Il parle de chevaucher les tigres, mais ne pratique que le Jetski

Notre grand Président, continue à obscurcir notre esprit avec des images, des discours et des métaphores contradictoires, alors que l'urgence du rassemblement des énergies se fait de plus en plus sentir.

Je ne suis pas responsable de ce photomontage honteux. © inconnu Je ne suis pas responsable de ce photomontage honteux. © inconnu
En appelant à l'unité et à la solidarité en même temps qu'ils stigmatisent ceux qui veulent prendre leur juste place dans la communauté nationale, il démontre bien qu'il est un pur représentant d'un certain ordre de tradition coloniale, anti démocratique et en même temps nous donne une nouvelle preuve qu'il ne fera rien contre la sixième extinction et l'accélération du dérèglement climatique.

« Notre histoire est un bloc. On en apprend toujours, nos historiens continuent le travail, continuent de révéler la vérité, de mieux comprendre. (…) Mais ne cherchons pas à déboulonner des statues ou à effacer des noms » a estimé le président Macron, en ajoutant que « ce n’est pas ça, la nation française » ce lundi 17 août 2020; lors d’une cérémonie locale de commémoration de la libération… Si l’histoire est un « bloc » alors elle est inamovible et aucune nouvelle révélation n’est possible, drôle de contradiction.

Il a aussi proclamé « À l’heure où notre pays, comme beaucoup d’autres, traverse une crise inédite, la crise sanitaire exige que nous nous protégions tous mutuellement, que nous soyons chacun responsable de tous, après ces mois qui nous ont rappelé à quel point nous étions tous dépendants les uns des autres, tous liés par un destin collectif. »

 Notre jeune - si jeune - président fait-il semblant de n’avoir rien compris? Est-il cynique et particulièrement pervers pour prononcer ses mots?

L’histoire jugera, cette histoire qui fourmille et serpente dans la recherche de la vérité, constamment renouvelée, retravaillée, révisée… Il faut être maoïste pour croire que l’histoire est un « bloc » et traiter les staliniens de « révisos ». J’ai souvent caricaturé Macron, ici (https://blogs.mediapart.fr/pol/blog/140120/situation-7-fermez-vos-gueules-ecoutez), en président Mao… et évidemment encore une fois son discours sur le « bloc » le démontre.

L’histoire est une science sociale, pas une science dure… et Emmanuel Macron en parlant de « bloc », se trompe de terme à dessein …

Je donne un exemple (polémique, puisqu’il le faut) L'avocat Serge Klarsfeld a annoncé, dimanche 3 octobre 2010, la découverte du document original établissant un statut des juifs en octobre 1940. Ce document de l’État français est annoté de la main du maréchal Philippe Pétain, qui durcissait considérablement des mesures déjà "extrêmement antisémites". Selon Serge Klarsfeld, les annotations du maréchal Pétain "remanient profondément" la nature du document. La découverte de ce document seul remet en cause tout le discours (j’allais dire le bloc du roman anti-national) que continue de radoter un Zemmour. Le papier original, avec les rajouts au crayon, démontre que le maréchal n’a pas protégé les juifs français comme certains essayent toujours de nous faire croire.
Pour continuer dans ce même sillon, je voudrais parler de l’archéologie préventive, et citer Maurice Mourier « Elle sert à dynamiter les certitudes établies en démontrant (…) que le métissage est à l’origine de la plupart des cultures, et particulièrement de la culture française. » (https://www.en-attendant-nadeau.fr/2020/03/10/archeologie-politique-demoule/) Les juifs étaient présents en France dés le premier siècle (on retrouve les vestiges des synagogues), les musulmans dés le sixième siècle (des tombes l’attestent) ils ont donc vécus sur notre sol national bien avant les Capétiens, autrement dit avant les Francs, qui ont donnés leur nom à notre beau pays… Les juifs ou les musulmans seraient donc t’ils plus de souche que les autres? Bref j’arrête les exemples et je reviens au propos du Président…

Celui-ci qui semble défendre le « récit » national au dépend de la recherche historique s’attaque directement aux activistes qui dans nos départements d’outre-mer (surtout) font tomber les statues des colons. Il dit « ce n’est pas ça, la nation française.» Il est grand temps que le Président Macron se rende compte qu’il vit dans un palais entièrement construit avec l’argent tiré de la traite négrière… et à cause de ce seul fait - au lieu de parler d’un « bloc » - il devrait réviser ses leçons d’histoire pour en demander pardon.
J’ai déjà écrit, ici même (https://blogs.mediapart.fr/pol/blog/010120/situation-6-la-trahison-des-mots), qu’Emmanuel Macron et ses plumes avaient le grand talent de dire une chose et son contraire tout en se donnant un air intelligent et précis. On se demande d’où lui vient cette forme talmudique d'intelligence dont il ne se sert malheureusement que pour diviser en l'absence de ce rassemblement des Français promis pendant sa campagne électorale. Ses discours tout de même, comme l’histoire qui se fait bousculer par les traces archéologiques, se heurtent à la réalité…

Quand il affirme que « nous sommes tous liés par un destin collectif. » Je l'applaudis. Mais il semble seulement en appeler au bon sens… en parlant d’une crise sanitaire passagère. mais il est aussi parfaitement conscient qu’il se tire une balle dans le pied, parce que cette « crise » n’en est pas une puisqu’elle va devenir permanente, au sens où d’autres virus, maladies, épidémies, surviendront ( par exemple dans un autre domaine la canicule tue assurément autant qu’un virus de virulence moyenne)… La canicule, la montée du niveau des océans, l’augmentation de la violence des phénomènes climatiques, la croissance du taux de CO2 et de méthane dans l’atmosphère sont des faits qui n’ont pas besoin d’archéologie pour être mis en évidence. Et cela démontre que « nous sommes tous liés par un destin collectif. » Mais ce tous englobent tout le MONDE, pas seulement la petite France souverainiste arrogante et frileuse qui essaie de nous vendre.

La Covid19, virus né d’une trop grande proximité entre l’espèce humaine et la faune sauvage, nous fait rentrer dans une nouvelle zone de turbulence qui est bien plus grave que le Président ne le prétend. Comme je l’ai aussi écrit ici (https://blogs.mediapart.fr/pol/blog/130620/respirer), le Monde globalisé va vivre en permanence avec ce genre de menace réel - tous liés par un destin collectif - et comme une partie significative des habitants de cette planète l’ont compris, il s’agit de défendre la vie de chacun, et de tous, pas seulement dans notre petit village. C’est à dire, pour le faire, s’assurer d’un système de vie en commun où la solidarité et l’empathie sont constantes, organisées, assumées collectivement. Emmanuel Macron n’est certainement pas l’homme de la situation. Sa conception économique du monde va à l’encontre de cette idée que « nous sommes tous liés par un destin collectif. »

La Covid19 est un virus qui apparaît du fait del’activité humaine - celle des riches plus que celle des démunis -

C’est en 2016 que le taux de CO2 dans l’atmosphère a dépassé, pour la première fois, la valeur symbolique des 400 ppm (partie par million) qui explique l’affolement du dérèglement climatique devenant totalement imprévisible. C’est en 2019 que le niveau de CO2 dans l'atmosphère a atteint son plus haut niveau depuis 3 millions d'années.
C’est donc depuis 1947 que les scientifique savent que « nous sommes tous liés par un destin collectif. »

Il y a mille façons objectives, scientifiquement avérés, prouvés par milles expertises savantes de lutter contre le dérèglement climatique et la sixième extinction… Je n'en ferais pas la description ici.


Que fait notre Président? Il stigmatise des citoyens français qui luttent pour la reconnaissance de faits dans l’histoire nationale! Macron devrait juste dire “L’histoire de la traite négrière est celle d'un combat finalement victorieux pour la liberté et pour les droits humains, symbolisé par le soulèvement des esclaves de Saint Domingue dans la nuit du 22 au 23 aout 1791, c’est à dire en France."
Les Nations Unies ont reconnus que l’esclavage était un crime contre l’humanité en 2001, il a fallu attendre le 21 mai 2001 pour que la loi Taubira reconnaisse ce fait historique, alors même que des historiens s’élevaient dans une pétition contre ce texte en disant que ce n’était pas aux politiques de décider, mais seulement à la recherche historique.
J’espère donc que nous allons pouvoir constater une belle levée de bouclier contre cette conception élyséenne d’un bloc de l’histoire de France.

Mais évidemment l’histoire futur qui racontera notre période décrira Emmanuel Macron comme un personnage étrange, et inadapté à la période, un homme qui avait le visage de la jeunesse et la pensée d’un vieillard, un homme qui prétendait révolutionner la politique et qui n’a accompli pour l’essentiel que des contre-réformes pour revenir aux principex d’origine du néolibéralisme de 1947. Étrange concordance des temps qui fait que l’idéologie de Friedrich Hayek - qui va inspirer tous les dirigeants de la planète -  naisse au moment même où les signes de la crise climatique sont pris au sérieux dans un rapport de la CIA, aujourd’hui déclassifié.
Étrange destin d’un Emmanuel Macron que l’histoire jugera en bloc - si l’humanité vit jusque là - comme le premier président français pratiquant consciemment l’écocides. D'ailleurs ne pourrait-on pas voter une loi contre l'écocides? Mais aussi peut-être en définissant que la voracité du profit et leurs zélateurs sont des criminels contre l'humanité?

Tout est écrit d'avance? Comme si le destin de notre pays était tout d'un bloc? (https://blogs.mediapart.fr/pol/blog/130517/les-habits-neufs-du-president-macron)

 

 

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.