L’égalité homme-femme

Je crois à fond dans l’égalité homme-femme. La femme est carrément l’égal de l’homme. Non seulement elle devrait toucher une rémunération égale pour un travail égale mais elle devrait être omniprésente dans la politique, et même, avec des casques, sur les fronts de guerres.

Si la femme est en général plus faible physiquement que l’homme c’est que la nature a été injuste et il nous appartient de rétablir la justice. Fermons les yeux, incantons une formule magique ou deux sur l’égalité des sexe et puis espérons, dans la bonne tradition de ce pays, que la réalité va se mettre à ressembler aux mots.

Peu importe que la femme est plus incline à la vie, car elle donne vie. Qu’elle a, en général, plus besoin de protection qu’un homme. Elle doit savoir combattre comme un tigre, se serrer les coudes dans le rang des hommes, se gratter les couilles et insulter. Qu’importe que la politique est une rude guerre, la femme doit apprendre à lutter.

Ce serait en fait pas mal si les sociétés humaines étaient carrément conduites par des femmes. Ce serait un geste de galanterie. Allez-y, je vous en prie. Non, non, après vous. Il y aurait moins de guerres aussi, non? Finalement ce que nous, les hommes, avons fait de ce monde est une histoire interminable de conflits. Et si ça changeait? Si les femmes s’occupaient de la politique, administration, les conflits internationaux?

Imaginez la république des femmes: une société ou l’on ne peut pas avoir d’amis tant qu’on n’a pas de copine ou de femme. Une société où la solidarité n’existe pas tant qu’elle ne passe par le lien plus ou moins calculé d’une femme. Une société ou le désir légitime entre homme et femme est utilisé sciemment par cette dernière à piéger et manipuler, dans la vie personnelle comme dans celle professionnelle. Où la femme est extrêmement consciente de la valeur marchande de son corps et où la décision d’être ensemble ou de l’aventure est le produit d’un complex calcul de pouvoir. Imaginez.

En fait, il n'y a peut-être pas besoin de forcer ses esprits, il suffit d'ouvrir les yeux. Il reste toujours le datalove, c'est déjà ça.

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.