quBou
Abonné·e de Mediapart

3 Billets

0 Édition

Billet de blog 24 juil. 2018

Affaire Benalla, l'étincelle ?

Au 1er Mai dernier, Alexandre Benalla, "Monsieur Sécurité" du président, vêtu abusivement d'un casque et d'un brassard de police, tabassait un manifestant. L'affaire révélée par Le Monde le 13 Juillet remontait à la une de tous les médias et suscitait l'unanimité ou presque contre le pouvoir en place.

quBou
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Pourquoi la société entre en émoi pour quelque chose qui reste une voie de fait à la marge d'une manifestation ?

Après tout, l'affaire Benalla n'est matériellement que peu de choses à côté des milliers de guyanais qui risquent l'empoisonnement au mercure et au cyanure si le projet de la montagne d'or vient à se concrétiser ; ou encore à côté des dommages psychosociaux qui sont susceptibles d'être infligés à des millions de travailleurs par les conséquences des ordonnances sur le code du travail.

La violence impalpable

Alors, finalement pourquoi ? Est-ce que c'est la faute aux politiques et aux médias qui ont monté cette affaire en épingle ?

Peut être cela tient-il au type de pouvoir personnifié par le président et donc au type de violence qu'il inflige à la société ? En effet, rappelons nous que le candidat entendait faire de la France une "startup-nation" et que le président dirige la France comme une entreprise. Or, dans une entreprise, la violence s'exerce en général au travers du management.

Le management use de quantité de méthodes subtiles afin d'asseoir le rapport de force : le code vestimentaire (voir ici et la), la disposition des bureaux et donc des salariés, le contrôle de l'information. Dans une entreprise, la stratégie managériale a en partie pour but de faire en sorte que la violence née du rapport de force entre patron et salariés passe sous les radars. Celle-ci devient alors diffuse et insaisissable. Pour renforcer encore le camouflage, le management doit utiliser des termes euphémisants comme "Collaboration", "Adaptation", "Restructuration", "Mobilité". Les rapports de forces généraux sont ainsi rendus invisibles par ces artifices. La défense d'intérêts et l'expression d'un mécontentement général d'un groupe de salariés ne peut donc que se faire plus difficilement.

Dans la mesure ou le gouvernement se voit comme un comité de direction, la violence qu'il exerce est similaire. Les réformes et les lois qui passent sont comme des méthodes managériales d'entreprise enrobées d'un discours technocratique euphémisant rendant invisibles les attaques perpétrées contre les classes moyennes et populaires, ces salariés de l'"entreprise France". Ils est donc difficile pour ces dernières d'organiser leur défense efficacement.

La singularité de cette affaire est que pour la première fois, une personne du "comité de direction de l'entreprise France", Alexandre Benalla, passe de la violence symbolique à la violence tout court. En effet Alexandre Benalla a exercé cette violence au vu et au su de tous, en tabassant ce manifestant. La sanction initiale étant si peu importante (15 jours de mise à pied) que l'on pourrait considérer qu'il a agit avec "l'aval" de sa hiérarchie.

Ainsi, aujourd'hui, pour la première fois, le gouvernement est entièrement exposé et ne peut plus démentir. L'exaction est reconnaissable par tous. Pour la première fois, le masque du macronisme tombe. Il ne peut plus prétendre agir en manager-startuper "motivant" chargé de faire passer aux français la pilule de sa violence idéologique comme des "nécessités" et de la "modernité". En couvrant son "lieutenant", il montre sans ambiguïté son vrai visage : celui de la répression sortie tout droit d'un autre siècle, celui d'un mépris envers les classes populaires, de la loi et des institutions. Cette affaire choque l'opinion publique.

De la même manière dans les entreprises, ce n'est pas la violence symbolique ambiante qui découle du rapport de force générale qui mobilise les masse. Le management quotidien, tel qu'il se pratique est plus ou moins bien intégré. C'est bien la violence d'un licenciement, d'un harcèlement  ou même simplement d'une impolitesse commise par le management aux yeux de tous qui libère la colère trop longtemps contenue. À ce moment s'en est trop ! La colère accumulée, ne pouvant trouver d'objet contre laquelle s'exprimer, se catalyse.

De la même manière, l'affaire Alexandre Benalla, c'est la goutte d'eau qui fait déborder le vase déjà rempli par les tensions de cette première année de quinquennat. C'est la petite cerise d'énervement sur le gâteau des rancoeurs qui peuvent à présent se libérer et s'exprimer.

Cette affaire ne pourrait n'être qu'un exutoire passager (hélas), il y a pourtant une chance pour qu'elle soit l'étincelle qui mettent le feu aux poudres...

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal
À l’Assemblée, le RN s’installe et LFI perd la partie
Les députés ont voté mercredi la répartition des postes de gouvernance de l’Assemblée nationale, offrant deux vice-présidences au parti de Marine Le Pen. Privée de la questure qu’elle convoitait, La France insoumise a dénoncé les « magouilles » de la majorité, qu’elle accuse d’avoir pactisé avec la droite et l’extrême droite.
par Pauline Graulle, Christophe Gueugneau et Ilyes Ramdani
Journal — Violences sexuelles
Les contradictions de la défense de Damien Abad
Damien Abad est visé par une enquête pour « tentative de viol », ouverte ce mercredi par le parquet de Paris. Questionné par BFMTV sur le témoignage de la plaignante, l’avocat du ministre a affirmé que son client ne la connaissait « absolument pas », ne sachant pas de « qui il s’agit ». Ce que contredisent plusieurs éléments obtenus par Mediapart. Contacté, Me Benoît Chabert revient sur ses propos.
par Marine Turchi
Journal — Santé
Gynécologues accusés de viols : le dialogue est rompu entre médecins et patientes
La secrétaire d’État et gynécologue Chrysoula Zacharopoulou est accusée de « viol » et de « violences » par des patientes, à la suite du professeur Daraï, qui fut son chef de service. Les gynécologues rejettent le terme de viol en cas d’examen gynécologique. Les militantes fustigent un déni des violences.
par Caroline Coq-Chodorge
Journal
Inflation : en France, grèves partout, augmentations nulle part
Depuis des semaines, des arrêts de travail éclatent dans toute la France, et dans tous les secteurs. Le mot d’ordre est toujours le même : « Tout augmente sauf nos salaires. » Après des négociations décevantes, les travailleurs se mobilisent pour obtenir des augmentations à la hauteur de l’inflation.
par Khedidja Zerouali

La sélection du Club

Billet de blog
« Very bad trips » à l’Organisation mondiale du commerce
20 mois et 6 jours de négociations à l’Organisation mondiale du commerce (OMC) pour finalement acter, une nouvelle fois, que le commerce prime sur la santé. L’OMC et l’Union européenne (UE) se gargarisent aujourd’hui d’un accord sur la levée temporaire des brevets (TRIPS) sur les vaccins anti-COVID.
par Action Santé Mondiale
Billet de blog
Pour un service public de santé territorial 3/3
Publié sur le site ReSPUBLICA et écrit avec Julien Vernaudon, le premier volet de cet article donnait le contexte historique, le second une analyse de la situation actuelle des professionnels de santé de premier recours et de leur évolution. Ce troisième et dernier volet propose la création d'un vaste et nouveau service public se santé territorial.
par Frédérick Stambach
Billet de blog
Innovation et Covid : demain, rebelote ?
La quiétude retrouvée dans nos pays n’est pas de bon augure. S’il y a résurgence du Covid, tout est en place pour revivre ce qui a été si cruellement vécu: l’injustice dans l’accès aux vaccins à l’échelon mondial et le formatage de la gestion de la pandémie au gré des priorités économiques des pays riches et intérêts financiers des firmes pharmaceutiques ... Par Els Torreele et Daniel de Beer
par Carta Academica
Billet de blog
Hôpital public : lettre ouverte à Monsieur le Président
A l’orée de cet été, la situation de l’hôpital public est critique. Nous sommes à la croisée des chemins. Depuis des mois l'hôpital public est sur le devant de la scène, après les 2 années de pandémie cet été s'annonce difficile. Nous adressons aux responsables politiques un point de vue de cadres et de soignants de proximité, investis dans l'hôpital, un bien commun, qu'il faut préserver, quoi qu'il en coûte.
par Fabienne dubeaux