Brésil : le voyage de noces de Bolsonaro, payé par l'Assemblée nationale

29 novembre 2007. Jair Bolsonaro était député fédéral. La veille, il s'était marié civilement. La suite, c'est une orgie de voyages en avion, payés par les coffres publics, pour ses fils, ses parents et ceux de sa désormais femme, Michelle Bolsonaro. Une enquête collective détaille les festins aériens de centaines de parlementaires. 78.000 billets payés, considérés suspects par le Parquet.

" Nas Asas da mamata " (editora Matrix, août 2021) " Nas Asas da mamata " (editora Matrix, août 2021)

C'était très exactement le 28 novembre 2007, dans un bureau d'enregistrement d'actes civils de l'avenue W3 Sul, à Brasilia. Le lendemain, Jair Messias Bolsonaro et Michelle de Paula Firmo Reinaldo ont pris un vol, de la compagnie Gol, avec une escale à Curitiba, pour Foz do Iguaçu, au Paraná, ville célèbre pour ses cataractes.

Ce transport aérien a été payé sur la réserve parlementaire, pour un coût de 1.729,24 R$ (580 €, en 2007). Jair Bolsonaro a averti l'Assemblée de son absence pour sept jours, en raison de " noces ", pour éviter qu'une part de son salaire soit retranché.
Celui qui a autorisé le voyage était le président d'alors de l'Assemblée, le député du PT, Arlindo Chinaglia [élu député de l'Etat de SP en 1990, il est député fédéral depuis 1995 et dans son 7e mandat consécutif. Il a été président de la Câmara dos Deputados de 2007 à 2009], après une procédure administrative interne. En ce mois de novembre 2007, le salaire minimum était de 380 R$ (125 €, en 2007).

C'est l'une des révélations du livre collectif * " Nas asas da mamata : A história secreta da farra das passagens aéreas no Congresso Nacional ". Une enquête de journalisme de datas, de données, de longue haleine, qui a commencé en 2008, rédigée à partir de 2014, et qui court désormais sur 312 pages.

Autre exemple cité par les journalistes : le 21 janvier 2008, en plein été, Flávio Bolsonaro et son frère Carlos Bolsonaro ont été à Salvador de Bahia, en compagnie d'une femme, non identifiée. 3.903,72 R$ (1.280 € en 2007) de dépenses pour les coffres publics. Le salaire minimum national d'alors était toujours de 380 R$.

A d'autres époques, Michelle Reinaldo désormais épouse Bolsonaro a acheté des billets d'avion, tout comme des parents à elle et les quatre fils de Jair, avec la réserve parlementaire du député fédéral, pour faire du tourisme, dans tout le pays.

Le livre détaille l'ensemble des vols.

Comme par exemple les dix-sept (17) voyages de Michelle Reinaldo, payés par l'Assemblée nationale, entre août 2007 et février 2009, sur les compagnies Varig, TAM et Gol, entre Brasilia et Rio de Janeiro, où Jair demeurait. Lors de ces vols, Michelle Reinaldo était avec des parents ... 

Egalement, Jair Bolsonaro a utilisé sa réserve parlementaire pour payer des billets d'avion à quatre de ses fils. Entre 2007 et 2008, il a ainsi payé cinq voyages à Flávio, Carlos et Eduardo entre Rio de Janeiro, São Paulo et Brasília. Carlos était pourtant conseiller municipal à Rio de Janeiro tandis que Flávio était député du même Etat à l'Assemblée législative (Alerj).

Au total, l'Assemblée nationale a payé 78.000 billets d'avions dont la destination a été considérée suspecte par le ministère public fédéral (MPF). Une quantité qui représente un montant de 105 millions R$ (17 millions €), en valeurs actualisées de 2021, payé par le contribuable. De cette somme totale, seulement 1% a été rendu aux coffres publics par des députés.



-----------------------------------------------------------

(*) Les chevronnés  et primés journalistes d'enquête sont Eduardo Militão, Eumano Silva, Lúcio Lambranho (Prix Esso) et Edson Sardinha (Prix Vladimir Herzog), et leur livre est publié aux éditions Matrix.
" Nas asas da mamata " pourrait se traduire par " Dans les ailes du détournement d'argent public "

Ce livre est lancé ce mardi 17 août 2021 sur le réseau social Instagram, de la Livraria Cultura, à 19 heures.

Eumano Silva est très actif sur Twitter.

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.