Quentin Pasquiou
Abonné·e de Mediapart

12 Billets

0 Édition

Billet de blog 18 sept. 2014

Au Medef, un appétit sans limites !

 S'attaquer au salaire minimum, à la durée légale de travail, aux jours fériés ou encore au repos dominical : le MEDEF présente ses solutions pour un retour de la croissance et la création d'un million d'emplois. Le document de travail « Comment relancer la dynamique de création d'emplois en France », dont une partie du contenu a été révélé dimanche dernier par le quotidien économique Les Échos, est un véritable manifeste libéral, où la plupart des acquis sociaux des dernières décennies sont épinglés un par un, au grand dam des syndicats, qui y voit une véritable « provocation ».

Quentin Pasquiou
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

 S'attaquer au salaire minimum, à la durée légale de travail, aux jours fériés ou encore au repos dominical : le MEDEF présente ses solutions pour un retour de la croissance et la création d'un million d'emplois. Le document de travail « Comment relancer la dynamique de création d'emplois en France », dont une partie du contenu a été révélé dimanche dernier par le quotidien économique Les Échos, est un véritable manifeste libéral, où la plupart des acquis sociaux des dernières décennies sont épinglés un par un, au grand dam des syndicats, qui y voit une véritable « provocation ».

Initialement prévue le mercredi 17 septembre, la conférence de presse du MEDEF a été repoussé. Il faudra donc encore attendre un peu pour connaître en détails le contenu précis des propositions du syndicat patronal pour la croissance et l'emploi, Pierre Gattaz s'étant rendu compte que la présentation de ses annonces serait sûrement mal venue entre le discours de politique générale du premier ministre la veille et la conférence semestrielle du chef de l'état à l’Élysée le lendemain. Cependant, il suffit de se référer au fuites des Échos pour comprendre que le contenu de cette étude menée par le patronat sera libéral, très libéral et que ces mesures ne sont tout simplement pas forcément … efficaces.

Ainsi, en s'attaquent au salaire minimum, Pierre Gattaz rejoint la théorie néo-classique selon laquelle le SMIC, en créant un prix plancher, empêcherait la confrontation entre l'offre et la demande sur le marché du travail d'aboutir à un prix d'équilibre satisfaisant. Ainsi, le SMIC crée un fossé entre l'offre (offre de travail provenant des travailleurs) qui devient supérieur à la demande (provenant des entreprises), ce qui aboutit à une pénurie institutionnelle, appelée plus vulgairement chômage. La théorie néo-classique n'est pas fausse, ni erronée. Cependant, elle signifie aussi qu'en période de fort chômage, l'équilibre entre l'offre et la demande de travail pourrait aboutir à un prix d'équilibre (sur ce marché le salaire) très faible. Alors, sommes nous prêt à travailler pour 5 euros de l'heure ? De plus, il est évident que moins de chômage signifie plus de consommation et de production, et donc un retour de la croissance. Mais si le chômage est réduit par deux et qu'il en est de même pour le salaire minimum, qu'en est-il alors réellement de l'effet sur la consommation et donc la croissance ? Il est légitime de se poser la question.

En ce qui concerne le remise en cause du repos dominical et des jours fériés, une étude du Crédoc* parue en novembre 2008 et portant sur les effets de l'ouverture des commerces le dimanche, stipulait que« l'essentiel des ventes réalisées le dimanche correspondent au transfert de ventes initialement réalisées les autres jours de la semaine », dénonçant ainsi un effet quasi inexistant sur l'emploi et la consommation. Ainsi, un supermarché emploierait par exemple désormais des employés le dimanche, mais réduirait ses effectifs les autres jours de la semaine pour pallier à la baisse de consommation, liée au fait que certains clients repousseraient par exemple leur jour de courses hebdomadaires du mardi au dimanche. Un impact donc quasi-nul sur l'emploi et la consommation lié à ce simple transfert de ventes. Il est légitime de penser que l'effet serait le même pour les jours fériés. 

En attendant d'en savoir plus, on commence à comprendre pourquoi le patronat a repoussé la date de sa conférence et ainsi partiellement évité de relancer un nouveau pavé dans la marre du gouvernement. Car question libéralisme, Manuel Valls a beau clamer « j'aime l'entreprise », le premier ministre est battu à plat de couture, tout comme Emmanuel Macron et ses sorties hasardeuses.

*Étude reprise par le journaliste Laurent Jeanneau dans son article « Faut-il libéraliser le travail du dimanche ? » (Alternatives économiques numéro 329, novembre 2013).

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Santé
Maltraitance en Ehpad : une indignation feinte et insuffisante
Les pouvoirs publics font mine de découvrir que le puissant groupe Orpea se joue des règles dans ses Ehpad. Mais la maltraitance, les conditions de travail dégradées et la répression syndicale sont sur la table depuis des années,  sans que jamais le système de financement ne soit remis en cause.
par Mathilde Goanec et Leïla Miñano
Journal
Le logement menacé par la financiarisation
Un rapport commandé par le groupe écologiste au Parlement européen et publié jeudi dresse un tableau inquiétant de la financiarisation du logement sur le Vieux Continent. Avec, souvent, l’appui des pouvoirs publics.
par Romaric Godin
Journal
La grande colère des salariés d’EDF face à l’État
Ulcérés par la décision du gouvernement de faire payer à EDF la flambée des prix de l’électricité, plus de 42 % des salariés du groupe public ont suivi la grève de ce 26 janvier lancée par l’intersyndicale. Beaucoup redoutent que cette nouvelle attaque ne soit que les prémices d’un démantèlement du groupe, après l’élection présidentielle.
par Martine Orange
Journal — France
Macron 2017 : la preuve que l’affaire a été enterrée
Le préfet Cyrille Maillet, nommé par Emmanuel Macron à la tête d’un service du ministère de l’intérieur, a personnellement classé l’enquête concernant des prestations de sécurité suspectes durant la campagne présidentielle, avec des motifs fallacieux et contre l’avis de trois sous-directeurs.
par Fabrice Arfi, Antton Rouget et Marine Turchi

La sélection du Club

Billet de blog
En Afghanistan, on décapite impunément les droits des femmes
Les Talibans viennent d’édicter l’interdiction de toute visibilité du visage féminin dans l’aire urbaine, même celle des mannequins exposés dans les commerces. Cette mesure augure mal pour l’avenir des droits de la population féminine, d’autant qu’elle accompagne l’évacuation forcée des femmes de l’espace public comme des institutions, établissements universitaires et scolaires de l’Afghanistan.
par Carol Mann
Billet de blog
Traverser la ville à pieds, être une femme. 2022
Je rentrais vendredi soir après avoir passé la soirée dehors, j'étais loin de chez moi mais j'ai eu envie de marcher, profiter de Paris et de ces quartiers où je me trouvais et dans lesquels je n'ai pas souvent l'occasion de passer. Heureusement qu'on m'a rappelé, tout le trajet, que j'étais une femme. Ce serait dommage que je l'oublie.
par Corentine Tutin
Billet de blog
Les crimes masculinistes (12-12)
Depuis une dizaine d'années, les crimes masculinistes augmentent de manière considérable. Cette évolution est principalement provoquée par une meilleure diffusion - et une meilleure réception - des théories MGTOW, mais surtout à l'émergence de la communauté des incels, ces deux courants radicalisant le discours misogyne de la manosphère.
par Marcuss
Billet de blog
« Je ne vois pas les sexes » ou la fausse naïveté bien-pensante
Grand défenseur de la division sexuée dans son livre, Emmanuel Todd affirme pourtant sur le plateau de France 5, « ne pas voir les sexes ». Après nous avoir assuré que nous devions rester à notre place de femelle Sapiens durant 400 (longues) pages, celui-ci affirme tout à coup être aveugle à la distinction des sexes lorsque des féministes le confrontent à sa misogynie…
par Léane Alestra