9/11 : la kermesse terroriste

RIP aux victimes, y compris celles qu'ont fait les USA en Irak, en Afghanistan, au Pakistan. Il y a une surinterprétation de l'attentat du 11 septembre 2001. Les US, si prompts à instrumentaliser leurs morts civils gardent secret le nombre des autres civils et de leurs propres soldats tués. Un civil arabe ou un militaire US ne suscitent pas l'émotion officielle étatsunienne. Elles sont toutes victimes pourtant des conséquences de sa diplomatie mercantile et de son interventionnisme militaire irresponsables.
Renaud - Manhattan Kaboul © Maxime
Renaud - Manhattan Kaboul © Maxime

RIP aux victimes, y compris celles qu'ont fait les USA en Irak, en Afghanistan, au Pakistan. Il y a une surinterprétation de l'attentat du 11 septembre 2001. Les US, si prompts à instrumentaliser leurs morts civils gardent secret le nombre des autres civils et de leurs propres soldats tués. Un civil arabe ou un militaire US ne suscitent pas l'émotion officielle étatsunienne. Elles sont toutes victimes pourtant des conséquences de sa diplomatie mercantile et de son interventionnisme militaire irresponsables.

 

En effet, le plus grand justicier de la planète refuse l'autorité de la Cour pénale internationale. Il travaille même à lui nuire, n'hésitant pas à menacer de mesures de rétorsion ceux qui l'ont reconnue. Un chantage de petites frappes piquées aux stéroïdes et bodybuildées dont les conséquences politiques et diplomatiques est de semer l'injustice dans le monde. Nemo auditur propriam turpitudinem allegans. Les victimes US sont victimes de leur gouvernement. Certaines refusent l'instrumentalisation qu'il fait de leur deuil.

 

Le pays incapable de faire la lumière sur l'assassinat du président Kennedy accumule les zones d'ombre sur ce qui lui sert de prétexte à tuer des centaines de milliers de civils. Il flétrit ce qu'il touche, par sa capacité à placer la mafia au pouvoir, encourager la corruption et favoriser la stigmatisation. Son discours de peur justifie ses guerres un peu partout où il y a du pétrole ou des dollars à faire.

 

L'enquête sur l'attentat du 11 septembre a éludé le principal. Elle a donné les noms, la biographie des auteurs, leurs parcours, mais pas leurs mobiles. On ne se jette pas à 900 km/h dans la façade d'un building sans raison. Ces actes terroristes sont dictés par des causes dont on ne parle pas. Le terrorisme a un mobile (Lire à ce sujet "Pourquoi les bombes humaines ?" Sciences humaines N°230 P. 20 à 27)

 

Les USA pensent avoir clos le débat par l'assassinat d'un protagoniste, en violation du droit international. Ben Laden n'a pas eu droit à un procès comme en ont eu un les criminels nazis, responsables de la mort de plus de 60 millions de personnes (nombre de victimes de la 2° GM qu'ils ont déclenchée). Il y a une disproportion entre la célébration du "11 septembre" et celle du 8 mai. L'ont-ils au moins commémoré ?

 

Un même tapage autour des attentats du GIA à Paris poserait les mêmes questions. Il n'a jamais été expliqué aux Français qui finançait le GIA et qui les entrainait. Tels les rats suivant le joueur de flûte, le gouvernement français éclipse aussi l'essentiel et s'abandonne à la noyade, entrainant ceux dont il a la responsabilité, comme un mauvais capitaine envouté par la Lorelei.

 

Les gouvernements US ont fragilisé l'influence européenne en Afrique et dans le monde arabe, déstabilisant le Moyen-Orient à l'avantage d'un pays et de crimes de guerres impunis, entretenant les tensions. Leur incapacité à juguler leurs propres mouvement terroristes ( WASP ou juif : l'assassin d'Yitshak Rabin - voir aussi l'attentat d'Oslo) pose les limites de la kermesse sécuritaire orchestrée sur les tombes des victimes du 11 septembre.

 

La couverture médiatique mondiale autour de l' "anniversaire" avant que la Palestine ne dépose sa demande de reconnaissance devant les Nations-Unies conduit à s'interroger sur le caractère fortuit de l'orchestration dans laquelle se confondent le veto américain et l'opposition d'Israël.

 

Ces deux pays ont si peu bonne conscience que leurs ambassades ressemblent à des bunkers. Il y a mieux comme exemple de démocratie. Ils donnent l'image d'un proxénète abusant de la démocratie comme d'une mineure.

 

Les USA et Israël font régner la terreur dans le monde en prétextant riposter à des attentats dictés par la misère indignes qu'ils entretiennent et des comportements criminels.

 

Les républicains US sont nus. Les abus d'un Goldman Sachs - grâce au monopole du dollar dans les échanges internationaux - risquent d'en faire une monnaie de singe. Elle entrainera ceux qui s'y accroche en s'effondrant (comme les Twins Towers ?). Il n'y aura pas de cause extérieure. comme à Oklahoma City. La finance occidentale dénonce déjà le Yuan, comme si elle présumait de la catastrophe.

 

Le commémoration du 11 septembre est un moyen de stigmatiser l'altérité, justifier l'injustice. L'ineptie invraissemblable des promoteurs de ce discours discriminatoire est la véritable menace à la paix et à la justice dans le Monde.

 

L'opinion interpelle sans effet les responsables de cette violence institutionnelle, qui sont les promoteurs de la surenchère sécuritaire. Un business lucratif.

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.