Valls : une biographie dérangeante

Les commentaires sur Médiapart valent le détour pour leur plus-value journalistique. Ainsi du dernier article de Stéphane Alliès au titre déjà peu flateur pour l'occupant de Matignon "Le Guen, de la Mnef lambertiste à l'alliance avec Valls" (Médiapart a révélé que Le Guen est un brillant investiseur immobilier du VII° arrondissement ayant eu l'indélicatesse de minorer sa déclaration de patrimoine : "Jean-Marie Le Guen a minoré de 700 000 euros son patrimoine").

CharlesChaplin-TheGreatDictator1-7.jpg

Les commentaires sur Médiapart valent le détour pour leur plus-value journalistique. Ainsi du dernier article de Stéphane Alliès au titre déjà peu flateur pour l'occupant de Matignon "Le Guen, de la Mnef lambertiste à l'alliance avec Valls" (Médiapart a révélé que Le Guen est un brillant investiseur immobilier du VII° arrondissement ayant eu l'indélicatesse de minorer sa déclaration de patrimoine : "Jean-Marie Le Guen a minoré de 700 000 euros son patrimoine").

Un commentaire de SCHOUM1 à cet article de Stépahne Alliès permet de découvrir un article présentant le livre "Le vrai visage de Manuel Valls" d’Emmanuel Ratier.

Emmanuel Ratier - journaliste d'extrême-droite - ne devrait qu'être rassuré de ce qu'il a découvert de l'actuel premier ministre : Famille de banquiers anti-républicains, propriétaire d'un journal réquisitionné par les socialistes pendant la guerre civile pour abriter des communistes, dont le père dit avoir été traumatisé pour être devenu ensuite l'élève d'un artiste français ayant allègrement fricoté avec le régime nazi pendant la guerre, pendant que du côté de sa mère on s'épanouissait dans le commerce de l'or dans la Sierra Léone, pays d'Afrique bien connu pour le haut degré d'émancipation de son humanisme et son respect de la dignité humaine. (source)

Et bien non, Emmanuel Ratier n'est pas content. Il n'aime pas Valls. Il le déteste même semble-t-il. La concurrence ? La jalousie ? Vol de clientèle ou de fonds de commerce ?

Le fils de famille, rhabillé pour l'hiver avec un pédigrée de Ratier, a été invité à la Rédaction pour assumer la banalisation de la violence policière (voir par ex. Sihame Assbague et le contrôle au faciès : «Si Valls a une idée, nous sommes preneurs») et le racisme d'Etat (Comment la «question rom» a fabriqué un racisme d'Etat).

Si Valls n'engage pas des poursuites contre le livre de Ratier, Médiapart va devoir malheureusement envisager d'inviter Marine Le Pen ; à moins qu'Emmanuel Ratier sorte une biogarphie sur la blonde de Montretout avec le même esprit critique ravageur. Pourquoi tant d'ADN ?

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.