Quentin Pasquiou
Abonné·e de Mediapart

12 Billets

0 Édition

Billet de blog 10 août 2014

Et si l'embargo russe venait amplifier le cercle déflationniste ?

Le premier août, le premier ministre Manuel Valls a annoncé une rentrée difficile en matière économique, en grande partie due au cercle déflationniste qui touche l'Europe ces derniers mois. Tombée à 0.4 %, la (très) faible hausse des prix est en train de devenir le cauchemar des institutions et gouvernements européens, BCE en tête. Et le phénomène pourrait venir s'amplifier avec la mise en place de l'embargo russe sur les produits agroalimentaires.

Quentin Pasquiou
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Le premier août, le premier ministre Manuel Valls a annoncé une rentrée difficile en matière économique, en grande partie due au cercle déflationniste qui touche l'Europe ces derniers mois. Tombée à 0.4 %, la (très) faible hausse des prix est en train de devenir le cauchemar des institutions et gouvernements européens, BCE en tête. Et le phénomène pourrait venir s'amplifier avec la mise en place de l'embargo russe sur les produits agroalimentaires.

Le 5 juin dernier, Mario Draghi et le directoire de la BCE ont abaissé le taux de refinancement à 0.15% et instauré pour la première fois un taux de dépôt négatif (-0.1%). Objectif affiché : encourager les banques à prêter, pour favoriser l'investissement des entreprises et la consommation des ménages, afin de relancer la croissance, et par conséquent relever un taux d'inflation historiquement bas. Un mois plus tard, la hausse des prix n'a pas reprise et a même reculé d'encore 0.1%, passant à 0.4%. Le cercle déflationniste, théorisé par l'économiste John-Meynard Keynes, est un véritable cauchemar. Effectivement, la baisse des prix n'est en réalité pas une bonne nouvelle pour le consommateur : elle vient rogner les marges des entreprises, et ainsi leur niveau d'investissement. Elle pèse ainsi sur l'emploi et la consommation et ne fait que des perdants. Sans oublier un effet de hausse des taux d'intérêts réels, d'où l'inquiétude des gouvernements européens, priés de réduire leurs déficits au plus vite. 

Les sources européennes évaluent les coûts de l'embargo décrété par Vladimir Poutine a environ 12 milliards d'euros pour l'union. Quand au ministère de l'agricuture de Stéphane Le Foll, il fait part d'un montant d'exportation d'un milliard d'euros de produits agroalimentaires de la France vers la Russie. Des pertes donc assez importantes, tant pour l'UE que pour la France. Mais le véritable problème à long terme pourrait porter le nom de déflation.

Le FNSEA, syndicat français agricole, a été le premier a tiré la sonnette d'alarme en expliquant que les produits non distribués à la Russie reviendraient inévitablement sur le marché européen. Un excès d'offre donc, qui, supérieur à la demande, entraînerait alors une baisse des prix, ou au moins un ralentissement de la hausse des prix, soit l’exacte définition de la déflation, qui pourrait être la véritable bombe à retardement de cette lutte menée à coups d'embargos. Ainsi, Le Monde rapporte les propos de Guillaume Roué, président de l'Inaporc, sur l'embargo déjà mis en place en février dernier par la Russie sur le porc français. Techniquement, les pertes auraient du s'établir à 150 millions d'euros, or elles s'élèvent déjà à 500 millions d'euros ! D'où l'inévitable présence d'effets secondaires, comme la surabondance du marché d'origine.

Bien sûr, l'agroalimentaire n'est qu'un secteur parmi tant d'autres, mais le cercle déflationniste a un effet très contagieux, et ce secteur ne pourrait être qu'un point de départ. Cependant, doit-on condamner les gouvernements Européens, dont les sanctions envers la Russie ont entraîné la colère de Vladimir Poutine, qui se traduit aujourd'hui par une "guerre des embargos" ? Aux sanctions militaires, énergétiques et financières américaines et Européennes, le Kremlin a une nouvelle fois fait preuve de disproportion en répondant par l'alimentaire. A noter également que les chefs d'Etats Européens ont aussi pensé premièrement au sort des populations ukrainiennes coincées dans les zones pro-Russes, notamment Donestk ou Lougansk. Pour une fois que l'humain et la morale prennent le pas sur l'économie, on ne va pas s'en plaindre ! L'UE doit trouver de nouveaux débouchés. D'ailleurs, Vladimir Poutine a lui déjà commencé à trouver de nouveaux fournisseurs, en se rapprochement précipitamment de l'Amérique du Sud ces dernières semaines. Simple coïncidence ?

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Pouvoir d'achat
« Et Macron, il pense aux familles nombreuses quand tout augmente ? »
En avril 2022, selon l’Insee, les prix des produits de grande consommation vendus dans la grande distribution ont augmenté de 1,3 %. Une hausse des prix que subissent de plein fouet les plus modestes. À Roubaix, ville populaire du nord de la France, la débrouille règne.
par Faïza Zerouala
Journal — France
Violences conjugales : Jérôme Peyrat finalement contraint de retirer sa candidature
L’ancien conseiller d’Emmanuel Macron, condamné pour violences conjugales, renonce à la campagne des législatives. La défense catastrophique du patron de LREM, Stanislas Guerini, a accéléré les choses. Et mis fin à la gêne qui montait au sein du parti présidentiel, où personne ne comprenait cette « décision venue d’en haut ».
par Ellen Salvi
Journal
Affaire Jérôme Peyrat : « Le problème, c’est qu’ils s’en foutent »
Condamné pour violences conjugales en 2020, Jérôme Peyrat a fini par retirer sa candidature aux élections législatives pour la majorité présidentielle à deux jours de la date limite. Il était pourtant toujours soutenu par les responsables de La République en marche, qui minimisent les faits.
par À l’air libre
Journal
Élisabeth Borne et l’écologie : un certain savoir-rien-faire
La première ministre tout juste nommée a exercé depuis huit ans de nombreuses responsabilités en lien direct avec l’écologie. Mais son bilan est bien maigre : elle a soit exécuté les volontés de l’Élysée, soit directement contribué à des arbitrages problématiques.
par Mickaël Correia et Jade Lindgaard

La sélection du Club

Billet de blog
Entretien avec Ava Cahen, déléguée générale de la Semaine de la Critique
La 61e édition de la Semaine de la Critique se déroule au sein du festival de Cannes du 18 au 26 mai 2022. La sélection qui met en avant les premiers et seconds longs métrages, est portée pour la première fois cette année par sa nouvelle déléguée générale Ava Cahen qui défend l'amour du cinéma dans sa diversité, sa réjouissante monstruosité, ses émotions et son humanité.
par Cédric Lépine
Billet de blog
Quand le Festival de Cannes essaie de taper fort
La Russie vient de larguer 12 missiles sur ma ville natale de Krementchouk, dans la région de Poltava en Ukraine. Chez moi, à Paris, je me prépare à aller à mon 10e Festival de Cannes. Je me pose beaucoup de questions en ce mois de mai. Je me dis que le plus grand festival du monde tape fort mais complètement à côté.
par La nouvelle voix
Billet de blog
Une fille toute nue
[Rediffusion] Une fois de plus la « culture » serait en danger. Combien de fois dans ma vie j’aurais entendu cette litanie… Et ma foi, entre ceux qui la voient essentielle et ceux qui ne pas, il y a au moins une évidence : ils semblent parler de la même chose… des salles fermées. Les salles où la culture se ferait bien voir...
par Phuse
Billet de blog
images écrans / images fenêtres
Je ne sais pas par où prendre mon film.
par Naruna Kaplan de Macedo