quBou
Abonné·e de Mediapart

3 Billets

0 Édition

Billet de blog 6 janv. 2019

Le monde du travail devient-il "Ridicule" ?

Et si aujourd'hui les réseaux et les copinage avaient tellement sclérosé le marché du travail que CV et LM ne suffisait plus ? Cet article, quelque peu satirique, propose une métaphore entre la cours du Roi et ses règles ainsi que le monde du travail afin de souligner le "Ridicule" parfois atteint dans les bureaux, les administration et les relations avec la hiérarchie.

quBou
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Avant, on avait coutume de dire "on s'en sort par le travail !", on disait même il n'y a pas si longtemps qu'il faut "travailler plus pour gagner plus", aujourd'hui, à quoi bon ?

Oui, aujourd'hui, ne travaillez plus, plaisez, car c'est le réseau qui compte. Autrefois, c'était important uniquement pour un poste haut placé, un poste de pouvoir. Maintenant, c'est nécessaire même pour un emploi normal; rareté de l'emploi due à la récession post-2008 oblige.

Avoir un réseau est devenue si important que c'est même entré dans la culture : pour s'employer, avoir les qualifications requises ne suffit plus, il faut un coup de "piston". Ils existent quantité de salon, de soirée, d’événement etc... ou l'on peut cultiver son réseau. Par exemple, les grandes écoles proposent des soirées "networking": autour d'un verre et de quelque amuse-bouche, on pourra tenter de séduire un potentiel futur employeur en évitant les filtres par lesquels ceux qui ne sont pas invités devront passer. Mais le moindre faux pas dans ces événements peut vous priver de possibilité d'emploi pour un long moment.

On a l'impression d'évoluer dans l'univers de "Ridicule". Dans ce film, un noble de province doit monter à Versailles pour plaider auprès du Roi la cause de ses paysans menacés par la maladie. Mais il lui faut d'abord plaire à la cours par son "bel d'esprit". Le héros, heureusement doué, parvient à lever les obstacles en grimpant petit à petit dans la hiérarchie des courtisans.

Le monde du travail actuel est plus que jamais semblable à l'univers de la court que dépeint l’œuvre. "Le bel esprit ouvre les portes !" dit Jean Rochefort dans une réplique. Aujourd'hui c'est le réseau. Illustrations :

Votre demande d'entrée à la cours du Roi est bloquée par moult documents introuvables ? Vos démonstrations d'esprit en haut lieu sauront rendre l'administrateur plus indulgent. Pour le poste que vous briguez, on cherche le mouton à 5 pattes ? Si le responsable fait partie de vos connaissances, on saura pondérer les qualifications exigées.

Vos talents aux joutes d'esprit sont médiocres ? Çà n'avance pas beaucoup dans vos démarches auprès du Roi. Vous préférez travailler, accomplir vos tâches, et accroître vos compétences plutôt que de cultiver votre réseau ? Oh que c'est ennuyeux ! Eh bien restez ou vous êtes !!! En plus, cet asociabilité.... peut être êtes vous un dangereux sociopathe ?

Vos jeu d'esprit sont remarqués ? Vous grimpez dans la hiérarchie des courtisans, vous entrez dans l'intimité des cercles supérieurs de la cours. Votre réseau s'accroît ? Vous mangez à tout les râteliers ? Vous obtenez des informations stratégiques que vos collègues n'ont pas, on pense même à vous pour un poste hiérarchique qui va se libérer.

Mais attention ! N'ayez en aucun cas l'air "Ridicule". Le moindre mot d'esprit de travers, la moindre chute et s'en ait fini de vous. Vous êtes exclus. Après tout votre position ne tenait qu'a votre "esprit", pas à votre utilité réelle. De la même manière ne vous brouillez pas avec votre réseau car vous n'êtes monté que grâce à lui, pas par votre travail et vos accomplissements.

En conséquence, courtisan et "networker" n'aiment pas en général les gens compétents: ils pourraient bien mieux occuper leur places. Il faut donc se défendre en évinçant les gens compétents et en leur préférant des gens médiocres mais fidèles. La courtisanerie et la culture du réseau favorisent l'avènement de la médiocratie.

Vous voulez déposer une doléance ? Surtout pas !!! Déposer une doléance auprès du Roi ou remonter un problème auprès de votre hiérarchie laisse à penser que vous êtes compétents, donc dangereux. Sus aux corbeaux annonciateur du malheur ! En plus, problèmes et doléances demandent un effort pour être traités. Ah ! Que de temps perdus par votre faute et qui aurait put être consacré à une joute d'esprit ou à un bon restaurant !!! Autant détourner le regard, s'amuser et profiter, tant que ça dure.

Cette attitude vous choque ? Il vaut mieux étouffer vos haut-le-cœur. Les faveurs du Rois en dépendent. Et pour avoir du succès dans la construction de votre réseau, il ne faut pas protester, ni revendiquer, ni contester. Il faut vous forcer à paraître heureux et être sans cesse avenant. Qui sait ? A force d'autocensure, vous finirez par épouser sincèrement l'happycratie que la culture du réseau facilite.

Vous croyez être tranquille et pensez que votre statut est assuré ? Non ! Ayez toujours un jeu d'esprit prêt pour détruire votre voisin au cas ou. Votre dernier projet s'est mal passé ? Ayez un "fusible", quelqu'un - compétent de préférence - sur qui rejeter la faute. En tout cas, soyez vigilant. Dans les cours anciennes et moderne, toutes relation humaine est intéressée; soit pour profiter de vous soit pour vous tendre un piège. Derrière l'apparente solidarité entre ses membres, l'individualisme et l’égoïsme sont les valeurs suprêmes de la cours et du réseau.

Ces questions sont futiles parce que vous ne faîtes pas partie de tout ça ? Les difficultés, voire la misère, vous attendent car les cercles de courtisant et de réseauteurs parasitent à leur profits une part toujours croissante des ressources et des postes disponibles. Mais en même temps, tout le monde ne peut pas être à la court et tout le monde n'a pas le bras long. L'avènement du réseau aggrave les inégalités sociales et économiques.

La cours du rois Louis XVI dépeinte dans "Ridicule" représente le paroxysme de ces inégalités. Cette cours profite, au détriments de la grande majorité, à un tout petit nombre de gens pour la plupart médiocres et incapables de faire face aux problèmes sociétaux du pays dont ils ont la charge de gouverner. Pour conserver leur place, ils mettent en place des stratégies pour ne rien voir. Lorsque cette situation devient intenable, lorsque l'insolence de la cours devient insupportable; survient la Révolution.

Et dans notre économie post-crise, en récession constante, sclérosée par le réseau et sa culture ? Que se passera-t-il lorsque tous les travailleurs aptes à fabriquer notre nourriture, nos voiture, nos avions et à gérer nos centrales nucléaires seront partis, dégoûtés, remplacés par des médiocres qui mettront les problèmes sous le tapis ?

Voila la grande question posée par cette œuvre qui, même en dépeignant une époque révolue, reste brûlante d'actualité.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal
À l’Assemblée, le RN s’installe et LFI perd la partie
Les députés ont voté mercredi la répartition des postes de gouvernance de l’Assemblée nationale, offrant deux vice-présidences au parti de Marine Le Pen. Privée de la questure qu’elle convoitait, La France insoumise a dénoncé les « magouilles » de la majorité, qu’elle accuse d’avoir pactisé avec la droite et l’extrême droite.
par Pauline Graulle, Christophe Gueugneau et Ilyes Ramdani
Journal — Violences sexuelles
Les contradictions de la défense de Damien Abad
Damien Abad est visé par une enquête pour « tentative de viol », ouverte ce mercredi par le parquet de Paris. Questionné par BFMTV sur le témoignage de la plaignante, l’avocat du ministre a affirmé que son client ne la connaissait « absolument pas », ne sachant pas de « qui il s’agit ». Ce que contredisent plusieurs éléments obtenus par Mediapart. Contacté, Me Benoît Chabert revient sur ses propos.
par Marine Turchi
Journal — Santé
Gynécologues accusés de viols : le dialogue est rompu entre médecins et patientes
La secrétaire d’État et gynécologue Chrysoula Zacharopoulou est accusée de « viol » et de « violences » par des patientes, à la suite du professeur Daraï, qui fut son chef de service. Les gynécologues rejettent le terme de viol en cas d’examen gynécologique. Les militantes fustigent un déni des violences.
par Caroline Coq-Chodorge
Journal
Inflation : en France, grèves partout, augmentations nulle part
Depuis des semaines, des arrêts de travail éclatent dans toute la France, et dans tous les secteurs. Le mot d’ordre est toujours le même : « Tout augmente sauf nos salaires. » Après des négociations décevantes, les travailleurs se mobilisent pour obtenir des augmentations à la hauteur de l’inflation.
par Khedidja Zerouali

La sélection du Club

Billet de blog
Innovation et Covid : demain, rebelote ?
La quiétude retrouvée dans nos pays n’est pas de bon augure. S’il y a résurgence du Covid, tout est en place pour revivre ce qui a été si cruellement vécu: l’injustice dans l’accès aux vaccins à l’échelon mondial et le formatage de la gestion de la pandémie au gré des priorités économiques des pays riches et intérêts financiers des firmes pharmaceutiques ... Par Els Torreele et Daniel de Beer
par Carta Academica
Billet de blog
Hôpital public : lettre ouverte à Monsieur le Président
A l’orée de cet été, la situation de l’hôpital public est critique. Nous sommes à la croisée des chemins. Depuis des mois l'hôpital public est sur le devant de la scène, après les 2 années de pandémie cet été s'annonce difficile. Nous adressons aux responsables politiques un point de vue de cadres et de soignants de proximité, investis dans l'hôpital, un bien commun, qu'il faut préserver, quoi qu'il en coûte.
par Fabienne dubeaux
Billet de blog
Pour un service public de santé territorial 3/3
Publié sur le site ReSPUBLICA et écrit avec Julien Vernaudon, le premier volet de cet article donnait le contexte historique, le second une analyse de la situation actuelle des professionnels de santé de premier recours et de leur évolution. Ce troisième et dernier volet propose la création d'un vaste et nouveau service public se santé territorial.
par Frédérick Stambach
Billet d’édition
Covid-19, 7ème vague : l'État se rend encore « fautif »
Une septième vague de contaminations au COVID-19 frappe la France. Alors que le tribunal administratif de Paris a reconnu l'État « fautif » pour son impréparation lors de la première vague, le gouvernement ne semble pas tenir compte des remarques passées ni des alertes de la société civile.
par Mérôme Jardin