PindoramaBahiaflaneur
journaliste indépendant et secrétaire de rédaction
Abonné·e de Mediapart

266 Billets

0 Édition

Billet de blog 29 nov. 2021

Brésil: la direction des Services s'emplit de policiers fédéraux bolsonaristas

Une grande part de l'équipe de gardes du corps et policiers fédéraux qui entouraient le candidat Bolsonaro lors de l'« attentat » à Juiz de Fora en 2018 occupent en 2021 de hautes charges dans les Services secrets (Abin) ou des postes-clés à la présidence de la République. Tous ces policiers, qui ont pourtant failli dans leur tâche de protection, ont été promus. Pour s'assurer de leur silence ?

PindoramaBahiaflaneur
journaliste indépendant et secrétaire de rédaction
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Marcelo Araújo Bormevet, ex-agent pénitentiaire, garde du corps de Bolsonaro à Juiz de Fora le 6/9/18, travaille pour l'Abin depuis septembre 2019. © DR / Twitter

Un changement vient d'intervenir le 24 novembre au poste de numéro 2 des services secrets (Agência Brasileira de Inteligência / Abin) du Brésil. Alexandre Ramagem, policier fédéral de carrière, qui est directeur général de l'Abin depuis juillet 2019, ami intime de la famille Bolsonaro, a retiré de son poste l'officier des Services Frank Márcio de Oliveira pour y placer le commissaire de la police fédérale Carlos Afonso Coelho avec le titre de directeur-adjoint. Coelho était en ce mois de novembre 2021 une sorte de bras droit de Ramagem.
En 2020, très exactement le lundi 4 décembre, le PR Jair Bolsonaro avait nommé le commissaire de la police fédérale Rolando Alexandre de Souza au poste de directeur-général de la police fédérale (PF).

A l'Abin, Frank Márcio de Oliveira était vu comme le dernier haut fonctionnaire issu des services secrets. Une "guerre"  permanente parcourt les Services, depuis l'élection à la présidence de la République de Bolsonaro, contre des nominations, puis leur domination, de fonctionnaires d'autres administrations au sein de l'Abin.
Cette nomination du policier fédéral Carlos Afonso Gonçalves Gomes Coelho comme numéro deux de l'Abin semble indiquer que Alexandre Ramagem s'apprête à quitter l'Abin, être nommé directeur de la PF, et veut laisser l'Abin sous domination policière, et de manière sous-jacente, strictement bolsonarista.

Le siège de l'Abin. © DR

Il est de notoriété publique qu'Alexandre Ramagem avait nommé à l'Abin cinq agents de la PF, dont une grande part avait fait partie de l'escorte rapprochée du candidat Bolsonaro lors de "l'attentat" du 6 septembre 2018 à Juiz de Fora (MG).

Dans les coulisses de cette Abin, en 2020, des fonctionnaires de carrière avaient fait fuiter l'information que cette équipe de proches de Ramagem, policiers fédéraux, avaient été les responsables clandestins d'une aide et de probable délits d'initiés en faveur de la défense de Flávio Bolsonaro dans l'affaire, toujours en cours en 2021, des détournements multi millionnaires des employés du cabinet du fils aîné Bolsonaro lorsqu'il était député.

Carlos Afonso Coelho a travaillé, avant l'Abin, à la présidence de la République, à Brasilia, dès janvier 2019. Tout comme Ramagem, il avait occupé le poste de conseiller spécial au secrétariat général du gouvernement, à l'époque commandé par le général Carlos Alberto Santos Cruz, démis par Bolsonaro en juin 2019 et aussitôt remplacé par un autre général.

Travaillent actuellement, en novembre 2021, deux autres gardes du corps et policiers fédéraux présents à Juiz de Fora : Marcelo Araújo Bormevet et Flávio Antônio Gomes, qui est assesseur de la direction ("superintendência") de l'Abin à São Paulo.
Un autre policier fédéral travaille à l'Abin : Felipe Arlotta Freitas.
Deux autres policiers fédéraux et ex-gardes du corps à Juiz de Fora du candidat Jair Bolsonarono occupent des postes au gouvernement, à Brasilia. João Paulo Dondelli est à la présidence de la République, tandis que Danilo César Campetti est assesseur de Nabhan Garcia, une sorte de chef milicien du monde rural, qui est secrétaire du secteur foncier, à la présidence de la République, et lien personnel de Jair Bolsonaro avec les grands propriétaires terriens et fermiers, 

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Migrations
Au sud de l’Espagne, ces Algériens qui risquent leur vie pour l’Europe
En 2021, les Algériens ont été nombreux à tenter la traversée pour rejoindre la péninsule Ibérique, parfois au péril de leur vie. Le CIPIMD, une ONG espagnole, aide à localiser les embarcations en mer en lien avec les sauveteurs et participe à l’identification des victimes de naufrages, pour « soulager les familles ». Reportage.
par Nejma Brahim
Journal
Covid-19 : lever les brevets, une solution mondiale ?
Vaccination générale, nouveaux médicaments contre le Covid-19 : les profits des laboratoires pharmaceutiques explosent. Est-il envisageable qu’ils lèvent un jour leurs brevets ? On en parle avec nos invités Isabelle Defourny, de MSF, Jérôme Martin, cofondateur de l’Observatoire de la transparence dans les politiques du médicament, et Rozenn Le Saint, journaliste santé à Mediapart.
par à l’air libre
Journal — Politique économique
Taxation de l’héritage : une lignée de fractures entre candidats à la présidentielle
La rationalité économique plaide pour un durcissement de l’impôt sur les successions, mais la droite se laisse aller à la démagogie en plaidant contre une hausse forcément impopulaire, dénonçant parfois un « impôt sur la mort ». La gauche cherche un équilibre entre justice et acceptabilité.
par Romaric Godin
Journal — Gauche(s)
Les partis de gauche opposés à la Primaire populaire durcissent le ton
Alors que le vote d’investiture de la Primaire populaire, qui compte déjà 288 000 inscrits, a lieu entre le 27 et le 30 janvier, les coups pleuvent sur cette initiative citoyenne. 
par Mathieu Dejean et Pauline Graulle

La sélection du Club

Billet de blog
Lettre aux candidats : vous êtes la honte de la France
Course à la punchline, postillonnage de slogans... vous n'avez plus grand chose de politiques. Vous êtes les enfants de bonne famille de la communication. Vous postulez à un rôle de gestionnaire dans l’habit de Grand Sauveur. Mais je suis désolée de vous apprendre que nous ne voulons plus d’homme providentiel. Vous avez trois trains et quelques générations de retard.
par sarah roubato
Billet de blog
Élection présidentielle : une campagne électorale de plus en plus insupportable !
Qu’il est lassant d’écouter ces candidats qui attendent des citoyens d'être uniquement les spectateurs des ébats de leurs egos, de s'enivrer de leurs mots, de leurs invectives, et de retenir comme vainqueur celle ou celui qui aura le plus efficacement anéanti son adversaire !
par paul report
Billet de blog
Primaire et sixième République : supprimons l'élection présidentielle
La dissolution de l'Assemblée afin que les législatives précèdent la présidentielle devrait être le principal mot d'ordre actuel des partisans d'une sixième République.
par Jean-Pierre Roche
Billet de blog
Quand l’archaïsme du système des parrainages s’ajoute à celui du présidentialisme
La question de la pertinence du système des 500 parrainages revient régulièrement au moment de l’élection présidentielle. Plutôt que de revenir au système de l’anonymat des signatures, il serait préférable d’élargir le champ de la responsabilité de la sélection aux citoyens.
par Martine Chantecaille