"Gilets jaunes" : le bilan...

Gilets jaunes : c'est plié... de chez plié pour la France "qui en a marre de tout" mais qui ne sait pas faire...

 

Le "ressemblement national", la populistosphère, a trouvé ses limites... quand les simplets de la gogoche à son pépère s'en mêlent... la prochaine fois... laissez faire les grandes personnes...

Nous avions "la droite la plus con du monde"... mais ça, c'était avant...

Le bilan politique est clair pourtant...

Il fait pleurer la gauche... et déplorer le très déplorable Mélenchon.

A - Marine Le Pen sort gagnante par KO général.

En faisant sortir ses blaireaux fachos à grands coups de pompe à gasoil, elle fait socialement plus fort que la CGT depuis plusieurs décennies.

Les services de police, si complaisants, forcément complaisants, au début du mouvement "spontané", disposent désormais d'une intéressante quantité de données sur les factieux violents ou pas, parfait pour un fichage de ses amis comme de ses opposants-alliés, que du bonheur pour... plus tard !...

Elle hérite d'un très très très inattendu soutien de la gogoche grâce à pépère qui a cru pouvoir se faire du gras au passage en rameutant son troupeau de cocus contents, toujours contents quelques que soient les ordres... un pur bonheur... les gogos... il suffit de cliquer pour que ça soutiennent... tout et n'importe quoi... de vrais petits collabos socialistes... c'est pétain qui serait content !...

Pas besoin d'un putsch... y a qu'à attendre...

Là, tout de suite, un duel Macron/Le Pen, à chaud, genre second tour, vous voulez vraiment le résultat ? Vous voulez les intentions de vote de la gogoche à son pépère déjà électrice de Macron... et très très déçue ?...

B - Mélenchon est le cocu de la farce.

Coucou 1er perd tout, il est à poil, à la rue... en plus de deux lettres en moins, le jaune de son gilet prend une nouvelle teinte, ressuscitée, le "rose pétain" très en vogue en 1942... chez ses déjà frères, les déjà socialistes déjà quasi-unanimement collabos, lui qui pensait reprendre de la couleur, c'est pas la bonne, c'est ballot !...

Pépère et sa clique de simplets collabos :

1) se mangent la suppression de l'ISF et le maintien du CICE... de mémoire jamais revendiqués par le RN...

2) constatent que faire le trottoir à droite n'a servi à rien : les simplets ont crédibilisé Le Pen... gratos et ils sont désormais nombreux les cocus contents de la gogoche à regarder les fachos de la Marine avec d'autres yeux : pour tisser des liens rien ne vaut le terrain !...

3) regardent tristement l'écart d'exposition médiatique... Le Pen devient non seulement fréquentable mais éligible, elle élargie très considérablement sa base de masse. Ardisson est un grand professionnel (i.e une grande pute médiatique) qui donne le ton : une spéciale Le Pen en "prime" samedi 8/12 contre une fenêtre ridiculement people dimanche 9/12, une aumône, un camouflet narquois pour Corbière et madame, qui fait partie du personnel potiche : tout est dit !...     

Pour FI "by Mélenchon" le résultat est consternant... constamment pitoyable... traverser la rue pour faire le trottoir de droite... après celui de gauche... cette collaboration newlook à pour principale conséquence que : même bradée à l'encan... elle ne fait plus recette...

Le pathos à pépère n'intéresse plus grand monde... quand le piège à cons devient de plus en plus risible, de plus en plus visible, de plus en plus lisible mais ici surtout de plus en plus dangereux...

La France des "gilets jaunes" présentée et soutenue comme populaire quand elle est populiste, c'est : "plutôt Le Pen que Mélenchon"... grâce... à Mélenchon... qui n'est plus nulle part et qui rate jusqu'au virage populiste... en perpétuel arroseur arrosé. Il est clairement devenu un allié objectif du RN, un danger pour la démocratie.

A force d'éructer "Macron démission"... comme si la marionnette sans légitimité populaire du Medef et de l'ENA était le problème, la France, là tout suite, c'est non seulement "plutôt Le Pen que Mélenchon"... mais c'est aussi et d'abord : "plutôt Le Pen que Macron"... donc :

bravo les insoumis comme la lune : vous avez tout compris !...

Faut trouver les bon mots pour vous qualifier... simplets manipulés ça suffit pas... dangereux collabos névrosés c'est mieux...

Faute d'avoir pu phagocyter la gauche, Mélenchon drague éhontément sur le trottoir de droite... il devient clairement le fossoyeur d'une alternative politique... le "total loser" passe de simple et grotesque erreur de casting à grave danger pour la démocratie et la république.

Ici Mélenchon c'est le pire de la politique s'adonnant à la politique du pire... et le pire devient sûr...

Pour le supplétif définitif, l'éternel cocu de la république, le capitaine ad hoc, la populistosphère c'est : Caramba !... Encore raté !...

C - Macron a mesuré l'ampleur de sa connerie et compris la leçon  :

"Petite marionnette, quand tu rétrogrades en septième position, alors que tu prélèves 57 % du PIB, que tu détiens le record mondial absolu, sois au moins discret quand tu augmentes encore les impôts... surtout si c'est sur les gueux... qu'au moins ça ne se voit pas... tout de suite... ceci est un dernier avertissement." (Message conjoint du Medef et de l'ENA)

 

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.