qpelletier
Abonné·e de Mediapart

1 Billets

0 Édition

Billet de blog 29 avr. 2017

Electeurs expatriés : bientôt apatrides ?

Comment se sent-on quand on est à l'étranger, qu'on s'est fait refuser le droit à voter et qu'on assiste, impuissant, à l'élection présidentielle et ses râtés?

qpelletier
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Ces dernières semaines nous ont laissé peu de temps pour nous intéresser à la campagne, nous qui sommes en mission bénévole dans une école du Népal. La rentrée scolaire a été difficile. Entre le manque de personnel, les cours qu'il a fallu prendre en urgence, les enfants qui ont quitté l'école et ceux qui l'ont rejointe, pas facile de trouver le temps de s'intéresser à ce qui se passait en France. Et puis, de toutes manières, notre décision était déjà prise. Nous savions que, tous les deux, nous allions voter pour le seul mouvement qui, depuis plusieurs années, avait travaillé à construire un programme, mettant l'écologie en son coeur et proposant des solutions à l'essouflement de la démocratie dans nos institutions. Et puis comment être tentés par les autres qui n'avaient ébauché que de vagues mesures choisies pour leur impact sur l'électorat, plutôt que par conviction, et parfois même rédigées à la dernière minute?

Nous avons tout de même pris le temps d'aller faire nos procurations au consulat, car lorsque nous sommes partis, en décembre, nous avions pour projet de rentrer en mars. Il était donc prévu que nous soyons en France au moment du vote. Mais devant le travail qui nous restait à faire, nous sommes finalement restés 2 mois de plus.

Faire nos procuration au consulat ... plus facile à dire qu'à faire ! Déjà, il faut savoir que le consulat a fermé ses portes à Katmandou. Il faut désormais se rendre à New Delhi, en Inde, pour avoir accès aux services consulaires. Heureusement pour nous, un coup de fil très chanceux à l'ambassade va nous permettre de ne pas avoir à se déplacer jusqu'en Inde pour pouvoir déposer nos documents de procuration : il faut s'y rendre demain car le consul, en visite, accepte de prendre des procurations avec lui pour les rapporter à New Delhi.

Nous voterons donc à cette présidentielle !

Et bien ... non, en fait. Car comme beaucoup de nos concitoyens basés à l'étranger, les procurations sont bien arrivées en France où elles n'ont pas été traitées. Sur 3 volontaires ayant déposé leur demande de procuration, seule 1, à Bordeaux, aura fonctionné. Un peu en colère et écoeurés, on essaie de s'informer sur l'ampleur de la situation mais impossible de trouver les chiffres des "empêchés de votes".

La seule source qui nous permet de nous rendre compte de l'ampleur des dégâts est cette carte participative où les personnes n'ayant pas pu voter se sont recensées elles-mêmes. (Si comme nous, vous voulez participer à cette carte, vous pouvez le faire via ce formulaire, c'est très rapide)

Pire encore ! Au fur et à mesure qu'on essaie de s'informer sur ces problèmes de procurations, on découvre que de nombreux électeurs n'ont pas pu voter parce qu'ils se sont fait radier des listes ! Entre 15 000 et 17 000 personnes n'ont pas pu glisser leur buletin dans l'urne à Strasbourg. Les chiffres sur l'ensemble du pays sont difficiles à obtenir, pour le moment en tout cas, mais il semblerait que des centaines de milliers de personnes soient concernées. Ce qui nous a le plus choqué, ce sont les raisons pour lesquelles ces personnes ont été radiées, car si il est vrai qu'on n'est jamais à l'abri d'une erreur et que certaines de ces radiations peuvent bel et bien être qualifiée d'erreurs, un grand nombre d'entre elles ont été décidéés pour des changements d'adresse.

Le prétexte derrière ces radiations : éviter les doublons ! Or, quand on connait le fonctionnement des inscriptions sur les listes électorales et le système de radiation, c'est extrêmement improbable d'avoir des doublons. En effet, l'électeur qui déménage peut s'inscrire ou non dans sa nouvelle commune. S'il choisit de s'inscrire, sa mairie traite la demande et transmet les informations à l'INSEE qui s'occupe alors de demander la radiation dans la commune d'origine. Il n'est donc,  normalement, pas possible d'avoir des problèmes de doublons ou de se faire radier parce qu'on ne se serait pas inscrit dans sa commune de domiciliation !  Les communes qui ont envoyé les demandes de radiations à l'INSEE n'en avaient pas le droit, puisque les électeurs n'avaient pas demandé d'inscription dans leur nouvelle commune, et le motif de retour de cartes électorales à l'envoyeur n'en est pas un non plus puisque celle-ci n'est pas obligatoire pour pouvoir voter le jour J. Chacun à le droit de rester inscrit dans sa commune d'origine. C'est d'ailleurs ce que font la plupart des politiciens.

Sachant que la jeunesse doit faire preuve de plus en plus de mobilité et de flexibilité pour pouvoir trouver un emploi, c'est elle la première victime de ce sale tour joué par les municipalités. En effet, combien sommes nous à travailler sous CDD et à ne pas savoir où nous serons la semaine prochaine? Dans ces conditions, est-il cohérent de s'inscrire dans sa nouvelle commune de domiciliation? Combien sommes nous à rester inscris dans notre commune d'origine pour que papa ou maman puisse voter pour nous ? Toutes ces procurations et radiations erronées sont un scandale qui en cache un encore plus grand, dont on ne parle jamais. En France, les 7 millions de "mal inscrits" comptent, entre autres, les mal logés et les SDF. Cela amène donc une question : est-il normal que l'accès au vote dépende de la situation socio-économique des citoyens?

Que faire maintenant pour tous ces empêchés de vote qui n'ont choisi ni Macron, ni Le Pen? En France, il semblerait que beaucoup se pressent dans les files d'attente interminables des tribunaux de grandes instances pour comprendre ce qui s'est passé et peut-être pouvoir voter au second tour, enfin, pour ceux qui ont toujours le coeur à voter. D'autres semblent espérer chiffrer ce scandale pour peut-être trouver des recours mais il est très peu probable que nos institutions reconnaissent l'invalidité de ce premier tour. 

Pour nous, il n'y a rien à faire. Nous ne voterons pas, comme de nombreux autres français. Nous sommes partis 6 mois faire du bénévolat, et on va revenir dans une France dirigée par un président qu'on aura même pas pu élire. Mais on sera là, que ce soit pour combattre le démantèlement des droits du travail et la finance de Macron, ou le fascisme de Le Pen, on se retrouve bientôt dans la rue pour dire non à tout ce qu'on n'a pas pu refuser par le vote.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal
La nomination d’Éric Coquerel suscite une polémique parmi les féministes
Plusieurs militantes ont affirmé que le député insoumis, élu jeudi président de la commission des finances, a déjà eu un comportement inapproprié avec des femmes. Mais en l’absence de signalement, aucune enquête n’a abouti. L’intéressé dément, tout en admettant avoir « évolué » depuis #MeToo.
par Lénaïg Bredoux et Mathieu Dejean
Journal — Parlement
Face au RN, gauche et droite se divisent sur la pertinence du « cordon sanitaire »
Désir de « rediabolisation » à gauche, volonté de « respecter le vote des Français » à droite… La rentrée parlementaire inédite place les forces politiques face à la délicate question de l’attitude à adopter face à l’extrême droite.
par Pauline Graulle, Christophe Gueugneau et Ilyes Ramdani
Journal — France
Extrême droite : la semaine de toutes les compromissions
En quelques jours, le parti de Marine le Pen s’est imposé aux postes clés de l’Assemblée nationale, grâce aux votes et aux lâchetés politiques des droites. Une légitimation coupable qui n’augure rien de bon.
par Ellen Salvi
Journal — Culture-Idées
L’historienne Malika Rahal : « La France n’a jamais fait son tournant anticolonialiste »
La scène politique française actuelle est née d’un monde colonial, avec lequel elle n’en a pas terminé, rappelle l’autrice d’un ouvrage important sur 1962, année de l’indépendance de l’Algérie. Un livre qui tombe à pic, à l’heure des réécritures fallacieuses de l’histoire.
par Rachida El Azzouzi

La sélection du Club

Billet de blog
Oui, l’inflation s’explique bien par une boucle prix – profits !
Il est difficile d’exonérer le patronat de ces secteurs de l’inflation galopante. C’est pourquoi les mesures de blocage des prix sont nécessaires pour ralentir l’inflation et défendre le pouvoir d’achat des travailleurs. Par Sylvain Billot, statisticien économiste, diplômé de l’Ensae qui forme les administrateurs de l’Insee.
par Economistes Parlement Union Populaire
Billet de blog
Les services publics ne doivent pas être les victimes de l’inflation
L’inflation galopante rappelle que le monde compte de plus en plus de travailleurs pauvres dans la fonction publique. Les Etats ont pourtant les moyens de financer des services publics de qualité : il faut faire contribuer les plus riches et les multinationales.
par Irene Ovonji-Odida
Billet de blog
Pourquoi les fonctionnaires se font (encore) avoir
3,5 % d'augmentation du point d'indice, c'est bien moins que l'inflation de 5,5%. Mais il y a pire, il y a la communication du gouvernement.
par Camaradepopof
Billet de blog
L’inflation, un poison qui se diffuse lentement
« L’inflation est un masque : elle donne l’illusion de l’aisance, elle gomme les erreurs, elle n’enrichit que les spéculateurs, elle est prime à l’insouciance, potion à court terme et poison à long terme, victoire de la cigale sur la fourmi », J-Y Naudet, 2010.
par Anice Lajnef