quBou
Abonné·e de Mediapart

3 Billets

0 Édition

Billet de blog 27 mai 2018

Derrière une analyse comportementale des épargnants, le mépris de classe !!

Réaction à l'article "Le livret A est plébiscité parce que l'humain est paresseux intellectuellement" sur "Le Parisien"

quBou
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Cet article du parisien relate les propos d'un professionnel de l'épargne :

http://www.leparisien.fr/economie/votre-argent/livret-a-il-est-plebiscite-parce-que-l-humain-est-paresseux-intellectuellement-27-05-2018-7737996.php

Cette brillante analyse conclut dans les grandes lignes que, si le livret A est plébiscité, c'est parce que les gens sont trop "feignant" pour faire autres chose. Dans un message à peine subliminal, il invite les gens à s'orienter vers des actifs financiers plus "rentables" et plus risqués. Finalement, une redite version épargne de "Prolétaire soyez proactif", grand leitmotiv politique du moment.

J'aimerais porter à l'attention de ce monsieur que investir dans des placements risqués est un travail à plein temps. Il faut 5 ans pour qu'un trader deviennent efficace sur les marchés financiers. De cela en découle que tout le monde ne peut pas être efficace et gagner de l'argent avec ce mode d'épargne. C'est pour cela qu'il faut des placements dit "en bon père de famille". Le bon père de famille place son épargne plus ou moins modeste sur un livret pas trop risqué et surtout qui ne lui demande pas trop de charge mentale. En effet, celui-ci a suffisamment à faire avec son foyer ou encore son travail rendu plus ardu par les dernières réformes du gouvernement. Pour résumer, il est clair que nous ne sommes pas tous égaux face aux produits et au marché financier, c'est pour cela qu'il faut des produits d'utilité publique comme le livret A qui considère chaque investisseur a égalité.

Face à cela, se tient l'auteur des propos de l'article du parisien qui est vraiment l'archétype du macronisme. Sortie frais et moulu d'une école de commerce ou de management, il juge avec mépris les placements d'épargne populaire et veut convertir tout le monde à son idéologie. On sent la toute la violence symbolique de l'idéologie méritocratique du moment : Fort gain pour celui qui aura pu investir sur les bon produit parce qu'il aura pu prendre le temps de les sélectionner et perte accablantes pour celui qui ne connait pas le milieu et n'aura eu le temps de bien placer son argent. Avec en prime la responsabilisation du perdant : Si vous avez perdu, c'est parce que vous n'avez pas sélectionné le bon produit !!!

Si ce genre de propos est suivit à la lettre, tout le monde investit en bourse et plus personne ne produit ! Et une grande partie de la population aura vu disparaître l'épargne, le fruit de son travail, dans le plus grand aquarium à requins de la planètes. J'invite l'auteur des propos de l'article du parisien à méditer sur la responsabilité des propos qu'il porte sur la place public.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal
À l’Assemblée, le RN s’installe et LFI perd la partie
Les députés ont voté mercredi la répartition des postes de gouvernance de l’Assemblée nationale, offrant deux vice-présidences au parti de Marine Le Pen. Privée de la questure qu’elle convoitait, La France insoumise a dénoncé les « magouilles » de la majorité, qu’elle accuse d’avoir pactisé avec la droite et l’extrême droite.
par Pauline Graulle, Christophe Gueugneau et Ilyes Ramdani
Journal — Violences sexuelles
Les contradictions de la défense de Damien Abad
Damien Abad est visé par une enquête pour « tentative de viol », ouverte ce mercredi par le parquet de Paris. Questionné par BFMTV sur le témoignage de la plaignante, l’avocat du ministre a affirmé que son client ne la connaissait « absolument pas », ne sachant pas de « qui il s’agit ». Ce que contredisent plusieurs éléments obtenus par Mediapart. Contacté, Me Benoît Chabert revient sur ses propos.
par Marine Turchi
Journal — Santé
Gynécologues accusés de viols : le dialogue est rompu entre médecins et patientes
La secrétaire d’État et gynécologue Chrysoula Zacharopoulou est accusée de « viol » et de « violences » par des patientes, à la suite du professeur Daraï, qui fut son chef de service. Les gynécologues rejettent le terme de viol en cas d’examen gynécologique. Les militantes fustigent un déni des violences.
par Caroline Coq-Chodorge
Journal
Inflation : en France, grèves partout, augmentations nulle part
Depuis des semaines, des arrêts de travail éclatent dans toute la France, et dans tous les secteurs. Le mot d’ordre est toujours le même : « Tout augmente sauf nos salaires. » Après des négociations décevantes, les travailleurs se mobilisent pour obtenir des augmentations à la hauteur de l’inflation.
par Khedidja Zerouali

La sélection du Club

Billet d’édition
Covid-19, 7ème vague : l'État se rend encore « fautif »
Une septième vague de contaminations au COVID-19 frappe la France. Alors que le tribunal administratif de Paris a reconnu l'État « fautif » pour son impréparation lors de la première vague, le gouvernement ne semble pas tenir compte des remarques passées ni des alertes de la société civile.
par Mérôme Jardin
Billet de blog
Hôpital public : lettre ouverte à Monsieur le Président
A l’orée de cet été, la situation de l’hôpital public est critique. Nous sommes à la croisée des chemins. Depuis des mois l'hôpital public est sur le devant de la scène, après les 2 années de pandémie cet été s'annonce difficile. Nous adressons aux responsables politiques un point de vue de cadres et de soignants de proximité, investis dans l'hôpital, un bien commun, qu'il faut préserver, quoi qu'il en coûte.
par Fabienne dubeaux
Billet de blog
Pour un service public de santé territorial 3/3
Publié sur le site ReSPUBLICA et écrit avec Julien Vernaudon, le premier volet de cet article donnait le contexte historique, le second une analyse de la situation actuelle des professionnels de santé de premier recours et de leur évolution. Ce troisième et dernier volet propose la création d'un vaste et nouveau service public se santé territorial.
par Frédérick Stambach
Billet de blog
« Very bad trips » à l’Organisation mondiale du commerce
20 mois et 6 jours de négociations à l’Organisation mondiale du commerce (OMC) pour finalement acter, une nouvelle fois, que le commerce prime sur la santé. L’OMC et l’Union européenne (UE) se gargarisent aujourd’hui d’un accord sur la levée temporaire des brevets (TRIPS) sur les vaccins anti-COVID.
par Action Santé Mondiale