Un couvre-feu ubuesque

Hier nous avons vu une très belle émission de télévision, une étrange fiction où le roi UBU régnerait en maître sur une situation qu’il maîtriserait avec élégance…Grotesque! Deux courtisans lui parlaient agréablement sans poser les bonnes questions: aucune pic, pas de boulot de journaliste… Une complaisance coupable merdre de merdre…

Un pays mal dirigé. © POL Un pays mal dirigé. © POL
Le père Ubu, décrète avec sagesse un couvre feu - cornegidouille -  comme au temps de la collaboration et de l’ignominie… La propagande des médias mainstream est tellement bien faites qu’une partie de la population se persuade, que leurs voisins, les jeunes ou les étrangers (à choisir) sont responsables et coupables de la maladie et de la mort… Tout le monde oublie presqu’il s’agit d’un virus… pas plus virulent qu’un autre… (je porte le masque, je me confine, nia nia, ne me faites pas dire ce que je n’ai pas dit). Notre grand Président, que j’appelle le roi UBU, avec humour et sagesse, ne contrôle rien, et il fait semblant… Il continue de gouverner avec la même idéologie obsolète et il ne nous sauvera pas, tout au contraire… Il l’a bien dit: le virus est là, jusqu’à l’été 2021! Et tous les experts, et lui avec, auraient pu dire cela en février 2019… Il suffisait de regarder l’histoire des pandémies du même genre… La démagogie, les absurdes mensonges ont été préférés? Mais pourquoi donc? Il nous impose aujourd'hui un couvre feu, parce que lui, ses ministres, son administration n’ont pas été capable de faire ce que tous les soignants, les experts, les gens intelligents et naïfs réclament à corps et à cris depuis des années… UN GRAND PLAN POUR SAUVER L'HÔPITAL PUBLIC. Si je ne me trompe pas 100 000 lits ont été supprimés depuis 1993 pour ne pas payer les 43000 euros de salaires et de charges qui sont nécessaires pour soigner le malade qui si trouverait. Malgré tous les « conneries » la destruction des stocks de masque, l’absence de test etc… en mars Macron aurait pu "quoiqu'il en coûte" doubler le salaire des infirmières et revaloriser toutes les professions des « derniers de cordées ». C'était assez simple. Mais un fondé de pouvoir de la finance est incapable de faire cela… Le chaos va continuer, s'aggraver…

En 1968-69 en France et dans le monde il y a eu une pandémie similaire avec des centaines de milliers de morts… rien dans les journaux, pas d’inquiétudes, pas de confinement, ni de couvre feu… juste la vie normale… À ce moment-là, il y avait des soignants, des médecins, des lits en nombre suffisant pour « gérer » un phénomène normal et naturel… Le néolibéralisme triomphant nous a privé de cette normalité là… Jamais Macron ne l’admettra… Proclamer un couvre feu parce qu’il y a un virus, ce n’est pas pour nous protéger de celui-ci, c’est pour essayer d’empêcher les démissions en masse à l’hôpital… Le roi UBU est nu…

Proclamer un couvre feu à cause de la mortalité n’a aucun sens, ou bien il alors il faut interdire les automobiles parce qu’il y 48 000 morts par ans en France. Nous vivons un moment d’impuissance totale. Les français ont applaudis tous les soirs les soignants (pas moi) pendant le confinement, qu'ils sortent dans la rue pour réclamer 100 000 lits et le personnel médical avec... Pourquoi les syndicats ne proposent pas un gréve générale pour exiger que l'hôpital public soit rétabli... La Covid19 va disparaître, viendra une autre pandémie, le dérèglement climatique va nous en apporter d'autres... Nous aurons le paludisme à Paris et les macrovirus cachés dans le pergélisol qui se décongèle nous apporterons d'autres surprises. Gouverner c'est prévoir... la moitié des médecins en France ont plus de 60 ans, le système de santé est à bout, il ne doit pas être tabou de le dire... Oui père Ubu, vous ne dirigez pas votre administration qui continue à faire toujours ce qu'elle a toujours fait depuis 1983, des économies, de la rigueur budgétaire, suivant une logique comptable absurde... Les livres d'histoire raconterons que Macron a perdu toute crédibilité un soir du 14 octobre 2020 en décrétant un couvre-feu absurde et inefficace. 

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.