Brésil : le nom de Michelle Bolsonaro sourd dans la CPI sénatoriale du Covid-19

Le nom de la femme du président de la République est signalé, dans un des dialogues tenus le 3 mars 2021 dans une messagerie par le policier militaire Luiz Paulo Dominghetti, censé servir d’intermédiaire pour des négociations de doses du vaccin AstraZeneca. La commission d'enquête parlementaire (CPI) sur la gestion de la pandémie ne voit motif, là, pour l'auditionner.

Michelle Bolsonaro © Clauber Cleber Caetano / PR (9/2/2021) Michelle Bolsonaro © Clauber Cleber Caetano / PR (9/2/2021)

" Michele est dans le circuit maintenant. À côté du révérend. Pitié "
("Michele está no circuito agora. Junto ao reverendo. Misericórdia")

Ce sont les mots écrits sur sa messagerie WhatsApp par le policier Luiz Paulo Dominghetti le 3 mars 2021 à un interlocuteur identifié sur son téléphone comme étant " Rafael Compra DeskartPak ".
Le révérend mentionné dans le dialogue est Amilton Gomes de Paula, fondateur du Secrétariat national des affaires humanitaires (Senah), une ONG évangélique qui disait négocier, au nom des vaccins AstraZeneca et de Janssen des achats par le gouvernement fédéral.

Et Rafael de continuer :

" Qui est-ce ? Michelle Bolsonaro ? " ("Quem é? Michelle Bolsonaro?").

Et le prétendu représentant de la société Davati Medical Supply qui voulait vendre des vaccins contre la Covid-19 de répondre :

" L'épouse, oui " ("Esposa, sim").

L'interlocuteur oriente alors le policier militaire à joindre "Cris", Cristiano Carvalho, [Cristiano Alberto Hossri Carvalho] CEO de la société Davati au Brésil:

" Aïe, aïe. Avise Cris " ("Puts. Avisa o Cris").

"Rafael" est Rafael Alves, un des représentants de Davati au Brésil.

AstraZeneca a toujours officiellement nié avoir des intermédiaires et affirme négocier directement avec le gouvernement brésilien par l'intermédiaire du seul laboratoire brésilien Fiocruz.

Le 6 juillet 2021, le président de la CPI, le sénateur Omar Aziz (PSD, droite) avait annoncé le dévoilement des messages inclus dans le téléphone portable du policier militaire Luiz Paulo Dominghetti.

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.