questions
Abonné·e de Mediapart

26 Billets

0 Édition

Billet de blog 15 déc. 2014

Existe-t-il encore un Parti Socialiste en France ?

questions
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Le PS existe-t-il encore en dehors de Solférino et des baronnies élues il y a entre 5 et 6 ans dans ses fiefs traditionnels du Midi (Ouest et Sud, Sud-Est) voire Paris ?

Deux ans après la victoire de la Gauche à la présidentielle et aux législatives, quel socialiste encarté peut se déclarer fier du programme mis en place, même si tout n'est pas à jeter ? Quelle est la grande mesure de gauche qui caractérise ce gouvernement ? Quel argument un socialiste peut-il développer pour empêcher un déçu de s'abstenir ou de revoter à nouveau pour un candidat socialiste ? La déception tient non pas à l’échec des promesses qu’au sentiment que l’exécutif, suivi de sa majorité, n’ont même pas essayé de mettre en place les réformes de gauche et la politique de gauche promises. Ce sentiment sera à l’origine de la disparition pour de nombreuses années du PS. En effet, qu'est-ce que le socialisme après la moulinette Valls-Macron-Hollande-Ayrault? Comment un encarté du PS (il n’y a rien de péjoratif ici) peut-il convaincre et expliquer de revoter pour le PS une fois que chacun d'entre nous a pu constater que ce gouvernement s'est mis à la fois à la botte des américains, sous la férule allemande, et obéit sans trop rechigner aux technocrates de Bruxelles ? Pourquoi n’a-t-il pas développé une autre vision de l’Europe en s’alliant à tous les opposants de l’Allemagne (c’est-à-dire grosso-modo à une vingtaine de pays sur vingt-huit) pour mettre en place une Europe plus sociale? Pourquoi n’a-t-il pas ouvertement contesté le vote pour Junker qui est l’archétype du technocrate et du politique que rejettent la plupart des européens (je parle des peuples) ?

Comment revoter socialiste quand la France apparaît comme le principal responsable de l'échec de la mise en place de la taxe sur les opérations financières (taxe dite Tobin)? Comme elle apparaît comme aussi responsable dans l'abandon d’une réforme bancaire digne de ce nom comme promis dans les programmes PS ? Comment comprendre le refus d'une politique industrielle non fondée sur des privatisations et en fait, l’absence de toute politique industrielle comme l’a montré l’exemple de Florange? Comment revoter socialiste quand si peu a été fait pour la recherche et les Universités qui tombent en ruine? Comment comprendre l'absence d'une réforme fiscale assumée ? Pour être juste dans ce domaine pas mal d'éléments en faveur d'un rééquilibrage capital/travail ont été entrepris sans trop le dire mais il manque un souffle réel en vue d'une véritable équité fiscale.

Comment expliquer qu'il faut voter socialiste avec des barons de Solférino qui s’affichent de plus en plus libéraux et dépourvus d’idées non pas originales, mais socialistes pour plus d’égalité au niveau de la France et de l’Europe. Comment voter socialistes quand on regarde le triste spectacle des barons socialistes locaux (aux affaires ou pas d’ailleurs) ? Ces gens-là sont une insulte permanente aux militants socialistes qui s’engagent de toute bonne foi.

En conclusion, il serait se salubrité publique que le PS qui a incarné quelque chose jusqu'à Jospin tombe à jamais dans les oubliettes de l'histoire avec ses petits marquis. Il serait de salubrité qu’une gauche se reconstruise en considérant les chômeurs, les petits salaires, les banlieues, les ouvriers, les employés, les cadres, les mères célibataires, les fonctionnaires nationaux et territoriaux, les artistes précaires, les petits retraités, les exploités divers et variés légaux et illégaux, tous ceux-là que les barons PS méprisent. Il serait de salubrité publique de reconstruire une gauche fondée sur une réforme fiscale égalitaire, un partage du travail, une protection et un respect des anciens et de la jeunesse.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

Les articles les plus lus
Journal — Violences sexuelles

À la Une de Mediapart

Journal — Culture-Idées
David Wengrow : « On semble ne plus avoir d’imagination sur ce que pourraient être les alternatives »
Pendant des milliers d’années, les humains ont expérimenté avec d’infinies variations des formes du pouvoir. Parfois saisonnier, parfois matriarcal, parfois autoritaire et brutal. Mais parfois aussi égalitaire et relativement libre, y compris à grande échelle, décrivent David Graeber et David Wengrow, dans un livre qui fait l’effet d’une bombe. 
par Jade Lindgaard
Journal — International
Soudan : un mois après, le coup d’État n’est pas achevé
En réinstallant le premier ministre dans ses fonctions, les militaires ont réussi à institutionnaliser leur putsch d’octobre. Mais un obstacle se dresse encore devant eux : la population, qui reste fortement mobilisée. Reportage à Khartoum, dans la manifestation du 25 novembre.
par Gwenaelle Lenoir
Journal — France
De Calais à l’Angleterre, les traversées de tous les dangers
Le naufrage meurtrier survenu le 24 novembre, qui a coûté la vie à 27 personnes, rappelle les risques que les personnes exilées sont prêtes à prendre pour rejoindre les côtes anglaises. En mer, les sauveteurs tentent, eux, d’éviter le plus de drames possible.
par Sheerazad Chekaik-Chaila
Journal — Culture-Idées
« Les critiques de la chasse sont très liées à la notion de civilisation »
Alors que plusieurs accidents de chasse ont relancé le débat sur cette pratique, l’anthropologue Charles Stépanoff consacre un livre saisissant à ce qui se passe dans les forêts situées à l’orée de nos villes. Entretien.
par Joseph Confavreux