psyleg
Abonné·e de Mediapart

10 Billets

0 Édition

Billet de blog 17 oct. 2021

Le marchand de Venise à l'Elysée

psyleg
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Commençons par un petit rappel sur la pièce de Shakespeare: Le marchand de Venise.

Un prêteur juif signe un contrat avec un armateur vénitien qui a besoin de liquidités pour aider son ami à financer un mariage heureux. Dans ce contrat, il est stipulé qu'en cas de non-remboursement par le débiteur, le prêteur pourrait se payer en prélevant une livre de chair sur le corps de celui-là. Par un revers de fortune, le débiteur est ruiné et ne peut honorer sa dette. Le créancier demande alors au tribunal l’exécution du contrat, ce qui lui est accordé au nom du droit. Cette livre de chair, il peut en disposer sur n’importe quelle partie du corps: soit une livre dans le muscle fessier soit le cœur et donc emporter la vie entière. Un heureux dénouement en fait une comédie.

Dans quel contrat, nos gouvernants actuels nous ont-ils emmenés ?

(A noter qu'il ne s'agit pas vraiment d'un contrat puisque nous n'avions pas la possibilité de nous y soustraire mais on peut considérer que le jeu démocratique fait que nous avons délégué notre libre arbitre à nos représentants élus ).

Ce contrat peut être formulé ainsi: En contre partie d'une liberté de déplacement et d'accès à tous les édifices publics de culture et de loisirs, vous consentez à confier votre corps à l'action d'un médicament dont l'action et l’innocuité reste à évaluer. Si vous n'y consentez pas, votre liberté restera limitée.

C'est donc le même contrat que celui du marchand de Venise mais inversé puisque l'action sur le corps est initiale et ne résulte pas d'une sanction en cas de non respect des clauses.

Cependant, la dynamique reste la même: échanger un droit ou un service contre une mise en gage du corps de l'un des contractants.

La réflexion éthique que peut inspirer de tels contrats est la suivante: le corps ne peut et ne doit jamais être l'un des tenants et aboutissants d'un contrat car la mise en gage de son corps constitue une aliénation telle que tout exercice de la liberté devient impossible, c'est la porte ouverte à la domination et donc à l'esclavage.

Bien sûr, il faut raison garder et avoir conscience que l'obligation vaccinale promue par notre gouvernement, n'est pas une mise en esclavage mais cela reste tout de même un premier pas sur le chemin de l'aliénation corporelle.

D'ailleurs, ces questions de la mise en gage des corps nous ramène au mythe de Prométhée.

Ce Titan de la mythologie grecque est puni par les dieux pour avoir donné le feu aux hommes, une puissance technologique qui augmentait considérablement la puissance des hommes vis à vis des dieux. Sa punition consiste à devoir être prélevé d'une partie de son foie qui repousse après le prélèvement et ce pour toute l'éternité. Autrement dit, donner un pouvoir aux hommes comme la possibilité de résister à une maladie, doit se payer d'une aliénation sur leur corps en leur imposant un contrôle strict de ce qu'ils peuvent faire de ce corps.

Gardons la libre disposition de notre corps même si c'est au prix de s'exposer aux dangers de la vie.

Psyleg

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Migrations
Husain, Shahwali, Maryam... : ces vies englouties au large de Calais
Qui sont les vingt-sept hommes, femmes et enfants qui ont péri dans la Manche en tentant de rallier la Grande-Bretagne ? Il faudra des semaines, voire des mois pour les identifier formellement. Pour l’heure, Mediapart a réuni les visages de dix de ces exilés, afghans et kurdes irakiens, portés disparus depuis le naufrage du 24 novembre.
par Sarah Brethes (avec Sheerazad Chekaik-Chaila)
Journal
2022 : contrer les vents mauvais
« À l’air libre » spécial ce soir : d’abord, nous recevrons la rappeuse Casey pour un grand entretien. Puis Chloé Gerbier, Romain Coussin, et « Max », activistes et syndicalistes en lutte seront sur notre plateau. Enfin, nous accueillerons les représentants de trois candidats de gauche à l'élection présidentielle : Manuel Bompard, Sophie Taillé-Polian et Cédric van Styvendael.
par à l’air libre
Journal
LR : un duel Ciotti-Pécresse au second tour
Éric Ciotti est arrivé en tête du premier tour du congrès organisé par Les Républicains pour désigner leur candidat ou leur candidate à l’élection présidentielle. Au second tour, il affrontera Valérie Pécresse, qui a déjà reçu le soutien des éliminés Xavier Bertrand, Michel Barnier et Philippe Juvin.
par Ilyes Ramdani
Journal — Justice
La justice révoque le sursis de Claude Guéant, le procès des sondages de l’Élysée rouvert
La justice vient de révoquer en partie le sursis et la liberté conditionnelle dont l’ancien bras droit de Nicolas Sarkozy avait bénéficié après sa condamnation dans le scandale des « primes » du ministère de l’intérieur. Cette décision provoque la réouverture du procès des sondages de l’Élysée : le tribunal estime que Claude Guéant n’a peut-être pas tout dit lors des audiences sur sa situation personnelle.
par Fabrice Arfi et Michel Deléan

La sélection du Club

Billet d’édition
2022, ma première fois électorale
Voter ou ne pas voter, telle est la déraison.
par Joseph Siraudeau
Billet de blog
L'extrême droite a un boulevard : à nous d'ériger des barricades
Un spectre hante la France… celui d’un pays fantasmé, réifié par une vision rance, une France qui n’a sûrement existé, justement, que dans les films ou dans les rêves. Une France muséale avec son glorieux patrimoine, et moi je me souviens d’un ami américain visitant Versailles : « je comprends mieux la Révolution française ! »
par Ysé Sorel
Billet de blog
Le bocal de la mélancolie
Eric Zemmour prétend s’adresser à vous, à moi, ses compatriotes, à travers son clip de candidat. Vraiment ? Je lui réponds avec ses mots, ses phrases, un lien vidéo, et quelques ajouts de mon cru.
par Claire Ze
Billet de blog
Ne lâchons pas le travail !
Alors qu'il craque de tous côtés, le travail risque d'être le grand absent de la campagne présidentielle. Le 15 janvier prochain, se tiendra dans la grande salle de la Bourse du travail de Paris une assemblée citoyenne pour la démocratie au travail. Son objectif : faire entendre la cause du travail vivant dans le débat politique. Inscriptions ouvertes.
par Ateliers travail et démocratie