Bernard Tapie veut imposer une "charte d'attitude des journalistes" ???

Bernard Tapie veut mettre en place une "charte d'attitude des journalistes" (???) dans les journaux (Nice-Matin ; La Provence ; ...) qu'il vient de racheter  pour 50 millions d'euros. Cf. Affaire Tapie: la CJR dévoile ce que Bayrou avait écrit déjà en 2009 !
johnny hallyday - rock n roll attitude © toufixchrome36
johnny hallyday - rock n roll attitude © toufixchrome36
johnny hallyday - rock n roll attitude © toufixchrome36

Bernard Tapie veut mettre en place une "charte d'attitude des journalistes" (???) dans les journaux (Nice-Matin ; La Provence ; ...) qu'il vient de racheter  pour 50 millions d'euros. Cf. Affaire Tapie: la CJR dévoile ce que Bayrou avait écrit déjà en 2009 !

Bernard Tapie connaît la chanson : " On est les pistonnés du régiment"

tu-l-oublieras-bernard-tapy-45-tours-877962202_ML.jpg

Il a expliqué que cette charte "dont l'application sera surveillée "par quelqu'un de l'extérieur", pour faire en sorte que les reporters s'intéressent "aux faits, et rien qu'aux faits".

Le Point précise que ces "propos ...  font curieusement écho à un souhait émis, jeudi, par le président PS du département Jean-Noël Guérini, en proie à des ennuis judiciaires, dans un communiqué publié sur son blog où il saluait l'arrivée de Bernard Tapie au sein de (Groupe Hersant Médias) GHM." (Le Point)

Le commentaire du blog de Monsieur Guérini est le suivant : " Bernard Tapie effectue un choix courageux alors que le monde de la presse  connait une profonde mutation et se cherche un nouveau modèle économique.

Dans un contexte social et dans une ville et une région durement frappées par la crise,  « La Provence »,  pourra, je l’espère, retrouver le chemin du développement.

Le chapitre qui va s’écrire, et les équipes qui vont faire vivre « La Provence », tout en relatant les faits, rien que les faits, auront tout à gagner en donnant une réelle place à la pluralité qui est un des atouts des Bouches du Rhône et de Marseille, dans le cadre d’une déontologie qui doit être une des vertus cardinales du métier de journaliste."

180100551060.jpg

Etudions le texte.

"Les faits et rien que les faits" ?

Finis donc les commentaires ou le journalisme d'investigation, les enquêtes pour rechercher les faits, qui se déduisent, qui se devinent ?

Quid des lanceurs d'alerte ?

Quid de la liberté d'expression, de la liberté de la presse, du droit d'informer?

Un journalisme qui va se réduire à la recension des faits (divers) et l'interview polie à sens unique quand la Cour européenne des droits de l'homme sanctionne l'atteinte faite à la Convention européenne des droits de l'homme par la loi sur la protection des sources  : « Le droit des journalistes de taire leurs sources n’est pas un simple privilège qui leur serait accordé ou retiré en fonction de la licéité ou de l’illéicité des sources, mais un véritable attribut du droit à l’information. ».

De journalisme à la papa quand le Droit consacre le droit à l'information. L'information qui gène et qui pose débat.

319_001.jpg

Le président stratège de l'OM-Valenciennes est-il apte à relever le défi d'une presse libre et indépendante ?

L'argent n'a pas de parti. C'est un bon serviteur mais un mauvais maître.

12029467.jpg

Que pensent les journalistes de Médiapart sur ce rachat par Bernard Tapie d'un groupe de presse ?

Que pense le SNJ de cette écharte d'attitude" ?

La déontologie ne s'impose pas aux professionnels par le patron, que ce soit dans la presse ou la police.

Ce sont les professionnels qui en décident, en discutent, la déterminent et l'adoptent.

Valls-Tapie, même idéologie ?

L'un et l'autre sont aussi mal conseillés.

Il existe déjà une Charte européenne des journalistes, dite "Charte de Münich".

$%28KGrHqF,!jcE8Fu02ND%28BPKqjhzZ2!~~60_35.JPG

La satisfaction de la droite comme de la gauche à voir Bernard Tapie à racheter la presse du groupe Hersant (dont le créateur fut un homme plutôt à droite) confirme l'analyse de Jean-Claude Michéa sur l'alternance unique.

De récentes publications laissent circonspect et conduisent à soutenir les demandes de clarté des journalistes du groupe La Provence et Nic-Matin :

Tapie patron de presse, Gaudin et Guérini contents

Affaire Guérini : une enquête préliminaire vise Bernard Squarcini

Jean-Noël Guérini mis en examen pour association de malfaiteurs

Affaire Guérini: un «système mafieux» sur les ports de plaisance

Affaire Guérini : l'ex-patron de l'office HLM mis en examen pour association de malfaiteurs

Affaire Guérini : un PDG d'un groupe de maisons de retraites mis en examen et un fonctionnaire en garde à vue

L'affaire Guérini aux portes d'Aix-en-Provence

A Nice, l'UMP est rattrapée par l'affaire Guérini

Affaire Guérini: comment un contrôle fiscal a conduit à un système «mafieux»

Affaire Guérini : arrestations dans le grand banditisme

Affaire des Bouches-du-Rhône: la justice suisse veut entendre Alexandre Guérini

La décharge de La Vautubière, un condensé du système Guérini

...

Il est temps de réapprendre ce qu'est la gauche.

profession-journaliste.jpg

Synopsis et détails (Allociné) :

" Qu’est-ce qu’un journaliste aujourd’hui ? Est-il animé par le désir d’informer ou par la nécessité de gagner sa vie ? Dans le jeu trouble du commerce de l’information et de la production d’événements, la position du journaliste est ambiguë.
A travers l’histoire du journalisme, et par le biais de témoignages contemporains, une réflexion sur l’état de la profession s’impose. Quels sont les liens entre journalisme, politique et finance? Alors que les médias enracinent leurs influences idéologiques au cœur de la société, le fantasme d’une information objective et neutre perdure. La profession évolue dans un productivisme effréné. La rentabilité et l’injonction de rapidité du traitement de l’information ont transformé les journalistes "en ouvriers des usines modernes qui ne sont pas là pour réfléchir."
A part dans quelques entreprises publiques, rares sont les petites mains de l’info qui tapent du poing et luttent contre ces conditions de travail. Dans les groupes de médias privés - détenus en France par seulement six ou sept sociétés tentaculaires - la règle demeure le silence et l’autocensure. La précarité de la profession musèle bien souvent toute vocation d’un journalisme d’investigation et d’émancipation. "

_________________

Libération : " «La Provence» : le traquenard à Nanard 19 décembre 2012 à 22:26  "

Demande d’enquête sur la « carambouille » Tapie

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.