Voir tous
  • Céder à l'UE le siège de la France au Conseil de Sécurité?

    Par
    Il sera facile de rejeter la proposition du vice-chancelier allemand, tant elle méconnaît la nature de l’Onu, dans ses principes comme dans sa réalité historique. Et c’est probablement ce que se contentera de faire la classe politique française, s’épargnant ainsi, une fois de plus, de répondre au fond de la question.
  • Un "Appel des 100" de funeste augure

    Par
    L'appel des 100 contre le "séparatisme islamiste" pose doublement question. Son intempestivité apparente suggère une volonté stratégique de construire un camp dans une croisade idéologique. Mais surtout, le fait qu'un texte aussi médiocre ait pu être signé par des personnalités aussi éminentes, bien au-delà des quelques bateleurs islamophobes, est inquiétant pour le débat démocratique en France.
  • Le discours d’Emmanuel Macron devant le Parlement iranien

    Par
    Contrairement aux informations de ces derniers jours, le Président français n’aurait pas reporté sa visite en Iran. Pour répondre à l’urgence de la situation créée par les troubles actuels et leurs possibles répercussions internationales, Emmanuel Macron aurait choisi de brûler les étapes et de se rendre dès cette semaine à Téhéran.
  • Refonder la Gauche sur la question sociale

    Par
    Autour de l’élection présidentielle du 7 mai, des formations de gauche et leurs militants désemparés cherchent à tâtons le chemin d’une unité face à un même adversaire supposé, le « néolibéralisme ». Mais qu'est-ce donc qui unit ces Gauches dispersées, au-delà d’une désignation rhétorique de leur adversaire ? C'est loin d'être évident.
  • L'esprit républicain face au risque de "démocrature"

    Par
    Ce n'est pas seulement de la "montée-du-FN" qu'il faut s'inquiéter. C'est dans tout le corps politique que montent des sentiments qui, exprimés dans des positions politiques ambigües, dégradent l'esprit républicain démocratique. Or celui-ci seul peut empêcher qu'un jour la bascule soit irréversible vers la "démocrature", quel que soit le résultat de l'élection.