Le théâtre de l'absurde

Dans l'Absurdistan français, tout fout le camp, le Président de la République qui voulait défendre un "en même temps" a installé un "double langage" où tout devient possible les plus grands délires de part et d'autre

extrait de "Pilules Bleues" © Fredrerik Peeters extrait de "Pilules Bleues" © Fredrerik Peeters
Le nouveau slogan de Florian Philippot - pour ne pas parler de lui - est un vrai paradoxe. Il s'appuie sur une pièce d'Eugène Ionesco pour rallier des adhérents, des militants, pour faire le buzz. Ce qui est amusant c'est que Rhinocéros est une œuvre qui au départ dénonce les "gardes de fer", le fascisme, la montée du totalitarisme dans les années trente comme le décrit la fiche Wikipédia que Florian Philippot, lui-même, décrit comme excellente. 

Qu'un leader d'extrême droite détourne une œuvre pour la transformer en slogan "Je ne suis pas un Rhinocéros" nous oblige tous, à continuer à être précis, cultivé, défendre férocement le savoir, les idées, les références, les arguments. Nous ne sommes pas aidés par le pouvoir en place qui ne respecte ni l'Université, ni la Recherches, ni les Sciences! Nous sommes rentré dans une ère du chaos mental, où pratiquement toute déclaration ou action laisse présagé un double langage, une manipulation, un détournement. L'ABSURDE ne nous promet pas un avenir radieux.

Personnellement je trouve cela très effrayant. Mon camarade Frederick Peeters avait jadis dans sa magnifique BD autobiographique, Pilules Bleues, personnifier le SIDA  en un rhinocéros qui accompagnait ses personnages partout, comme une menace, une tension, une angoisse présente en permanence. La peur est mauvaise conseillère, et quand les médecins et les traitements ont permis aux personnages de son récit d'être libérés de celle-ci, le rhinocéros disparut.

Dans la confusion - entretenue par ceux qui tiennent le pouvoir - suivie par les autres - tous les débats actuelles sont absurdes et pas du tout connectés à la réalité terrifiante de la situation.

L'urgence est D'ABORD climatique, et la Pandémie appartient à ce récit là, c'est la destruction de la biodiversité et l'exploitation sans foi ni loi des ressources de la planète qui nous a apporté ce fléau. Se battre à propos du Pass sanitaire ou de la vaccination n'a pas de sens, si les brevets des vaccins ne sont pas libérés pour que le Monde entier soit vacciné en même temps. L'avenir est sombre, alors il faut parler, discuter, écrire, témoigner, se battre parce que c'est désespéré.

Pour le reste je serais un Rhino féroce pour expliquer toutes les manipulations, et essayé modestement d'indiquer les priorités. "Je ne suis pas un Rhinocéros" c'est vraiment une campagne participant magistralement à cette société du spectacle, au théâtre de l'absurde actuel. Le catoblépas (animal mythologique, qui se dévore lui-même ; il n’a même pas la force de lever la tête, celle-ci traîne à terre, et il dévore ses propres jambes) semble être le symbole plus précis de la période.

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.