«Ne sous-estimez pas le pouvoir qu'ont les femmes de décider de leur destin»

A quelques unes nous nous sommes rendues dans une salle de cinéma qui diffusait encore le film « Les Suffragettes ». Une heure et demi de coups au coeur. Nous sommes sorties de là sonnées (on l’était déjà avant de rentrer, il faut bien l’avouer).

Les Suffragettes © Pathé
Leur destin ? Le destin de leurs vies, qui passe par le destin de la Planète. Notre héritage. La leçon des Suffragettes 1912.

A quelques unes nous nous sommes rendues dans une salle de cinéma qui diffusait encore le film « Les Suffragettes ». Une heure et demi de coups au coeur. Nous sommes sorties de là sonnées (on l’était déjà avant de rentrer, il faut bien l’avouer).

Découvrir ou redécouvrir l’histoire de ces femmes de toutes origines sociales qui se sont organisées, battues pour acquérir le droit de vote à l’égal des hommes. Nous avons été scotchées par les dates du droit de vote dans les pays du monde, réalisant que pour certaines, c’était il y a 100 ans, d’autres 70, d’autres 40, d’autres hier ! comme en Arabie Saoudite. Ce vote, leur immense victoire, et le piège des élections qui nous enferment toutes et tous aujourd’hui dans un rôle de spectatrices et spectateurs dans un système institutionnel à bout de souffle.

 

Les Suffragettes © Pathé

 

Nous nous sommes interrogées après le film, dans un bistrot sur l’héritage de ces femmes et comment en être dignes.

Nous n’avons pas de réponse à priori. Nous savons juste que nous avons besoin de nous voir, en cercle de femmes une fois de temps en temps pour échanger nos visions, nos solutions très concrètes. Des rendez-vous dans des bistrots, dans l’espace public. Nécessaire mais sans doute pas suffisant.

Au fond de moi, je sais. Deux petites choses.

Je sais combien nous avons déjà de mal à nous sentir légitimes dans nos zones d’expertises alors imaginez sur la conduite du monde…

MAIS je sais aussi que nous détenons, par le seul fait d’être nées sur cette Planète, au moins la moitié des solutions et des responsabilités de ce qu'il adviendra.

Dans le monde, nous sommes 3 milliards 614 millions 736 mille femmes.

En France, nous sommes 34 millions 191 mille 678 femmes soit 2 millions de plus que les hommes.

Il y a 7% de femmes à la COP21 à la table du pouvoir. Les bombardements, l’Etat d’urgence sont décidés par une armée de parlementaires au 3/4 masculins qui se lèvent comme un seul homme au Parlement, engageant notre avenir sans que nous, citoyennes et citoyens, participions à la décision dont nous subissons de fait les conséquences.

Il n’est pas acceptable que nous soyons effacées à ce point alors que le monde connaît une période d’auto-destruction intense, menées par des guerres sous-tendues uniquement par des intérêts financiers et énergétiques. Nous sommes et nous serons comptables vis à vis des générations futures.

Ca me broie le coeur de nous voir, petites mains de la transition faire émerger tant de choses qui étaient et qui sont impossibles. Je vous vois partout réussir. Vous êtes mes espoirs, mes lumières avec ceux qui font le monde auquel j’aspire.

Ma conviction personnelle est qu’il nous faut défier les systèmes en place, à notre manière, nécessairement non violente, mais ferme, déterminée. Nous positionner.

Parler plus fort. Se faire confiance. Libérons-nous des barrières psychologiques qui nous entravent. Battons-nous pour nos droits et au delà, prenons notre place, pleine et entière qui nous revient.

Indiquez-moi ici si ça vous parle, ci-dessous et en messages privés si vous n’osez pas trop. Des actions se préparent. Il y en aura pour tous les goûts en respectant ce que chacune se sent à l’aise de faire ou pas.

Soyons à l’écoutes les unes des autres, stay tuned....

Prenez soin de vous.

 

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.