PindoramaBahiaflaneur
Secrétaire de rédaction (free lance)
Abonné·e de Mediapart

367 Billets

0 Édition

Billet de blog 29 juin 2022

PÉROU Exécution d'un Argentin lié à l'ex-chef des services secrets d'Alberto Fujimori

Sergio Fontanellas, homme d'affaires argentin, a été exécuté le 13 juin par deux tueurs à gages dans un restaurant à Iquitos. Il avait été condamné, puis acquitté par la Cour suprême péruvienne, dans une affaire qui l'acccusait d'avoir touché, de 1998 à 2006, de l'ex-chef des Services du président Alberto Fujimori, Vladimiro Montesinos, 4 millions US$ issus du trafic de drogue, pour les blanchir.

PindoramaBahiaflaneur
Secrétaire de rédaction (free lance)
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Sergio Fontanellas Bobo, un homme d'affaires argentin, âgé de 59 ans, natif de Rio Tercero (province de Córdoba), a été exécuté à bout portant, dans l'après-midi du 13 juin par deux tueurs à gage cagoulés, venus à moto, à Iquitos (Pérou). Le bar-restaurant où se trouvait Fontanellas était situé en face de l'université de l'Amazonie péruvienne. Fontanellas avait été condamné, puis acquitté en 2018 par la Cour suprême péruvienne, dans une tentaculaire affaire qui l'acccusait d'avoir touché, entre 1998 et 2006, plus de 4 millions US$ de l'ex-chef des Services du Renseignement du président péruvien Alberto Fujimori - toujours écroué en juin 2022, après sa condamnation à 25 ans de prison en 2007 -, le craint avocat et militaire Vladimiro Ilich Lenin Montesinos. Ce dernier, le 21 juin 2022, a été retiré de sa prison à Lima, pour une détention, dite "dorée", dans la base navale de Callao, dans la province homonyme.
 
Cette somme de millions de dollars "provenait du trafic de drogue" et lui aurait été remise pour être " blanchie " par la création de compagnies maritimes à Iquitos (Pérou), activité dans laquelle Fontanellas s'était lancé après avoir épousé la fille d'un homme d'affaires du secteur maritime dans ce pays, où Fontanellas s'était installé en 1988.
  
Deux ans plus tard, le 28 juillet 1990, commençait pour dix ans le règne de l'autocrate Alberto Fujimori qui nommait aussitôt à la tête des Services Vladimiro Ilich Lenin Montesinos, qui restera à poste jusqu'en 2006. Cette année-là, Montesinos a été condamné à 20 ans de prison pour avoir vendu des armes aux FARC (Fuerzas armadas revolucionarias de Colombia). En mai 2019, il a aussi été définitivement condamné à 25 ans de prison pour des massacres, entre 1991 et 1992, dans la grande périphérie de la capitale Lima, nommée Barrios Altos.

Montesinos était depuis lors dans la prison de haute sécurité d'Ancón II, à Lima. Il va encore affronter huit autres procès pour meurtre, pour trafic d'armes, détournement de fonds publics et enrichissement illicite. Feu Sérgio Fontanellas aurait été impliqué dans ce dernier cas.
 
L'enquête à l'encontre de l'Argentin a été ouverte en 2005, sur la base de la déclaration d'un "repenti". En 2006, Fontanellas était reparti en Argentine, devant les menaces judiciaires qui l'encerclaient, pour sa proximité avec le terrifiant Montesinos.
"Ñoño", comme on appelait Fontanellas à Río Tercero, où il possédait plusieurs boîtes de nuit, avait été mis en examen en 2013 pour blanchiment d'argent présumé, par la terrible juge fédérale argentine María Servini de Cubría, qui avait ordonné la saisie de ses biens. Dans cette affaire, l'accusation pointait la création de cinq sociétés commerciales ayant le même domicile fiscal, par Fontanellas, avec des membres de sa propre famille. En 2015, Fontanellas avait été acquitté par la quatrième cour pénale de Lima, une décision ratifiée en octobre 2018 par la Cour suprême péruvienne, rejetant une demande d'annulation du parquet. Cette année-là, Fontanellas était revenu s'installer au Pérou pour tenter de reprendre possession de ses sociétés de navigation, de commerce de bois, ses bateaux et ses biens immobiliers, valorisés alors aux alentours de 100 millions US$.
Ce mois de juin 2022, Fontanellas était revenu à Iquitos, comme souvent pour ses affaires, et projetait de rentrer en Argentine, dans son village natal, le 17 juin. Le business man avait deux enfants d'un premier mariage, et deux enfants avec son actuelle épouse péruvienne.
 
M. Fontanellas a été tué le 13 juin 2022 dans un bar-restaurant de la rue Samanez Ocampo, à Iquitos, où il regardait le match de football Pérou-Australie. Blessé par une balle, il a été transporté à l'hôpital, où il est mort. Deux personnes suspectes, de nationalité colombienne, ont été arrêtées.
 
Le commanditaire pourrait être le mafieux Jorge Chávez Montoya, ce Péruvien qui avait accusé Fontanellas, devant les autorités judiciaires péruviennes, de blanchir l'argent de la drogue fourni par Montesinos. En 2019, Montoya a été condamné à onze ans de prison, par la justice péruvienne, pour "trafic de drogue". L'assassinat de Fontanellas pourrait également avoir comme commanditaires ses ex-associés Daniel Yabbur et Jorge Torres, entre qui courrait une action judiciaire, car "Nino" les accusait de s'être approprié sa plus grosse société, Naviera Argper. 
 

Le 13/6/2022, l'assassinat de l'homme d'affaires argentin Sérgio Fontanellas, à Iquitos (Pérou). © Eldoce


Une caméra de surveillance a enregistré le moment où Fontanellas est arrivé dans une camionnette, l'a garée et s'est dirigé vers le bar-restaurant. Avant d'entrer, il a regardé à gauche et à droite et  a adressé la parole à quelqu'un. Quelques minutes plus tard, une moto sur laquelle se trouvaient deux hommes cagoulés est apparue ; celui qui se trouvait à l'arrière a sorti une arme et, depuis le trottoir, a tiré sur Fontanellas, à l'intérieur du restaurant.
 
-------------------- 
Lire aussi : 
Violations des droits de l’homme au Pérou : la mécanique de l’impunité (enquête de Karl Laske, en octobre 2014)
 
 
et
  
" La Chute de Montesinos" (Caiga quien caiga), un film, en 2018, du cinéaste péruvien Eduardo Guillot.
 
  

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Migrations
Des femmes et des enfants survivent dans la rue à Bagnolet
Une vingtaine de femmes exilées, et autant d’enfants, dont des nourrissons, occupent un coin de rue à Bagnolet depuis le 4 août pour revendiquer leur droit à un hébergement. Une pétition vient d’être lancée par différentes associations pour soutenir leur action et interpeller les autorités sur leur cas.
par Nejma Brahim
Journal — Logement
Face au risque d’expulsion à Montreuil : « Je veux juste un coin pour vivre »
Ce mardi, une audience avait lieu au tribunal de proximité de Montreuil pour décider du délai laissé aux cent vingt personnes exilées – femmes, dont certaines enceintes, hommes et enfants – ayant trouvé refuge dans des bureaux vides depuis juin. La juge rendra sa décision vendredi 12 août. Une expulsion sans délai pourrait être décidée.
par Sophie Boutboul
Journal — Énergies
La sécheresse aggrave la crise énergétique en Europe
Déjà fortement ébranlé par les menaces de pénurie de gaz, le système électrique européen voit les productions s’effondrer, en raison de la sécheresse installée depuis le début de l’année. Jamais les prix de l’électricité n’ont été aussi élevés sur le continent.
par Martine Orange
Journal — France
Inflation : le gouvernement se félicite, les Français trinquent
L’OCDE a confirmé la baisse des revenus réels en France au premier trimestre 2022 de 1,9 %, une baisse plus forte qu’en Allemagne, en Italie ou aux États-Unis. Et les choix politiques ne sont pas pour rien dans ce désastre.
par Romaric Godin

La sélection du Club

Billet de blog
Ce que nous rappelle la variole du singe
[REDIFFUSION] A peine la covid maitrisée que surgit une nouvelle alerte sanitaire, qui semble cette fois plus particulièrement concerner les gays. Qu’en penser ? Comment nous, homos, devons-nous réagir ? Qu’est-ce que ce énième avertissement peut-il apporter à la prévention en santé sexuelle ?
par Hervé Latapie
Billet de blog
Faire face à l’effondrement du service public de santé
Après avoir montré l’étendue et les causes des dégâts du service public de santé français, ce deuxième volet traite des solutions en trompe-l’œil prises jusque-là. Et avance des propositions inédites, articulées autour de la création d’un service public de santé territorial, pour tenter d’y remédier.
par Julien Vernaudon
Billet de blog
Variole du singe : ce que coûte l'inaction des pouvoirs publics
« L'objectif, c'est de vacciner toutes les personnes qui souhaitent l'être, mais n'oublions pas que nous ne sommes pas dans l'urgence pour la vaccination ». Voilà ce qu'a déclaré la ministre déléguée en charge des professions de santé, au sujet de l'épidémie de la variole du singe. Pourtant pour les gays/bis et les TDS il y a urgence ! Quel est donc ce « nous » qui n'est pas dans l'urgence ?
par Miguel Shema
Billet de blog
Variole du singe : chronique d'une (nouvelle) gestion calamiteuse de la vaccination
[REDIFFUSION] Créneaux de vaccination saturés, communication inexistante sur l'épidémie et sur la vaccination, aucune transparence sur le nombre de doses disponible : la gestion actuelle de la variole du singe est catastrophique et dangereuse.
par Jean-Baptiste Lachenal