Plis
Abonné·e de Mediapart

21 Billets

0 Édition

Billet de blog 22 mars 2022

Le jour où j’ai (presque) fondu (ton père)

Les enjeux du Groupe de Travail pour la décolonisation. Par Laura Nsengiyumva

Plis
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Que faire de toutes les traces de l’époque coloniale dans les rues de Bruxelles ? Les quelque 250 pages de notre rapport reprennent toute une série de recommandations « en vue de la décolonisation de l’espace public en Région de Bruxelles-Capitale » (De Standaard, édition du 17 février). Nous y avons travaillé un an et demi, de concert avec 14 experts, à la demande du secrétaire d’État bruxellois Pascal Smet.

Aujourd’hui, je me sens plus mitigée que fière, notamment en raison des suites accordées à notre proposition concernant la tristement célèbre statue équestre de Léopold II, située place du Trône. D’une part, parce que l’antiwokisme ambiant de notre groupe n’a pas souhaité clairement mentionner mon œuvre PeoPL comme la source d’inspiration.  D’autre part, parce que malgré des prises de positions courageuses pour toute la ville, la recommandation de ce cas spécifique se finit encore en statu quo.  Tout cela semble rejouer une scène,  avec différents visages, mais les mêmes personnages, de l’histoire de PeoPL.

Fin 2017, en huit clos, un haut-placé du Musée Royal d’Afrique  Centrale (MRAC), essaie de me faire prendre conscience de la radicalité du geste  artistique que je cherche à accomplir ; 

« Tu aimerais qu’on fasse fondre ton père ? » . 

Le projet PeoPL traîne dans les tiroirs des institutions depuis deux ans déjà ; une  installation monumentale mettant en scène la fonte d’une réplique en glace de la  statue équestre de Leopold II. Son socle est retourné, en lévitation, son lettrage  remanié en PeoPL. Parce que c’est nous tous les reines et les rois, maintenant,  maîtres de notre espace public.  

« Mon père ? Mon père n’a rien à voir là-dedans, si ce n’est que le vôtre est un  génocidaire. » 

Génocidaire. Le mot à ne pas prononcer au MRAC. Le reste de la conversation tient  d’un mauvais polar, où les preuves sont trop évidentes. Le père, c’est Umicore (le  nouveau no

PeoPL (2018), Laura Nsengiyumva (c) Daan Broos © (c) Daan Broos

m de l’Union minière du Haut Katanga). Aucune  grande institution culturelle ne pourra montrer ce travail. J'en suis  reste glacée. 

Pourtant, en 2018, la curatrice Nancy Galant, de la Nuit Blanche me sort de ma torpeur. Après  un travail d’équipe acharné, PeoPL est montré le 6 octobre 2018 à Bruxelles. La veille, le MRAC, qui rouvrait ses portes, a jugé bon de remanier mon interview  dans Knack en enlevant toute trace de leur censure, mais de toute de même  répondre dans une lettre ouverte qu’ils trouvaient mon geste poétique

Une école Art Nouveau dans les Marolles a accueilli l’œuvre, avec  un workshop  sur notre passé colonial, sur mesure pour les enfants,  conçu par Perle Bodiang. Les enfants ont montré une  compréhension d’une justesse que les adultes ignorent. Le soir de la Nuit Blanche,  plus de 2800 personnes sont venues ajouter de leur chaleur humaine pour faire  fondre la statue. Nous portons depuis le rêve tangible d’un futur agora. 

Le lendemain, un graffiti ornait le socle, place du Trône. « Si on veut qu’il  disparaisse, il va falloir qu’on y travaille ». 

Du travail. Deux autres années de protestation, de vandalisme éclairé sur l’objet, d’éducation active par les associations,  une pétition signée par 84 000 personnes pour son enlèvement…Les énergies  se resserrent et convergent  en ce lieu après les manifestations BLM et sur le climat...  SI on est TANT à être d’accord, vais-je enfin pouvoir partager  le poids du socle de PeoPL ? La réponse innovante post-BLM de notre Secrétaire  d’État, Pascal Smet , me semblait être la fin de ce chemin de croix. 

Pendant plus d’un an, au lieu de swiper sur Bumble, je me suis fondue dans cet  exercice de démocratie. Je me suis noyée dans l’interculturel, l’intergénérationnel, la  parité de genre, de langue, les différentes expertises… Dans la vraie diversité à la  Bruxelloise. Nous avons parcouru des terres inconnues de ce premier dialogue civil. 

Des soirées entières de débat qui a révélé les points aveugles des expertises de  chacun, et nos différentes réalités sociales . 

Pourtant, pour le cas spécifique de la statue équestre, la composition de notre  groupe de travail n’a pas suffi à répartir le poids du socle de PeoPL, pour en faire la  solution collective finale demandée par le Cabinet.  

Un mémorial aux victimes de la colonisation comme finalité fait l'unanimité, mais les  recommandations, par frilosité, finissent par manquer de clarté.  

La discussion semble coincer, au même endroit qu’ en 2017; le matériau. Une opposition muséale veut garder la statue  intacte (sa forme, posture, sa monumentalité, sa symbolique) pour en faire une  archive. 

Qu’il y ait une réplique de la même statue au Musée du Cinquantenaire, ne suffirait  pas. Qu’il y ait une 3ième réplique à Kinshasa ne suffirait pas. 

La vision PeoPL soutient que l’archive n’est pas dans la forme, ni l’image, lesquelles sont pures idéologies, mais dans la matière : du cuivre et du l’étain pillé au Congo. Or  cette matière nous avons le pouvoir de la transformer dans un geste réparateur qui  fait récit pour les victimes, en leur mémoire. 

Comme la sociologue culturelle Véronique Clette-Gakuba l’explique, PeoPL en tant que  praxis de démantèlement propose un geste de restitution, qui nous sort de la dualité conservation/destruction. 

Comment n’avons-nous pas fait le poids face à cette énergie conservatrice? Alors que la composition initiale présentait une moitié d’afrodescendants,  une sorte de sélection naturelle, qui ne dit pas son nom, n’avait réduit la  représentativité qu’à 4 personnes noires, dont un seul homme : Georgine Dibua, Dido Lakama, Sandrine Ekofo et moi-même. Un début d’auto-critique  se trouve dans le rapport. 

Dans la pratique cela se traduit par un privilège de  temps de travail pour les académiciens, représentants d’institution, pères dont la  mère s’occupe des enfants… et des débats très lourd émotionnellement et  physiquement pour les descendants des victimes de cette même histoire.  Nos limites institutionnelles devront fondre elles aussi…

Je souhaite que les Bruxellois ne se laissent pas diviser, là où nous ne l’étions pas. Le dialogue civil, les  interventions artistiques temporaires , autour du monument, et ensuite sur le #Sokl, doivent servir à nous rapprocher, à nous rencontrer et nous aimer mieux. Nous  proposons de faire fondre ensemble sa monumentalité à la chaleur humaine, et non de la  garder au frigo.  

Je crois parler pour beaucoup de citoyens en disant qu’il est temps pour nous de  swiper à autre chose : imaginer ensemble le mémorial aux victimes de la colonisation  sans effacer, ni cacher, la seule trace qui nous reste de ces dits victimes : le  matériau.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — États-Unis
« La Cour suprême des États-Unis a un agenda : celui de l’extrême droite »
La Cour suprême des États Unis vient de rendre plusieurs arrêts inquiétants. Le premier, actant la fin de l’autorisation fédérale d’avorter, a mis le monde en émoi. Jeudi 30 juin, elle a nié l’autorité de l’agence pour l’environnement américaine a réduire les gaz à effets de serre. Pour l’américaniste Sylvie Laurent, elle est devenue une institution « fondamentaliste ».
par Berenice Gabriel, Martin Bessin et Mathieu Magnaudeix
Journal — Budget
Le « paquet pouvoir d’achat » ne pèse pas lourd
Le gouvernement a confirmé une série de mesures pour soutenir le pouvoir d’achat des fonctionnaires, des retraités et des bénéficiaires de prestations sociales. Mais ces décisions ne permettent pas de couvrir la hausse des prix et cachent une volonté de faire payer aux plus fragiles le coût de l’inflation.
par Romaric Godin
Journal
Covid : face à la septième vague, les 7 questions qui fâchent
Risques de réinfections, protections, efficacité des vaccins actuels et attendus, avenir de la pandémie… Nos réponses pour s’y retrouver face à cette nouvelle vague de Covid-19.
par Rozenn Le Saint
Journal
Urgences : vers la fin de l’accueil inconditionnel ?
La première ministre a reçu, jeudi, 41 recommandations pour l’été « à haut risque » qui s’annonce à l’hôpital. Parmi les mesures mises sur la table : la fin de l’accès sans filtre aux urgences et la revalorisation des heures de travail la nuit et le week-end.
par Caroline Coq-Chodorge

La sélection du Club

Billet de blog
Quels sont les rapports de classes à l’issue des élections 2022 ?
On a une image plus juste du rapport des forces politiques du pays en observant le résultat des premiers tours des élections selon les inscrits plutôt que celui des votes exprimés. Bien qu’il y manque 3 millions d’immigrés étrangers de plus de 18 ans. L’équivalent de 6% des 49 millions d’inscrits. Immigrés qui n’ont pas le droit de vote et font pourtant partie des forces vives du pays.
par jacques.lancier
Billet de blog
Oui, on peut réduire le soutien populaire aux identitaires !
Les résultats de la Nupes, effet de l’alliance électorale, ne doivent pas masquer l'affaiblissement des valeurs de solidarité et la montée des conceptions identitaires dans la société. Si la gauche radicale ne renoue pas avec les couches populaires, la domination des droites radicales sera durable. C'est une bataille idéologique, politique et parlementaire, syndicale et associative. Gagnable.
par René Monzat
Billet de blog
Lettre d’un électeur insoumis à un électeur du RN
Citoyen, citoyenne, comme moi, tu as fait un choix politique mais qui semble à l’opposé du mien : tu as envoyé un député d’extrême-droite à l’Assemblée Nationale. A partir du moment où ce parti n’est pas interdit par la loi, tu en avais le droit et nul ne peut te reprocher ton acte.
par Bringuenarilles
Billet de blog
Quand le RN est fréquentable…
La dernière fois que j'ai pris ma plume c'était pour vous dire de ne plus compter sur moi pour voter par dépit. Me revoilà avec beaucoup de dépit, et pourtant j'ai voté !
par Coline THIEBAUX