Brésil: Flávio Bolsonaro payait en cash les dettes de ses placements non déclarés

Incluse dans la plainte, un volume de 290 pages du ministère public de Rio de Janeiro, contre le sénateur Flávio Bolsonaro, la spécification par les procureurs d'un placement boursier malchanceux entre 2007 et 2008, non déclaré au fisc, et un remboursement de la dette, au courtier d'actions, en ... espèces.

Flavio Bolsonaro (1981), député de l'Etat de Rio de Janeiro du 1/2/2003 au 31/1/2019. © Adriano Machado / Reuters Flavio Bolsonaro (1981), député de l'Etat de Rio de Janeiro du 1/2/2003 au 31/1/2019. © Adriano Machado / Reuters
Pendant l'analyse de l'évolution patrimoniale du sénateur Flávio Bolsonaro dans l'enquête sur les détournements de salaires des assistants de son cabinet lorsqu'il était député de l'Etat de Rio de Janeiro, le parquet de Rio de Janeiro a constaté que le fils aîné Bolsonaro n'avait pas déclaré au fisc, entre 20007 et 2008, des investissements sur le marché boursier totalisant 90.000 R$ (45.000 US$).

Selon les enquêteurs, les opérations ont été révélées par Flávio Bolsonaro lui-même, lorsqu'il a intenté une action en réparation, après avoir perdu tout le capital investi. Pour le MP-RJ, M. Bolsonaro s'est retrouvé « à gérer une dette de 15.500 R$ (7.500 US$) au courtier, qui, selon l'auteur de l'action, aurait été réglée en espèces, ce qui l'a amené à dépenser au moins un total de 105.500 R$ sur la période. »

A l'époque, le fils de Rogeria Nantes Braga Bolsonaro et de Jair Bolsonaro était célibataire et n'avait que son salaire de député pour vivre. Après son premier mandat de député initié en 2003, il avait été réélu pour un second mandat en 2007.

Toujours selon le parquet, il faisait alors « très peu usage de services bancaires tels les cartes bancaires ou des opérations de débit, révélant une prédilection pour l'utilisation d'argent en espèces. »

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.