Chose vue.

Depuis quelques mois, notre manque de contacts avec nos congénères, dans notre société confinée, fait que dans tous les magasins, et autres lieux où je passe, des dialogues se nouent facilement avec des inconnus... La parole circule. Comme dirait Victor Hugo: Chose vue (ou entendue)

"C'était avant !" © POL "C'était avant !" © POL
En fin de journée, je fais des courses à l'épicerie du coin, la caissière me demande (je parle toujours avec les caissières) alors "Monsieur cela va bien ce soir!"; Je réponds (je réponds toujours aux caissières - même avant qu'on applaudisse aux fenêtres, à 20h, les soignants) "Bien sûr Mademoiselle, je vais très bien! Notre pays va très bien, nous avons les dirigeants les meilleurs du monde, qui prennent de belles décisions logiques et intelligentes qui favorisent la liberté, l'égalité et surtout la santé..."

La femme qui me précédait - en train de ranger son caddy - se retourne et avec la voix qui porte (comme la mienne) dit : "Ce n'est pas la peine d'avoir fait la Révolution en France, ou d'avoir résisté contre les Nazis et Vichy, pour hériter de ce genre de Président..." J'essaye de la rassurer: "Ne vous inquiétez pas Madame, il vient de dire aux journalistes de Brut, qu'il ne pourra peut-être pas se représenter en 2022" La dame s'arrête de ranger me regarde et continue de plus belle: "Bien entendu on l'aura descendu avant!" J'ai eu l'impression d'avoir mal compris et je lui ai donc fait répéter... Elle me redit exactement la même phrase en donnant un peu plus de la voix... Il y a sept ou huit personnes qui ont bien entendu ses paroles (nous ne somme pas six - sans compter les enfants - comme pour un dîner de Noël) Je lui dis de ne pas crier cela sur tous les toits, qu'elle risquerait une arrestation pour incitation à un crime (je n'ose pas dire de lèse Majesté...) Elle parle un peu plus fort encore, et dit : "Mais j'assume complètement Monsieur! J'en rêve!"

L'épicerie du coin est devenue un lieu de radicalisation... Personne dans la queue ou à la caisse n'a fait barrage avec un geste barrière, ni même un mot. Tous ont l'air de trouver que les propos de cette dame n'ont rien de choquant ou d'extrémiste... Seule la caissière sourit timidement - le devoir de réserve probablement.

Je suis rentré dans mon tout petit chez moi, où je vis comme un ermite... et je m'aperçois que je ne décolère pas... Ces gens qui nous gouvernent et qui prétendent bâtir des lois sur la laïcité, se permettent d'autoriser une soirée de fête religieuse (avec une minorité de pratiquants) plutôt que de permettre à tous de fêter dignement la fin de cette année épouvantable... Quand le beau parleur - qui nous sert de Président - a lâché du bout des lèvres qu'il daignait laisser les théâtres et les cinémas rouvrir le 15 décembre, nous savions le jour-même que jamais le nombre de contamination ne diminuerait suffisamment... et que permettre les réveillons - en l'état des connaissances - générerait une troisième vague d'afflux de malade dans les hôpitaux...

Ces énarques incultes (certainement d'un point de vue scientifique) accordent aujourd'hui avec une magnanimité suspecte l'autorisation pour que la magie catholique de l'apparition du petit jésus puisse être mise en scène et refusent à l'ensemble des citoyens français de fêter dignement la fin de cette année épouvantable... Cette discrimination est totalement abjecte... d'autant que la pandémie a toutes les chances encore de repartir avec cette simple fête autour de la crèche... Soit il y a danger de saturer les hôpitaux (parce c'est là le problème et pas un autre - le manque de lit, le manque de soignant, les salaires insuffisants) et alors il faut interdire tous rassemblements même les plus catholiques... soit il y a une possibilité de fêter quelque chose et alors il faut permettre une célébration qui rassemble (au moins symboliquement) tous et toutes et pas seulement une certaine catégorie minoritaire de croyants (moins de 4 millions pour 2millions et plus de personnes déclarants une absence de religion sur 66 millions d'habitants - si mes chiffres sont exacts?). Certains diront que Noël est une fête de tous et surtout des enfants (ceux qui peuvent être nombreux au milieu des 6 adultes maximum - vive les familles nombreuses avec 12 enfants pour 2 adultes) C'est penser que le gouvernement choisis de célébrer le consumérisme et la fièvre acheteuse, plutôt que la joie des spectacles et du divertissement. Aux réveillons de la fin d'année, on sort, on fréquente les restaurants et les spectacles, on boit plus que de raisons, bref on se bat pour défendre la culture française contre le fanatisme religieux (d'où qu'il vienne, qui préconise la tempérance, la pureté, la chasteté et l'absence de toute libation alcoolisée)

Cette décision du pouvoir en place de privilégier la messe de minuit sépare ceux qui seraient les bons français - les catholiques - des autres. Elle privilégie une fête particulière soit-disant indispensable et stigmatise le reste de la population qui n'aura pas droit à sa pratique pariculère. C'est ce que je baptiserais, au nom du bon sens, un séparatisme d'État!  C'est insupportable et contraire à l'esprit de la loi de 1905 qui permet à tous et à chacun de vivre sa croyance, ses idées.

Évidemment avec une décision aussi stupide! Toutes les ripostes et résistances sont possibles.. Les étudiants, les jeunes iront fêter le nouvel an les uns chez les autre du début du couvre feu jusqu'à l'heure d'autorisation des mouvements... Ou bien nous fêterons la bonne année le 24 décembre, puisque ce sera le seul jour où l'on pourra se trouver tard dans la rue, jusque tard le soir. Les artistes, musiciens, chanteurs, acteurs, acrobates, clowns et autres saltimbanques vont probablement inviter nous autres les spectateurs à occuper toutes les églises pour les détourner en lieu de culte de la culture, de l'intelligence, de la réflexion et de la beauté... La célébration de la culture est largement plus indispensable que la mise en scène de pratiques de pure magie digne d'un cabaret de l'ancien régime: le vin est transformé en sang et le pain en corps du Christ...  Ces cérémonies de cannibalisme mystique et supersticieux auraient plus le droit de cité, que la récitation des vers d'un Molière ou d'un Beaumarchais ? Un pur scandale ! Ce gouvernement a éteint les lumières de ses valeurs pour allumer les cierges de la crédulité religieuse.

Bref je m'égare, je suis un défenseur de la laïcité qui permet à chacun de vivre ses croyances... et non pas de diriger la manière de le faire et d'organiser les cultes. 

En aucun cas ce gouvernement n'applique la loi de 1905! Les séparatistes se sont eux! Ils désignent les bonnes pratiques, et stigmatisent les autres qu'ils soient musulmans ou athées. Ils sont incapables de rassembler derrière un projet cohérent tous les citoyens français... Cette décision rallume les flammes de la discorde.   

Cette décision m'énerve considérablement vous l'aurez compris- et je ne suis pas le seul - J'aimerais écrire comme au bon vieux temps un texte encore plus bouleversé, plus ampoulé et plus dénonciateur.

Mais je ne vais pas argumenter davantage.

Emmanuel Macron agit maintenant comme s'il voulait en tout lieu et pour tout sujet, mettre le feu au poudre. Il ne temporise pas, il n'est pas dans la bienveillance qu'il exige de nous.

Depuis janvier 2020, il ne trouve plus les mots, il est incapable de suivre son style qui était de dire  - dans une même phrase - une chose et son contraire - en même temps - pour que tout le monde puisse y trouver son compte et oublier les incompatibilités des termes... Pendant le début de sa présidence, il arrivait très bien à prononcer des discours - très bien troussés -  qui promettaient des tas de choses - tout en repoussant toujours l'application des propositions ambigus. Il ne fâchait personne. Mais aujourd'hui il réussit merveilleusement exactement le contraire, il m'est tout le monde en colère (sauf les sondeurs?), une vraie colère qui ne va pas cesser... Il suffit d'aller dans n'importe quelle queue d'un magasin de produits essentiels.

Mais il est vrai que mon propos n'a pas d'intérêt parce que je fais un métier frivole, qui n'est pas essentiel du tout.

Et ce qui est certain, c'est qu'à ce train là 2021 sera bien pire que 2020, c'est dire!

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.