PindoramaBahiaflaneur
Secrétaire de rédaction (free lance), c'est-à-dire journaliste
Abonné·e de Mediapart

475 Billets

0 Édition

Billet de blog 29 sept. 2022

PindoramaBahiaflaneur
Secrétaire de rédaction (free lance), c'est-à-dire journaliste
Abonné·e de Mediapart

Brésil : sans longue cuillière, le dîner de Lula da Silva avec le diable

D'innombrables soutiens financiers de la première heure de Bolsonaro étaient le 27/9 à São Paulo au dîner donné au domicile du fondateur du think tank d'entrepreneurs ultralibéraux Esfera Brasil pour son seul invité: l'ex-PR Lula da Silva. Celui-ci a fait l'objet d'un diagnostic unanime des business men, industriels et banquiers présents: au premier ou au second tour, le candidat du PT sera élu.

PindoramaBahiaflaneur
Secrétaire de rédaction (free lance), c'est-à-dire journaliste
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

© DR

" J'ai besoin de vous pour mettre fin à la misère au Brésil ", a déclaré Lula da Silva lors de cette réunion du 27 septembre dernier, demandant également un dialogue "sans hypocrisie". Ce dîner, promu par les think tanks Esfera Brasil et Prerrogativas, avait aussi invité Jair Bolsonaro en août 2022.
Tous ces grands patrons ont justifié leur décision de participer à l'événement par la volonté d'établir un lien avec Lula, car ils pensent qu'il va gagner les élections.
 
Etaient présents, entre autres, le publicitaire Roberto Justus, le CEO de la chaîne de magasins de vêtements Riachuelo Flávio Rocha, le patron de l'industrielle production de divertissements Brasil Paralelo, Henrique Viana, le président de l'association des commerçants de centres commerciaux (Alshop), Nabil Sahyoun. Etaient aussi là Isaac José Sidney, président de la fédération des banques (Febraban), l'investisseur Benjamin Steinbruch...

Lula da Silva et André Esteves © DR

Quatre grand patrons ont ensuite pris la parole, choisis par l'hôte João Camargo (Esfera Brasil), sur proposition de Lula da Silva : le multi milliardaire Abilio Diniz (Pão de Açúcar, Carrefour, Península, etc.), le banquier Andre Esteves ( BTG Pactual), Fabio Ermínio de Moraes, du groupe minier, financier, agroalimentaire et immobilier Votorantin et Luiz Henrique Guimarães, du groupe Cosan.
 

Ce groupe Cosan est dirigé par Rubens Ometto, le Brésilien qui a fait le plus de dons à des candidats et à des partis politiques lors des élections de 2018. Des filiales de Cosan figurent sur la liste des pratiquants de la déforestation et du travail esclavagiste. Ces entreprises sont lourdement endettées  envers le gouvernement. L'une d'entre elles, Raízen Energia, devait à elle seule près d'un demi-milliard de reais. Ometto répond également à une action en justice du ministère public fédéral (MPF) visant à obtenir des réparations pour le peuple indigène Xavante en raison de violations des droits de l'homme. 
 
La comédie de la sociéte du spectacle, orchestrée depuis plus d'un an par les premiers cercles politiques du PT et de Lula da Silva, bat donc son plein, à trois jours du scrutin présidentiel. 
 
Pas même avec une longue cuillière, ce dîner avec le diable.
 
 

Aloizio Mercadante (PT), Lula da Silva, João Camargo (Esfera Brasil) © DR

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Services publics
RER B : voyage sur la ligne qui déraille
Le RER B est la deuxième ligne de train la plus chargée d’Europe, et pourtant elle souffre de nombreuses tares : quatre terminus, un tunnel partagé avec le RER D et, surtout, un sous-investissement chronique de la part de la région et de l’État. Les usagers souffrent, les conducteurs aussi.
par Khedidja Zerouali
Journal — Migrations
Étrangers sous OQTF : la justice recadre la préfecture de Seine-Maritime
Le tribunal administratif de Rouen vient de débouter la préfecture qui demandait aux gestionnaires de centres d’hébergement d’urgence d’exclure de leur dispositif « insertion » les étrangers en situation irrégulière faisant l’objet d’une obligation de quitter le territoire exécutoire. Une décision qui vient contredire les circulaires et les récents engagements du ministère de l’intérieur.
par Manuel Sanson
Journal
La précarité étudiante s’enracine et le gouvernement répond à côté
Le gouvernement vient de débloquer 10 millions d’euros pour soutenir les associations qui agissent en faveur des étudiants précaires. Seulement, les principaux acteurs considèrent que la réponse est insuffisante et attendent des mesures structurelles pour endiguer la pauvreté des étudiants.
par Faïza Zerouala
Journal — Europe
À Mykolaïv, les morts hantent civils et militaires
La ville de Mykolaïv subit depuis des mois le manque d’eau potable et les coupures d’électricité. La région a été bombardée sans relâche par l’armée russe jusqu’à la mi-novembre 2022 et plus de la moitié des habitants a quitté les lieux. Civils et militaires restés sur place racontent leur « cauchemar ».
par Mathilde Goanec

La sélection du Club

Billet de blog
Incendie de forêt : les causes ne sont pas que climatiques
[Rediffusion] Les forêts du Sud en particulier demandent beaucoup d'attention pour ne pas prendre feu. Coupe feu, garde-forestiers, défrichages, surveillances, pompiers de proximité, les moyens sont-ils encore là ou ces incendies sont-ils causés par l'impéritie des pouvoirs publics ?
par lecteurfid
Billet d’édition
Reboiser les forêts brûlées est favorisé par une niche fiscale
Si l'investissement forestier offre des possibilités de rendement limitées, il constitue en revanche une niche fiscale qui permet de réduire le montant de son impôt sur le revenu. L'investissement forestier réalisé par une personne domiciliée en France lui permet de bénéficier d'un avantage fiscal, que ce soit au titre de l'impôt sur le revenu ou de l'IFI (impôt sur la fortune immobilière).
par Patrick Cahez
Billet de blog
Des chênes (français) pour la Chine
Fric-frac dans les forêts françaises. Voler du bois n’est pas une mince affaire. Et pourtant, dans les Pyrénées, en Moselle, en Vendée, dans le Nord, le brigandage se multiplie. A l’heure des drones, GPS et autres trackers… (Gilles Fumey)
par Géographies en mouvement
Billet de blog
Vidéo - le gouvernement empêche les débats sur les forêts publiques par 49-3
Il y a un mois, nous avons publié ici une tribune signée par plus de 40 parlementaires, demandant un débat sur l’avenir de l'Office National des Forêts dans la loi de finances avant le 49-3 du gouvernement. Devinez quoi : les débats devaient avoir lieu le 2 novembre à 17h05. Le 49-3 a été activé le 2 novembre à 17h00. Mais tout n'est pas perdu : la suite se joue au Sénat dès mercredi.
par Pour des forêts vivantes