Respirer enfin?

Il semblerait, comme par magie, que la justice commence à condamner des policiers pour fait de violence. Les syndicats de policiers continuent eux à nier ce que l'on pourrait appeler la réalité. Quelques petites questions en attendant que l'air devienne plus respirable.

Il faudrait donner des cours de français et de lecture à certains syndicats policiers, certains préfets, certains politiciens... quand on voit qu'un syndicat proteste contre une simple fresque et qu'il demande que le texte soit modifié qu'on efface le mot "policières". Il est étrange que le préfet leur donne raison.


Sur cette fresque, il est écrit "Contre le racisme", il n'est pas écrit "contre le racisme de tous les humains qui sont tous racistes" Chacun se doit de défendre et d'approuver un slogan contre le racisme! Faut-il rappeler aux policiers que c'est la loi, que le racisme est condamnable? Certes ce n'est que depuis 1972 (si ne ne me trompe?) mais ils ont eu le temps de s'en souvenir. Non? C'est vrai qu'ils ne demandent pas de modifier cette phrase là. Même s'il est pourtant établi depuis des lustres que les contrôles d'identités aux faciès sont réalisés allègrement, c'est scientifiquement prouvé... Mais nous avons envie de croire que les policiers racistes sont une infime minorité dans la police - comme c'est officiellement proclamé -. Le vote de la majorité des policiers dans les urnes les regarde, et je n'en ferais pas un argument... Par contre j'ai appris aujourd'hui sur France 24 que seulement 300 policiers avaient participé à des ateliers à propos du racisme, comme ils sont 150 000 si je ne me trompe, on peut s'étonner de ce chiffre, vu les dernières déclarations du Ministre de l'intérieur.

Mais revenons à l'objet de ce billet

Il est écrit encore "contre les violences policières" ce qui veut dire que les auteurs de la fresque sont "contre les violences exercées par certains policiers". Il n'est pas écrit que tous les policiers sont violents, et que toutes les violences sont dû au racisme... C'est écrit en français, c'est assez clair. Qui peut-être contre cette affirmation, nous sommes tous contre les violences... et si ces violences illégitimes proviennent de gardiens de la paix c'est d'autant plus odieux. Vouloir effacer "policières" de cette inscription, c'est très étrange, cela sonne presque comme un aveu... Mais évidemment je ne peux pas croire à cela. Les gardiens de la paix, comme certains policiers américains se doivent en bon Républicain être solidaire, le genoux à terre, avec les victimes de violences abusives (comme cela s'est passé à Nîmes, pendant la manif des soignants). Ils devraient être le premiers à défendre, la loi, l'ordre, et les droits de l'homme, il y a quelque chose de vraiment étrange à les entendre protester... Je suis encore très naïf! Direz-vous?

"Comment peut-on imaginer un seule seconde que des gardiens de la paix, aient entendu qu'une personne étouffait, et n'ai rien fait pour arrêter les actes de contrainte? Enfin cela n'a aucun sens de... aucun sens!" dit l'avocat d'un des policiers qui a tué Cédric Chouviat... Il est d'accord avec moi, il est impossible, en toute bonne foi, et en toute logique de penser qu'un policier puisse agir de la sorte... Pourtant, les faits sont là, les nombreuses vidéos de l'arrestation de Cédric Chouviat semble bien démontrer le contraire. Et puis n'a t'on pas vu l'indifférence sur d'autres vidéos  de l'officier de Police Chauvet qui ne bronchait pas en entendant crier Georges Floyd qu'il étouffait, qu'il ne pouvait pas respirer. 

Comment peut-on imaginer une seule seconde le meurtre de Georges Floyd

Comment penser d'Adam Traoré aurait été étouffé par des gendarmes? 

Comment peut-on imaginer une seule seconde que Cédric Chouviat a trouvé la mort lors d'un simple contrôle routier?

Comment peut-on imaginer que le syndicat des policiers n'ont pas demandé que la fresque inaugurée à Stains, ne soit pas modifiée uniquement pour rajouter le visage de Cédric Chouviat?

Je pense comme l'avocat du policier cela n'a pas de sens, de croire à tout cela, pourtant...

Si nous étions dans une République simplement normale, avec des rapports sociaux normaux, répondant aux lois et règlements de notre pays, il n'y aurait aucune violence policière... Mais je ne suis pas dans le déni... Cela fait des dizaines d'années que l'air est irrespirable.

Hommage à Stains © droit réservé Hommage à Stains © droit réservé
 

Je suis heureux de constater que je ne suis pas le seul à penser que la seule question qui compte aujourd'hui c'est de "respirer"

https://blogs.mediapart.fr/sdjigo/blog/230620/pour-un-monde-respirable

https://blogs.mediapart.fr/pol/blog/130620/respirer

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.