empoisonnement au cuivre de la ferme de Niederwyhl en Alsace - expertise judiciaire du 1er septembre 2012

Une expertise judiciaire du 1er septembre 2012, établie par le Professeur NARBONNE, à la demande du Juge d'Instruction du TGI de Mulhouse, établit un lien de causalité entre le cuivre, la mort prématurée de ma mère et nos problèmes de santé, les miens et ceux de mon employé. La ferme a été contaminée il y a 25 ans, avant notre venue, par des produits phytosanitaires de traitement de vignes contre le mildiou, produits qui contiennent des sels de cuivre. Les conséquences sont les suivantes : sols stériles, perte de 850 moutons, captage d'eau contaminé, mort prématurée de ma mère, pour les survivants de multiples problèmes de santé (nous prenons 20 médicaments par jour), préjudices corporels, moraux et matériels. Empoisonner au cuivre serait une pratique française. Deux personnes sont allées témoigner en ce sens chez le Juge d'Instruction. La procédure criminelle est ouverte depuis 2002. Le Juge BOURGUIGNON vient de partir en retraite. Nous sommes convoqués par la nouvelle Juge chargée de l'Instruction le 8 novembre. Maintenant que la recherche scientifique est terminée, devrait avoir lieu l'indemnisation de tous nos préjudices et la recherche des auteurs. Pour les auteurs, j'ai le sentiment qu'ils ne courent pas de grands risques ce qui permettrait à la Juge de rendre une ordonnance de non lieu ainsi nos deviendrions la vallée des empoisonneurs. Pour l'indemnisation, nous sommes convoqués par la CIVI le 12 novembre pour un acompte que j'espère ne pas être hypothétique. Deux captages communaux voisins ont été trouvés contaminés en 1999 et en 2001. Le Maire de Masevaux est conscient du risque, il s'est constitué partie civile en 2002, il attend que le Juge agisse. Le Maire de Bourbach-le-Haut " n'arrive pas à le croire ". Résumé de l'histoire et de l'étude scientifique sur la toxicité du cuivre par M. PICOT sur le site : atctoxicologie. free.fr. Nous sommes sans ressources. A ce stade, après avoir obtenu des expertises de Toxicochimistes de renommée internationale, il ne me reste qu'à m'adresser aux journalistes pour être écoutée par la justice et surtout pour qu'elle fasse son travail. 10 ans de procédure criminelle, c'est trop long.  Pour la suite, avec mon dédommagement, je voudrais créer 3 jardins : de consommables, pour les abeilles et le dernier inédit au profit d'une Fondation pour la Toxicochimie. Je viens d'écrire à la Ministre de la Justice, au Ministre de l'Intérieur et au Ministre de l'Agriculture, car malgré tous les obstacles et toutes les obstructions, j'ai la ferme intention de briser ce secret d'initiés qui s'appelle l'empoisonnement au cuivre, crime vieux de plusieurs siècles.

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.