti politique d'extrême droite "Republicanos" - auquel Carlos Bolsonaro est affilié - serait une option envisagée par Jair Bolsonaro pour le poste vacant à la Cour suprême (STF).

PindoramaBahiaflaneur
journaliste indépendant et secrétaire de rédaction
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Le souhait est public, et réaffirmé de longue date, par la présidence de la République : Jair Bolsonaro veut nommer un ministre " terriblement évangélique " au STF.
Marcos Pereira est un proche du fondateur de l'Eglise néopentecôtiste "Eglise du royaume de Dieu" - dont les cultes attirent plus de 10 millions de fidèles - le multimilliardaire (en dollars) Edir Macedo, qui est aussi propriétaire de la chaîne de télévision, la bolsonarista et puissante TV Record.
Marcos Pereira a été ministre de l'industrie du gouvernement de Michel Temer, mais en a démissionné après avoir été cité lors de délations primées de dirigeants du constructeur civil Odebrecht, dans le cadre de l'opération Lava Jato.
L'ensemble des députés fédéraux qui forment le groupe des évangéliques à la Chambre est de 180 hommes et femmes, affiliés à une vingtaine de partis différents, de gauche et de droite, sur un total de 513 députés fédéraux.
En 2009, 2011 et 2013, Edir Macedo - né en 1945 - a été dénoncé pour blanchiment d’argent, appartenance à une organisation criminelle, évasion de devises et fraudes.
Déjà écroué pour charlatanisme, adepte et zélateur effréné de l'hidroxichloroquine, Edir Macedo, pendant la pandémie de Covid-19, avait publié une vidéo  effarante dans laquelle il prônait le négationnisme : 
" Mon ami et mon amie, ne vous inquiétez pas pour le coronavirus. Parce que c'est la tactique, ou une tactique de plus, de Satan. Satan travaille avec la peur, la crainte. Il travaille avec le doute. Et quand les gens sont terrifiés, dans la peur, dans le doute, les gens deviennent faibles, fragiles et susceptibles. Le moindre petit coup de vent qu'il y a est une pneumonie pour eux ".
Nommé à la Cour suprême, Marcos Pereira, après autorisation du Sénat, comme les autres dix ministres, resterait à ce poste jusqu'à ses 75 ans révolus.

Le député fédéral et pasteur Marcos Pereira, Jair Bolsonaro et Edir Macedo, le 1/1/2019 à Brasilia. © DR

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — France
L’impunité et la lâcheté des puissants
Après la révélation des accusations contre l’ancien ministre, le parquet de Paris a annoncé l’ouverture d’une enquête préliminaire. Au-delà de son devenir judiciaire, cette affaire nous interpelle sur l’insuffisance de la lutte contre les violences sexuelles et sur l’impunité des sphères de pouvoir.
par Lénaïg Bredoux
Journal — International
Le nouveau variant Omicron, identifié en Afrique australe, déjà repéré en Europe
La communauté scientifique est en alerte depuis l’identification d’un nouveau variant au Botswana. Les premiers séquençages en Afrique du Sud font craindre une propagation à grande vitesse. L’Organisation mondiale de la santé vient de le classer parmi les variants préoccupants et l’a baptisé Omicron.
par Caroline Coq-Chodorge
Journal — International
UE : Paris et Rome s’accordent à moindres frais pour tenter de peser dans l’après-Merkel
Emmanuel Macron et Mario Draghi ont conclu un traité pour tourner la page des années de tensions entre la France et l’Italie. Une façon aussi, pour le président de la République, de se rapprocher d’un homme bien plus influent que lui sur la scène européenne.
par Ludovic Lamant et Ellen Salvi
Journal — France
Dans la Manche, les traversées de tous les dangers
Le naufrage meurtrier survenu le 24 novembre, qui a coûté la vie à 27 personnes, rappelle les risques que les personnes exilées sont prêtes à prendre pour rejoindre les côtes anglaises. En mer, les sauveteurs tentent, eux, d’éviter le plus de drames possible.
par Sheerazad Chekaik-Chaila

La sélection du Club

Billet de blog
Ça suffit ! Pour un accueil inconditionnel des exilé.es
Allons-nous continuer à compter les morts innocents et à force de lâcheté, d’hypocrisie et de totale inhumanité, à nous faire contaminer par un imaginaire rance de repli sur soi qui finira par tout.es nous entraîner dans l’abîme ? Non, il faut commencer par rétablir les faits avant que de tout changer en matière de politique migratoire et de droit des étrangers.
par Benjamin Joyeux
Billet de blog
L'Europe-forteresse creuse sa tombe dans le faux abri de ses fantasmes d'invasion
L'épisode dramatique à la frontière Pologne/Biélorussie confirme une fois de plus la fausse sécurité d'une Europe-forteresse qui se croit en sécurité en payant pour refouler et bloquer migrants et réfugiés, ignorant ses fondements, ses valeurs, son histoire. La contre-offensive massive à rebours des renoncements successifs matraqués en certitudes au coin du bon sens est une nécessité vitale.
par Georges-André
Billet de blog
À l'indignation, monsieur Darmanin, a succédé la rage
Au lendemain du drame qui a coûté la vie à 27 personnes dans la Manche, Michaël Neuman, directeur d'études au Centre de réflexion sur l'action et les savoir humanitaires de la fondation MSF, dénonce les responsabilités de l'État français et du ministre de l'Intérieur.
par Médecins sans frontières
Billet de blog
Tragédie de Calais : retrouvons d’urgence notre humanité
Au moins 27 personnes sont mortes noyées au large de Calais ce mercredi 25 novembre. Ce nouveau drame vient alourdir le bilan des morts à cette frontière où, depuis une trentaine d’années, plus de 300 personnes ont perdu la vie, soit en essayant de la franchir soit en raison de leurs conditions de (sur)vie sur le littoral Nord.
par La Cimade