Vivant, conscience de soi

Notre extinction ?

Quand j’ai terminé d’écrire Opérations CF, en 2005, au début du second mandat de Bush le boucher, je pensais encore que l’Homme était « nécessaire » au Vivant de cette planète, qu’il jouait le rôle de « conscience de soi » du Vivant. Je voyais bien les dangers qui nous guettaient, dont l’exacerbation religieuse et communautaire. J’avais imaginé que l’Intelligence Artificielle nous permettrait, à notre insu, de continuer à exercer cette fonction, voire, si nous rencontrions un autre Vivant dans les millénaires qui suivraient d’exercer la fonction de communication, avec cet autre Vivant.

Aujourd’hui, moins de 15 ans plus tard, alors que les esprits les plus éclairés tentent de nous faire prendre conscience de l’urgence d’essayer de ralentir, puis d’arrêter le réchauffement climatique et l’extinction en cours, on voit le raidissement des pouvoirs, le corsetage de la démocratie et l’abandon affiché des principes des « droits de l’homme », à Osaka, et sur les rives de la Méditerranée, et partout ailleurs.

Si nous ne changeons pas radicalement, et immédiatement, de paradigme, nous allons vers des destructions gigantesques, vers une forte diminution du nombre d’humains, du fait des guerres de ressources, en eau et en matières premières. Peut-être échapperons nous à l’extinction.

L’espèce humaine a-t-elle perdu conscience d’elle-même ?

Attention, la Nature, le Vivant, ne nous protégera pas plus qu’une autre. La Nature est une grande gaspilleuse, à tous les niveaux la profusion est son mode de fonctionnement. Les branches mortes, innombrables, jonchent son parcours depuis l’origine du vivant. Nous serons peut-être l’une d’entre elles. Nous n’échapperons, à ce sort funeste, que par une prise de conscience individuelle de l’urgence. Ces millions de prises de conscience contraindra peut-être les pouvoirs en place qui n’abandonneront pas volontiers leurs privilèges et leurs illusions.

Comment accélérer ces prises de conscience individuelles ?

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.