quenedeythibault
Je commente l'actualité autour de la gauche, des luttes et de la Pologne
Abonné·e de Mediapart

1 Billets

0 Édition

Billet de blog 22 janv. 2022

Campagne Roussel : Plus dure sera la chute

Militant jeune communiste de longue date, j'attendais la candidature de Fabien Roussel comme un bol d'air pour un grand parti longtemps absent de ce rendez vous majeur. Cependant je fais désormais parti de ces anciens militants communistes que cette campagne aura déçu. Le PCF enchaîne des fautes graves qui porteront atteinte non seulement à la campagne mais au parti tout entier.

quenedeythibault
Je commente l'actualité autour de la gauche, des luttes et de la Pologne
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Tout d'abord il me semble juste de présenter qui je suis. J'ai adhéré pour la première fois au MJCF en 2014 et ai longtemps été un militant actif. J'ai aujourd'hui 27 ans et suis intérimaire dans le BTP. Si j'envisageais initialement de prendre ma carte au PCF mon avis a depuis changé et je ne suis plus dans aucune organisation. Je tiens à préciser que je n'ai évidemment rien de personnel envers Fabien Roussel et son équipe. J'ai pour mes camarades faisant campagne la plus sincère considération et je ne tiens pas non plus à attaquer le PCF mais à pointer du doigt une mauvaise stratégie qu'il s'obstine à ne pas voir et qui lui porte préjudice.

Le 9 Janvier dernier, Fabien Roussel twittait Un bon vin, une bonne viande, un bon fromage : c'est la gastronomie française. Le meilleur moyen de la défendre c'est de permettre aux français d'y avoir accès. Suite à ce tweet, une partie de la gauche s'est indignée considérant que le candidat du PCF utilisait les éléments de langage de l'extrême droite. Ce à quoi le candidat et son équipe ont répondu que ces attaques venaient de militants déconnectés des combats à mener tout en continuant à twitter sur le caractère sacré de la gastronomie française.

J'ai aujourd'hui 27 ans et depuis mon enfance je vois le sujet de la nourriture être uniquement utilisé à des fins identitaires. Je me rappelle de la double ration de frites de Sarkozy, des apéros saucisson pinard ou encore des fachos chassant le musulman à coup de saucisson sans parler de la polémique grenobloise sur la semaine sans viande dans une cantine scolaire. La gastronomie n'est pas en soi fasciste bien sûr, je mange moi même chaque dimanche midi un bon vin, une bonne viande et un bon fromage. Cependant après des années de paniques morales de la droite et de l'extrême droite, parler de ce sujet en politique nécessite d'y mettre les formes pour s'en distinguer clairement. Hors ces formes étaient parfaitement absentes des propos de Fabien Roussel. Une erreur sans conséquence si le candidat n'avait pas persisté pendant deux semaines ! Je ne suis pas un ayatollah qui veut tout interdire, du sapin de Noël au tour de France en passant par la viande. La vie à base de quinoa et de tofu est fade. Ce n'est pas ma France disait-il le 12 Janvier dans l'Opinion. Cette phrase au relents islamophobes et réactionnaires que Zemmour ne renierait pas n'a rien à faire dans une campagne communiste !

Je pourrais continuer longtemps à commenter cette affaire mais en a-t-on vraiment envie ? La communication du PCF n'y aura été qu'une suite de lieux communs identitaires qui ne leur aura attiré que les soutiens de la droite (de CNews à Marianne en passant par l'Opinion). Mais cette affaire au fond anecdotique est surtout la face visible de tout un iceberg de positions réactionnaires qui n'ont normalement rien à faire dans la campagne d'un candidat communiste. On peut citer le refus de participer à la manifestation contre l'islamophobie en Novembre 2019 ou bien évidemment la participation à la manifestation policière de Mai  2021.

Quand on est marxiste, on ne voit pas les policiers comme des ouvriers de la sécurité, la police dans une économie bourgeoise a bien davantage pour rôle de maintenir cet ordre que d'assurer la sécurité (et je n'en reviens pas de devoir faire ce genre de leçon a secrétaire général du PCF). Les policiers ne font pas partie de la classe ouvrière mais se mettent consciemment ou non du côté de la bourgeoisie. Si la sécurité reste un enjeu, la critique de la police et de ses institutions est une pierre angulaire de tout mouvement révolutionnaire. Quand on est communiste on ne va pas dans une manifestation factieuse des syndicats réactionnaires de police aux côtés des champions du fascisme (Zemmour, Messiha, De Villiers...) . Et quand bien même on irait, on s'en excuserait et y reconnaitrait une erreur.

A ces affaires s'ajouteraient bon nombre de petites phrases ou de positions ambiguës. La liste serait longue mais il n'y aurait pas vraiment d'intérêt à la dresser ici. Toutes ces affaires ont en commun de ne pas avoir été corrigées a posteriori par Fabien Roussel ou le PCF (dont les militant-e-s suivent la ligne nationale) quand bien même on lui faisait remarquer. Il semble se dessiner au gré du soutien aux institutions bourgeoises, au Printemps Républicain (islamophobe) et des contre polémiques envers une certaine gauche une ligne très "anti woke" que ne renierait pas Manuel Valls.

Or (et c'est sûrement le point le plus important de mon propos) le futur de la gauche est intersectionnel et "woke" ! Le capitalisme contre lequel nous luttons (et contre lequel j'espère voir le PCF lutter) se nourrit du patriarcat, du racisme, du validisme, des oppressions envers les LGBT+... Autant de point sur lesquels une nouvelle gauche (et particulièrement sa jeunesse) luttent. Autant de luttes qui fragilisent le capitalisme et qu'il faut donc soutenir pour s'y engouffrer et affaiblir durablement le système contre lequel nous luttons depuis 150 ans. En les refusant, en les ridiculisant et en les marginalisant le PCF se met lui même à la marge des luttes de notre temps. De plus je pose la question de la dimension révolutionnaire des actions du PCF (car c'est bien ce qui est censé le distinguer des sociaux démocrates). Qu'y a-t-il de révolutionnaire à défendre la gastronomie française et à marcher avec les flics ? Je me suis rapproché du parti pour cet idéal révolutionnaire, c'est ce même idéal qui m'en éloigne. Je ne suis pas seul dans ce cas, ayez en conscience !

A l'heure où le fascisme retrouve une vigueur plus qu'inquiétante il est temps d'arrêter de tirer la couverture à droite ! Nous avons cruellement besoin d'un parti communiste fort ET révolutionnaire ! Car à ne plaire qu'à des bourgeois heureux de voir le parti devenir une roue de secours de du capital, nous cesseront simplement d'avoir la moindre raison d'exister et nous nous retrouverons isolés, détestés par tout la gauche de combat, enterrant ainsi l'historique parti des travailleurs-euses.

Je veux pouvoir voter pour Fabien Roussel, mais pour ça il doit comprendre qu'il va falloir être de gauche !

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Gouvernement
Le malentendu Pap Ndiaye
Insulté par l'extrême droite et critiqué par certains partisans de Macron, le ministre de l'éducation nationale est en réalité un modéré, loin des caricatures indigénistes et des procès en wokisme. Mais, entouré de proches de Jean-Michel Blanquer et du président, Pap Ndiaye aura du mal à s’imposer.
par Joseph Confavreux et Ellen Salvi
Journal — Climat
Face à la sécheresse, organiser collectivement la solidarité
La sécheresse est en train de dévaster l’Inde et le Pakistan. Ce type d’épisode, de plus en plus fréquent, ne se limite plus aux pays en voie de développement. En France, une vingtaine de départements font déjà l’objet de mesures de restriction d’eau.
par Mickaël Correia et Amélie Poinssot
Journal — Asie
Au Pakistan, la température frôle les 50 °C et accable les plus pauvres
Classé en 8e position parmi les pays les plus à risques face au changement climatique, le Pakistan vient de subir une vague de chaleur quasi inédite. D’Islamabad à Karachi, des millions de personnes ont fait leur possible pour assurer le quotidien dans des conditions extrêmement difficiles.
par Marc Tamat
Journal — Gauche(s)
Parlement : ce que peut espérer la Nupes
Et si la gauche devenait la première force d’opposition au Palais-Bourbon en juin prochain ? Un scénario plausible qui pourrait, dans une certaine mesure, transformer le paysage politique, explique Olivier Rozenberg, spécialiste de la vie parlementaire.
par Pauline Graulle

La sélection du Club

Billet de blog
Mineur·es en danger à la rue, il est urgent de les protéger !
« Les droits de l’enfant ne se discutent pas, encore moins au profit d’affichages politiciens de “lutte contre l’immigration”. » Face au nombre croissant d’enfants migrants en grand danger faute de prise en charge, une soixantaine d'associations locales de terrain et d'organisations nationales tirent la sonnette d’alarme. Ils demandent que « la présomption de minorité soit inscrite explicitement dans la loi. »
par Les invités de Mediapart
Billet de blog
A quoi sommes-nous sensibles ?
La mort des non Occidentaux semble invisible. Qu’ils soient Syriens, Afghans, Nord Africains, du Moyen Orient, d’Asie... Ils sont comme fantomatiques, presque coupables d’effleurer notre champ de vision.
par Bruno Lonchampt
Billet de blog
Couple binational : le parcours du combattant
Si on m’avait dit auparavant, qu’en 2021 je serais mariée, j’aurais éclaté de rire ! Pourtant, par amour, on est capable de tout.
par Amoureux Au ban public
Billet de blog
Accès au droit des étrangers : régularisons l’administration !
Des élus de la République, des responsables associatifs, des professionnels du droit et autorités administratives intervenant dans le 20e arrondissement, et à Paris, sonnent la sonnette d'alarme. La prise de rendez-vous dématérialisée auprès des préfectures en vue de déposer des demandes de titres de séjour est devenue quasi impossible. « La déshumanisation et le dévoiement des services publics sont à leur comble ! » 
par Les invités de Mediapart