Brésil: naufrages municipaux du PT et déroutes des gauches

Les élus du PT représentent 2,9 % de l'électorat du pays. Le parti fondé en 1980 ne commande plus une seule capitale des 27 Etats de la fédération. L'ensemble des partis de gauche n'a rassemblé que moins de 10 % des électeurs. Et avec un bilan aussi désastreux, le pathétique PT maintient en novembre 2020 un discours, initié en 2016, comme si rien ne s'était produit.

" Le PT va devoir se réinventer. L'antipetisme continue d'être fort, c'est clair. Ces déroutes municipales montrent que la réjection au PT est encore forte " analyse le chercheur Jairo Pimentel, de la Fondation Getúlio Vargas (FGV). La seule grande ville qui sera dirigée par le PT en 2021 est Contagem, troisième municipalité (670.000 habitants) de l'Etat du Minas Gerais.

Des 630 maires élus par le PT en 2012, il n'en restera plus que 183 le 1er janvier 2021. Dans l'Etat de Bahia, les trois principales villes sont dorénavant aux mains de la droite et du centre-droit compatible avec le bolsonarismo. Dans ce même Nordeste, la mythique capitale du Maranhão, São Luís sera dirigée par un allié de Bolsonaro, Eduardo Braide. Dans l'ensemble des neuf Etats qui composent le Nordeste, le PT représente désormais à peine 5 % de l'électorat.

Dans les quinze seconds tours que le PT a disputé ce dimanche 29 novembre, il n'a remporté que quatre villes, toutes de plus de cent mille habitants : Contagem (déjà citée) et Juiz de Fora dans l'Etat du Minas Gerais, et Diadema et Mauá dans celui de São Paulo. 

Les capitales de l'Alagoas, du Sergipe, du Ceará et du Pernambuco, toutes quatre du Nordeste, soit Maceio, Aracaju, Fortaleza et Recife, seront dirigées par des maires de partis du centre-gauche modéré (PSB, PDT) vainqueurs ce dimanche, mais compatibles avec la droite modérée. Nationalement, ils auraient tendance à se réunir futurement derrière le probable candidat présidentiel Ciro Gomes, du PDT, arrivé troisième à l'élection présidentielle en 2018 avec 13,34 millions de votes.

Nationalement, le petit parti PSOL, de la gauche de la gauche, ne dirigera que cinq villes, dont Bélem, la capitale du Pará, l'Etat le plus sujet aux inégalités sociales, à la pression des grands propriétaires terriens et à la déforestation du pays, qu'il a conquise avec une liste plurielle (PSOL, PT, PCdoB, PDT, PCB, Rede, UP). Edmilson Rodrigues en a déjà été maire deux fois consécutives, entre 1997 et 2004, sous l'étiquette du PT.

Là où est né en 2001 le rendez-vous international des gauches, le Fórum Social Mundial, à Porto Alegre, capitale du Rio Grande do Sul, la communiste à la tête d'une liste de gauche plurielle a été battue de dix points - soixante-trois mille votes - par Sebastião Melo, du centre (MDB), mais qui a une certaine " affinité " avec les fake news, l'implantation d'un enseignement militaire dans les écoles publiques et n'a rien de fondamentalement opposé au bolsonarismo... 

A considérer le nombre de mairies gagnées pour 2021 par parti, le PT est en onzième position nationalement. En 2012, un peu plus de 35 millions de votes s'étaient dirigés vers les maires et conseillers municipaux du PT. En novembre 2020, ils n'ont été que 14 millions.

 

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.