L'impensable se produit plus tôt que prévu!

Il n'y a pas, il n'y aura pas de limites à l'horreur durant cette catastrophe climatique qui s'emballe.

208732928-1434002950300854-8706635618153399845-n-1
Le record de température de tous les temps du Canada a été battu, lundi 28 Juin, à Lytton, en Colombie-Britannique, avec une température maximale de 47,9°C. Clare Nullis, porte-parole de l’Organisation météorologique mondiale (OMM) a déclaré « Cela se passe dans la province de la Colombie-Britannique, c’est dans les montagnes Rocheuses, le parc national des Glaciers, et pourtant nous y mesurons des températures plus typiques du Moyen-Orient ou de l’Afrique du Nord » Elle a précisé que ce type de température pourrait se produire aujourd'hui partout dans le Monde. Dire que des températures aussi extrêmes constituent une menace majeure pour la santé des personnes, l’agriculture et l’environnement « parce que la région n’est pas habituée à une telle chaleur et que de nombreuses personnes n’ont pas de climatisation » c'est parfait. Mais qu'est-ce qu'on fait?

Je suis comme toutes ces personnes, en France, vivant dans des petits villages et qui répètent (ce ne sont jamais les mêmes personnes, jamais les mêmes endroits) toujours la même phrase « depuis quarante ans que je vis ici, je n'ai jamais vu une chose pareil. » Parce que chaque jour, partout des phénomènes majeurs, des événements météorologiques hors norme se déclenchent. Nous venons de vivre une campagne électorale où les mots d'ordre des politiciens du centre, de droite et d'extrême droite (et même d'un leader du Parti communiste) tournaient autour de l'insécurité (dont aucune statistique sérieuse ne démontre l'augmentation) alors que dans le même moment le dérèglement climatique s'emballe.

C'est comme si la propagande stupide que nous avons entendu s'intéressait à une minuscule araignée dans le plafond de notre logement, alors qu'un énorme Rhinocéros occuperait le salon sans que personne ne veuille seulement le voir. La situation est bien pire que ce qu'à imaginé Ionesco, ou Kafka, ou Jarry.

Quand je réalisais et produisait le magazine scientifique et technique Archimède(s) pour ARTE, le chargé de programme de cette chaîne (je ne dirais pas son nom) m'engueulait parce qu'il trouvait que j'avais un comportement de militant quand m'appuyant sur les travaux scientifiques sérieux, je voulais  - avec l'équipe de l'émission - raconter qu'en 2100 si la politique ne changeait pas nous aurions des températures proche de 50°C en France ou en Allemagne... Les faits étaient scientifiquement prouvés, et cela apparaît aujourd'hui comme des prévisions bien optimiste.

Certains me considérait comme un fou. Peut-être même qu'un lecteur laissera un commentaire pour me dire que le programme de Mélenchon va nous sauver de tout.

La folie, c'est bien ce déni généralisé de la majorité des personnes qui ne hurlent pas tous les jours pour que des mesures efficaces soient prisent immédiatement pour freiner le dérèglement climatique. Nous avons vécu l'arrêt des activités économiques pendant la pandémie (qui elle aussi est un symptôme de ce dérèglement général des équilibres naturelles de notre planète) qui ont permis de refroidir le climat, et de redonner une chance à la biodiversité... Mais tout reprend comme avant. Le foot, les vacances, les querelles politiques absurdes reprennent le devant la scène, alors qu'il paraît évident que l'humanité - et 97% des espèces végétales et animales avec - va disparaître.

J'écris ce mot en pure perte, il me semble, aucun archéologue ne le retrouvera dans 500 ans, puisqu'il n'y aura plus d'humains pour jouer ce magnifique rôle. J'écris ce mot parce que je ne trouve ni repos, ni sommeil, parce que la partie semble joué. Même Médiapar n'a pas produit un article sur cette canicule qui sévit au Canada depuis dimanche...

Allo? Il y a quelqu'un?

extrait de "Pilules Bleues" © Fredrerik Peeters extrait de "Pilules Bleues" © Fredrerik Peeters

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.