Lettre ouverte pour faire suite à "la défaite est totale"

Voici la lette que j'avais adressée à Mediapart en décembre 2013, du fond du Maroc où j'étais à ce moment-là, ... que Mediapart s'est bien gardé de publier

Voici la lette que j'avais adressée à Mediapart en décembre 2013, du fond du Maroc où j'étais à ce moment-là, ... que Mediapart s'est bien gardé de publier :

Lettre ouverte à Edwy Plenel :

Cher Monsieur Edwy Plenel,

Je suis toujours avec intérêt votre actualité. J'ai donc appris le contrôle fiscal que vous ont adressé « Vos Amis », pour vous distraire, sans doute.

Quelle qu'en soit l'issue, il vous faudra en tirer des conclusions radicales :

 Comme l'a parfaitement démontré Michel Serres dans un de ses derniers livres, la période néolithique s'achève. L'accumulation des richesses et la concentration des pouvoirs ne sont plus nécessaire à la civilisation. Les nations, et les religions, deviennent même un frein pour son évolution. Il suffit pour s'en persuader de regarder, et de « classer » l'actualité. Les riches, les multinationales, et les révoltés de toutes obédiences l'ont déjà compris.

Même si on vous « accorde » le taux réduit auquel vous avez droit, il vous faudra déplacer votre siège social dans le seul pays qui a fait sa révolution populaire post-crise « bancaire », l'Islande.

Il faut « vider la bête », c'est la seule façon de la combattre aujourd'hui. Déjà, sa santé a été fortement compromise par ceux qui nous font croire qu'ils gouvernent, il suffit de sortir un peu du microcosme parisien, de visiter par exemple un CHR quelconque pour voir que sans les médecins du « tiers-monde », notre système de santé s'effondre.

Vos lecteurs, à quelques milliers près, pourraient faire l'effort nécessaire, ce n'est pas le problème. Vous ne déserterez pas, pas plus que De Gaulle en juin 40, au contraire, vous engagerez le peuple à résister à la ploutocratie et à la gangrène « administratrice ».

 

Cordialement.

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.