Apple et la camisole numérique

Apple induit-il un comportement identitaire au point de se confondre avec les caractères d'un phénomène sectaire ? Une documentaire sur ARTE, visible en ligne pendant une semaine ICI, pose la question de l'influence de cette marque sur la vie quotidienne en interrogeant des universitaires et des chercheurs dans des domaines aussi variés que la psychiatrie, philosophie, l'art, le neurmarketing, l'histoire contemporaine, la sociologie sur des domaines aussi variés que la contre-culture, le snobisme, l'addiction, ...

12lve-musthave.jpg?2

Apple induit-il un comportement identitaire au point de se confondre avec les caractères d'un phénomène sectaire ? Une documentaire sur ARTE, visible en ligne pendant une semaine ICI, pose la question de l'influence de cette marque sur la vie quotidienne en interrogeant des universitaires et des chercheurs dans des domaines aussi variés que la psychiatrie, philosophie, l'art, le neurmarketing, l'histoire contemporaine, la sociologie sur des domaines aussi variés que la contre-culture, le snobisme, l'addiction, ...

deux-articles-consacres-apple-lipad-liberatio-L-btU9Bv.jpeg

La sortie des nouveaux modèles sans innovation réelle témoigne de l'affirmation marketing du concept d'obsolescence psychologique*. Le produit est acheté non pas en raison de sa fonctionnalité nouvelle mais comme vecteur de satisfaction des fantasmes, le consumérisme étant devenu la mise en concurrence des consommateurs dont le moteur est le snobisme (voir Frédéric Rouvillois interrogé dans le documentaire et auteur d'une Histoire du snobisme)

histoire-du-snobisme-frederic-rouvillois.jpg

Apple, la tyrannie du cool

mercredi 17 septembre à 3h40 (51 min)

Le décès de Steve Jobs, en octobre 2011, a illustré le paradoxe qui est au centre de ce documentaire : c'est la première fois dans l'histoire qu'un entrepreneur a été pleuré comme un bienfaiteur de l'humanité. Si pour les contempteurs du consumérisme, cette dévotion planétaire relève d'une soumission inquiétante au capitalisme, les réalisateurs, eux, ont décidé de juger sur pièces.

Le décès de Steve Jobs, le 5 octobre, a illustré avec éclat le paradoxe d'Apple, qui est au centre de ce film : c'est la première fois dans l'histoire qu'un entrepreneur a été ainsi salué et pleuré comme un bienfaiteur de l'humanité, et son succès commercial fêté à l'égal d'une œuvre de génie. Pour les contempteurs du consumérisme, cette dévotion planétaire témoigne du triomphe du capitalisme et de la marchandisation des esprits. Dimitri Kourtchine et Sylvain Bergère, eux, ont décidé de juger sur pièces, et plutôt que d'instruire le procès de la "moi technologie" selon Apple, entreprennent de l'explorer. Un panorama ludique de la planète à la pomme, qui interroge un phénomène de société à part entière. Voire, comme l'affirme un sémioticien, une révolution cognitive ?

Deux chercheurs de l'université de Toronto expliquent en tout cas de façon lumineuse comment la contre-culture, qui voulut dans les années 1960 combattre le capitalisme en luttant contre l'homogénéisation des modes de vie, a au contraire merveilleusement servi le "système" en multipliant les formes de consommation. Un spécialiste du "neuro-marketing" affirme très sérieusement que les zones cérébrales réagissant à l'utilisation de l'Iphone sont celles de l'amour et de la peur (d'être tout seul). D'un ordinateur portable plaqué or à un plasticien spécialisé dans la destruction au chalumeau des produits Apple, en passant par le conseiller d'Obama, Tim Wu, qui compare le succès de Steve Jobs à celui d'Hollywood, en soulignant que l'humanité préfère en général "la facilité et le confort" à la liberté, un tour d'horizon distancié et instructif, en forme d'autobiographie d'un Apple-addict.


____________________

 

12 points qui démontrent qu' Apple est une secte

Apple est une secte

Apple est une religion, c'est scientifiquement prouvé !

Apple, la secte est devenue religion

'Apple est une secte et en voici la preuve'


* L’obsolescence programmée psychologique ( ou esthétique)

 

Elle concerne les méthodes pour inciter le consommateur à se séparer d’un produit avant même qu’il soit hors d’usage… histoire d’en acheter un nouveau, avec un look plus « fun », des fonctionnalités (et des euros) en plus. Par exemple acheter l’Iphone 4 alors que vous avez acheté l’Iphone 3 il y a moins d’un an…

A titre d’exemple les téléphones portables sont changés en moyenne tous les 20 mois, alors qu’il fonctionnent encore, leur durée de vie étant de 4 ans en moyenne.

Outre les appareils électriques ou électroniques, le textile est particulièrement concernée par cette obsolescence programmée esthétique, avec une mode qui évolue de plus en plus rapidement, créée de toutes pièces par des opérations marketing et campagnes publicitaires…

http://www.consoglobe.com/obsolescence-programmee-appareils-cg/2

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.