PindoramaBahiaflaneur
Secrétaire de rédaction (free lance), c'est-à-dire journaliste
Abonné·e de Mediapart

489 Billets

0 Édition

Billet de blog 29 sept. 2022

PindoramaBahiaflaneur
Secrétaire de rédaction (free lance), c'est-à-dire journaliste
Abonné·e de Mediapart

Brésil : sans longue cuillière, le dîner de Lula da Silva avec le diable

D'innombrables soutiens financiers de la première heure de Bolsonaro étaient le 27/9 à São Paulo au dîner donné au domicile du fondateur du think tank d'entrepreneurs ultralibéraux Esfera Brasil pour son seul invité: l'ex-PR Lula da Silva. Celui-ci a fait l'objet d'un diagnostic unanime des business men, industriels et banquiers présents: au premier ou au second tour, le candidat du PT sera élu.

PindoramaBahiaflaneur
Secrétaire de rédaction (free lance), c'est-à-dire journaliste
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

© DR

" J'ai besoin de vous pour mettre fin à la misère au Brésil ", a déclaré Lula da Silva lors de cette réunion du 27 septembre dernier, demandant également un dialogue "sans hypocrisie". Ce dîner, promu par les think tanks Esfera Brasil et Prerrogativas, avait aussi invité Jair Bolsonaro en août 2022.
Tous ces grands patrons ont justifié leur décision de participer à l'événement par la volonté d'établir un lien avec Lula, car ils pensent qu'il va gagner les élections.
 
Etaient présents, entre autres, le publicitaire Roberto Justus, le CEO de la chaîne de magasins de vêtements Riachuelo Flávio Rocha, le patron de l'industrielle production de divertissements Brasil Paralelo, Henrique Viana, le président de l'association des commerçants de centres commerciaux (Alshop), Nabil Sahyoun. Etaient aussi là Isaac José Sidney, président de la fédération des banques (Febraban), l'investisseur Benjamin Steinbruch...

Lula da Silva et André Esteves © DR

Quatre grand patrons ont ensuite pris la parole, choisis par l'hôte João Camargo (Esfera Brasil), sur proposition de Lula da Silva : le multi milliardaire Abilio Diniz (Pão de Açúcar, Carrefour, Península, etc.), le banquier Andre Esteves ( BTG Pactual), Fabio Ermínio de Moraes, du groupe minier, financier, agroalimentaire et immobilier Votorantin et Luiz Henrique Guimarães, du groupe Cosan.
 

Ce groupe Cosan est dirigé par Rubens Ometto, le Brésilien qui a fait le plus de dons à des candidats et à des partis politiques lors des élections de 2018. Des filiales de Cosan figurent sur la liste des pratiquants de la déforestation et du travail esclavagiste. Ces entreprises sont lourdement endettées  envers le gouvernement. L'une d'entre elles, Raízen Energia, devait à elle seule près d'un demi-milliard de reais. Ometto répond également à une action en justice du ministère public fédéral (MPF) visant à obtenir des réparations pour le peuple indigène Xavante en raison de violations des droits de l'homme. 
 
La comédie de la sociéte du spectacle, orchestrée depuis plus d'un an par les premiers cercles politiques du PT et de Lula da Silva, bat donc son plein, à trois jours du scrutin présidentiel. 
 
Pas même avec une longue cuillière, ce dîner avec le diable.
 
 

Aloizio Mercadante (PT), Lula da Silva, João Camargo (Esfera Brasil) © DR

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Politique
À La France insoumise, le flou de la réorganisation suscite des inquiétudes
Si des garanties sont données aux militants insoumis en vue d’améliorer l’implantation locale du mouvement, la composition de la nouvelle direction, restée jusque-là à la discrétion d’une poignée de cadres, fait craindre de mauvaises surprises.
par Mathieu Dejean et Pauline Graulle
Journal — Éducation et enseignement supérieur
Une école plus si obligatoire
Pour faire face à la menace de coupures d’électricité cet hiver, le gouvernement a brandi une possible fermeture des écoles le matin, au coup par coup. Cette politique repose, trois ans après l’épidémie de Covid, la question de l’obligation d’instruction des enfants, un principe sans cesse attaqué.
par Mathilde Goanec
Journal — Énergies
EDF face aux coupures d’électricité : la débâcle énergétique
Jamais EDF ne s’était trouvée en situation de ne pas pouvoir fournir de l’électricité sur le territoire. Les « éventuels délestages » confirmés par le gouvernement attestent la casse de ce service public essentiel. Pour répondre à l’urgence, le pouvoir choisit la même méthode qu’au moment du Covid : verticale, autoritaire et bureaucratique.
par Martine Orange
Journal
Les gueules noires du Maroc, oubliées de l’histoire de France
Dans les années 1960 et 1970, la France a recruté 80 000 Marocains pour travailler à bas coût dans les mines du Nord et de la Lorraine. La sociologue Mariame Tighanimine, fille d’un de ces mineurs, et la journaliste Ariane Chemin braquent les projecteurs sur cette histoire absente des manuels scolaires. 
par Rachida El Azzouzi

La sélection du Club

Billet de blog
Mourir en démocratie — La fin de vie, une nouvelle loi ? (le texte)
Les soins palliatifs, et donc la sédation, ont désormais des alliés ne jurant que par eux pour justifier l’inutilité d’une nouvelle loi. Mais les soins palliatifs, nécessaires, ne sont pas une réponse à tous les problèmes. Si c'est l'humanité que l'on a pour principe, alors l'interdit actuel le contredit en s'interdisant de juger relativement à des situations qui sont particulières.
par Simon Perrier
Billet de blog
Fin de vie, vite
Le Comité Consultatif National d’Éthique considère « qu’il existe une voie pour une application éthique d’une aide active à mourir, à certaines conditions strictes, avec lesquelles il apparait inacceptable de transiger ». Transigeons un peu quand même ! Question d’éthique.
par Thierry Nutchey
Billet de blog
Fin de vie : faites vivre le débat sur Mediapart
En septembre dernier, le Comité consultatif national d’éthique (CCNE) a rendu un avis qui rebat les cartes en France sur l'aide active à mourir, en ouvrant la voie à une évolution législative. Conscient que le débat autour de la fin de vie divise la société, le président de la République lance un débat national. Nous vous proposons de le faire vivre ici.
par Le Club Mediapart
Billet de blog
Récit d'une mort réussie
Elle avait décidé de ne plus souffrir. En 2002, La loi sur l'euthanasie venant d'être votée aux Pays-Bas elle demanda à être délivrée de ses souffrances.
par françois champelovier