Professeurs mobilisés Hélène Boucher
Abonné·e de Mediapart

1 Billets

0 Édition

Billet de blog 6 févr. 2020

Des enseignants d'Hélène Boucher écrivent à leur direction à propos des blocages

Des enseignants du lycée Hélène Boucher (Paris XX) répondent par une lettre ouverte à la tribune publiée dans le Monde "Plus de 50 chefs d’établissements scolaires parisiens demandent que « cessent les blocages », signées par les trois membres de leur direction.

Professeurs mobilisés Hélène Boucher
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Madame la Proviseure, Messieurs les Adjoints,

Vous avez affirmé, par une tribune publiée dans Le Monde, et dans une belle unanimité, que nous étions divisés : entre « jusqu’au-boutistes » et « épuisés » !  Mais cette prétendue division découle d’une vision grossière de votre personnel ; nous prenons acte du fait qu’elle est ce que vous avez retenu et souhaité diffuser de notre participation aux réunions internes organisées à propos des blocages.

A vous lire, il faut de plus admettre qu’un discours vertical où des chefs jugent publiquement leurs administrés peut condamner les blocus au nom d’une « réelle expression démocratique ». Mais l’expression démocratique, comme son nom l’indique, comme les blocus l’indiquent également, s’adresse des gouvernés aux gouvernants. Elle remonte la hiérarchie institutionnelle au nom de la souveraineté citoyenne, elle n’est ni descendante ni condescendante.

Dès lors si vous êtes réellement attachés à « la nécessité absolue du maintien du service public d’éducation », le plus urgent n’est pas de justifier par voie de presse les méthodes contestables que vous avez adoptées : les sanctions à l’intérieur de votre établissement, les appels à la police lors des blocus au risque d’un engrenage de la violence.  

Le plus urgent est que vous participiez à cette vitalité de la démocratie, en vous adressant publiquement, comme le font les acteurs des blocus, les grévistes, les manifestants, à votre ministère et au gouvernement. 

Puisque vous prônez des modes d’expression sans risque de violence, nous vous en proposons un : une nouvelle tribune où vous vous demanderiez si vous pouvez encore garantir « le service public d’éducation », « la mission d’accueil de l’école de la République », en particulier « des plus vulnérables », alors qu’une réforme précipitée du baccalauréat rend impossible l’organisation correcte des épreuves de contrôle continu, que votre dotation d’établissement est en baisse, que des suppressions de poste d’enseignants sont déjà prévues pour l’année scolaire prochaine, que l’attractivité du métier d’enseignant est détruite par le gel continu des salaires, que sa qualité est fortement menacée par la réforme des concours. 

Nous avons fait un rêve : que vous signaliez alors d’où vient le vrai risque d’épuisement de vos équipes ; à savoir la baisse de la dotation de l’établissement comme la marche forcée et désordonnée des réformes successives.  

Soyez sûrs que quelques personnes qualifieraient bien vite cette nouvelle tribune de « jusqu’au boutiste » ; mais aussi qu’un public bien plus nombreux y verrait un acte de courage.

Les enseignants réunis en Assemblée générale (05 février 2020)

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal
Condamné par la justice, le ministre Alain Griset quitte le gouvernement
Le ministre délégué chargé des PME a démissionné, mercredi, après avoir été condamné à six mois de prison avec sursis et trois ans d’inéligibilité avec sursis pour avoir menti dans sa déclaration de patrimoine et d’intérêts. Emmanuel Macron lui avait maintenu sa confiance, malgré des éléments accablants. Alain Griset a fait appel de cette décision.
par Sarah Brethes et Ellen Salvi
Journal — Économie
Marchandisation du virtuel : la fuite en avant du système économique
Les NFT, ces jetons non-fongibles qui garantissent la propriété exclusive d’un objet numérique, et le métavers, sorte d’univers parallèle virtuel, sont les deux grandes tendances technologiques de 2021. Mais ce sont surtout les symptômes d’un capitalisme crépusculaire.
par Romaric Godin
Journal
Le fonds américain Carlyle émet (beaucoup) plus de CO2 qu’il ne le prétend
La société de capital-investissement, membre d’une coalition contre le changement climatique lancée par Emmanuel Macron, affiche un bilan carbone neutre. Et pour cause : il ne prend pas en compte ses actifs dans les énergies fossiles. Exemple avec l’une de ses compagnies pétrolières, implantée au Gabon, Assala Energy.
par Michael Pauron
Journal — Santé
Covid long : ces patientes en quête de solutions extrêmes à l’étranger
Le désespoir des oubliées du Covid-19, ces Françaises souffrant de symptômes prolongés, les pousse à franchir la frontière pour tester des thérapies très coûteuses et hasardeuses. Dans l’impasse, Frédérique, 46 ans, a même opté pour le suicide assisté en Suisse, selon les informations de Mediapart.
par Rozenn Le Saint

La sélection du Club

Billet de blog
Au secours ! le distanciel revient…
Le spectre du distanciel hante l'Europe... Mais en a-t-on dressé le bilan ? Les voix des « experts » (en technologies numériques, plutôt qu'en pédagogie) continuent de se faire bruyamment entendre, peut-être pour couvrir la parole des enseignant-e-s... et des élèves.
par Julien Cueille
Billet de blog
Remettre l’école au milieu de la République
Parce qu'elle est centrale dans nos vies, l'école devrait être au centre de la campagne 2022. Pourtant les seuls qui en parlent sont les réactionnaires qui rêvent d'une éducation militarisée. Il est urgent de faire de l'école le coeur du projet de la gauche écologique et sociale. Il est urgent de remettre l'école au coeur de la Nation et de la République.
par edouard gaudot
Billet de blog
Abolir les mythes du capital
Ces derniers jours au sein de l'Éducation Nationale sont à l'image des précédents, mais aussi à celle du reste de la société. En continuant de subir et de croire aux mythes qui nous sont servis nous nous transformons inexorablement en monstres prêts à accepter le pire. Que pouvons-nous faire pour retrouver la puissance et l'humanité perdues ?
par Jadran Svrdlin
Billet de blog
Dépense moyenne par élève et étudiant : quand un élève en « vaut » deux
Les choix de dépense publique illustrent une politique : on dépense pour un.e élève de classe prépa plus que pour une écolière et un collégien réunis. Vous avez dit « égalité des chances » ?
par Jean-Pierre Veran