Calais, symbole de tous les renoncements européens imposés par la droite européenne

Lettre ouverte des militants socialistes de Calais au Président de la République, ancien premier secrétaire du Parti Socialiste pour dénoncer la situation de leur ville, symbole de tous les renoncements européens imposés par la droite européenne et lui demander une action mobilisatrice à Calais, sur les thématiques de la libre circulation en Europe et de sa vision du projet européen ....

Calais, le 29 février 2016

Monsieur le Président de la République,

 

Depuis près de vingt ans, à travers les conditions d’accueil et de vie offertes aux réfugiés retenus sur son territoire, Calais, notre ville, est devenue le théâtre de drames et d'égarements humains effroyables, symboles de tous les renoncements européens imposés par la droite européenne.

Malgré toutes les avancées répondant à l'urgence, qu'ils soient regroupés dans des camps ou dispersés sur notre territoire, des milliers de réfugiés y vivent dans des conditions inhumaines. Venus principalement de pays en guerre, ils espèrent rejoindre l’Angleterre et sont prêts, pour cela, à prendre tous les risques. Pour les en dissuader, la périphérie de notre ville est transformée en camps retranchés. Des secteurs entiers sont déboisés ou inondés, les principales infrastructures de transport et d’accueil touristique sont ceinturées de barrières et fils de fer barbelés. Chaque jour nombre de réfugiés sont soignés dans les services d'urgences suite aux risques qu'ils prennent pour franchir cette frontière. C'est par dizaines qu'ils sont morts à Calais. 

Cette situation dramatique qui conduit à faire de la France le « bras policier » de la politique migratoire de la droite britannique, et Calais le centre de rétention de cette politique migratoire, est largement contradictoire  avec  le  droit  de  l’Union  européenne. Dénoncée par la commission nationale consultative des droits de l'homme, elle est la conséquence directe de la conclusion par vos prédécesseurs des accords du Touquet qui aboutissent en pratique à interdire aux migrants de quitter le Calaisis pour en faire une zone de concentration, avec les enjeux sécuritaires et les risques  humanitaires  que  cela  implique.

Notre population, nos commerces et nos entreprises subissent de plein fouet le choc de la dégradation de leur cadre de vie et de l'image négative renvoyée par les médias. De fait, cette situation déplorable fait le lit de l'idéologie de rejet et de haine portée par l’extrême droite, menaçant ainsi le contrat républicain et le projet européen lui-même dans notre région, en France et en Europe.

Malgré toutes les bonnes volontés qui se mobilisent sans relâche chaque jour pour répondre à l’urgence, le Calaisis sait que cette question ne pourra trouver de réponses satisfaisantes et soutenables qu'à travers une politique et des décisions fortes engageant les États et l'Union Européenne elle-même.

Pour nous, socialistes calaisiens, il n’y a aucun doute : les murs de la honte, en Hongrie ou à Calais sont les mêmes : ils ne sont pas la solution. Comme le faisait remarquer l'ancien Ministre des Affaires Etrangères en dénonçant l'attitude "scandaleuse" de certains pays de l'Est, nous condamnons la Grande Bretagne qui ne respecte pas les valeurs communes de l'Europe en grillageant sa frontière, qui plus est sur notre sol. Pour cela, elle doit être clairement interpellée et savoir qu’en Europe il n’y a pas de frontière ou qu’en dehors les contrôles doivent se faire sur les territoires nationaux. Les pays de l'Europe continentale durcissent leurs conditions d'accueil en renforçant ainsi le nombre de candidats à la traversée de la manche à Calais ou de la mer du nord à Grande Synthe, Ostende ou Zeebrugge. Ils doivent également être interpellés.

L'un des objectifs majeurs de notre gouvernement est de redonner un sens et des perspectives à l'Europe. Pour ce faire, nous sollicitons de votre part, Monsieur le Président, une action forte et mobilisatrice pour la relance du projet européen, dans notre ville, au cœur même de cette Europe qui nous est si chère. La libre circulation des personnes, principe fondamental rappelé par l'article 26 du Traité sur le fonctionnement de l'Union Européenne, doit y être portée et affirmée tant pour notre liberté que pour le développement du territoire.

Nous vous demandons que cette action mobilisatrice pour l' Union, contre les forces de repli et d'enfermement, se traduise dès que possible par une intervention de votre part, dans notre ville, sur les thématiques de la libre circulation en Europe et de votre vision du projet européen. L'organisation d'un Conseil des ministres délocalisé ou d'une  rencontre à l'échelle européenne à Calais ne pourrait quant à elle que contribuer au renforcement et à la relance de l’adhésion citoyenne à l'idée humaniste, progressiste et européenne en Nord Pas-de-Calais Picardie, en France et en Europe.

Veuillez agréer, Monsieur le Président, l’expression de nos amitiés républicaines, citoyennes et socialistes.

Les militants socialistes de la section de Calais

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.