Derrière une analyse comportementale des épargnants, le mépris de classe !!

Réaction à l'article "Le livret A est plébiscité parce que l'humain est paresseux intellectuellement" sur "Le Parisien"

Cet article du parisien relate les propos d'un professionnel de l'épargne :

http://www.leparisien.fr/economie/votre-argent/livret-a-il-est-plebiscite-parce-que-l-humain-est-paresseux-intellectuellement-27-05-2018-7737996.php

Cette brillante analyse conclut dans les grandes lignes que, si le livret A est plébiscité, c'est parce que les gens sont trop "feignant" pour faire autres chose. Dans un message à peine subliminal, il invite les gens à s'orienter vers des actifs financiers plus "rentables" et plus risqués. Finalement, une redite version épargne de "Prolétaire soyez proactif", grand leitmotiv politique du moment.

J'aimerais porter à l'attention de ce monsieur que investir dans des placements risqués est un travail à plein temps. Il faut 5 ans pour qu'un trader deviennent efficace sur les marchés financiers. De cela en découle que tout le monde ne peut pas être efficace et gagner de l'argent avec ce mode d'épargne. C'est pour cela qu'il faut des placements dit "en bon père de famille". Le bon père de famille place son épargne plus ou moins modeste sur un livret pas trop risqué et surtout qui ne lui demande pas trop de charge mentale. En effet, celui-ci a suffisamment à faire avec son foyer ou encore son travail rendu plus ardu par les dernières réformes du gouvernement. Pour résumer, il est clair que nous ne sommes pas tous égaux face aux produits et au marché financier, c'est pour cela qu'il faut des produits d'utilité publique comme le livret A qui considère chaque investisseur a égalité.

Face à cela, se tient l'auteur des propos de l'article du parisien qui est vraiment l'archétype du macronisme. Sortie frais et moulu d'une école de commerce ou de management, il juge avec mépris les placements d'épargne populaire et veut convertir tout le monde à son idéologie. On sent la toute la violence symbolique de l'idéologie méritocratique du moment : Fort gain pour celui qui aura pu investir sur les bon produit parce qu'il aura pu prendre le temps de les sélectionner et perte accablantes pour celui qui ne connait pas le milieu et n'aura eu le temps de bien placer son argent. Avec en prime la responsabilisation du perdant : Si vous avez perdu, c'est parce que vous n'avez pas sélectionné le bon produit !!!

Si ce genre de propos est suivit à la lettre, tout le monde investit en bourse et plus personne ne produit ! Et une grande partie de la population aura vu disparaître l'épargne, le fruit de son travail, dans le plus grand aquarium à requins de la planètes. J'invite l'auteur des propos de l'article du parisien à méditer sur la responsabilité des propos qu'il porte sur la place public.

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.