Puisqu’il nous faut encore déléguer, alors oui, je voterai EELV le 26 mai

Ca sonnait un peu comme une évidence. Qu’après toutes les marches pour le climat, les rapports accablants, après avoir pleuré de joie et d’admiration devant nos gosses qui se sont levés lors de leur propres marches, on allait être nombreuses et nombreux à revoter ou à voter EELV sans trop se poser de question. Je me rends compte que c’est encore vachement flou pour pas mal d'entre nous.

Comme si on était toutes et tous secoué.e.s, perdu.e.s. Les choses m'apparaissant simples et fluides, suite à ces quelques échanges ces dernières semaines, j'ai écrit ces lignes pour poser un peu les choses qui m'aidaient à me positionner, pour aller un peu plus loin dans nos échanges. Si ça peut contribuer à alimenter nos discussions récentes ou futures, tant mieux.

Alors, oui, on est en période de soulèvement. Oui c’est méga tendu. Ca craque de partout. Et c’est normal. Le monde entier vibre de ces secousses des femmes et des hommes qui hurlent devant des portes closes leur soif de démocratie, afin de trouver enfin leur dignité de citoyennes et citoyens. De reconnaissance de leur statut d’être pensant, agissant, pas d’enfants à couver, protéger de tout et de rien, déresponsabiliser, ou encore d’objets ou de masses à gérer, à faire consommer, à parquer, à sécuriser.
Oui les élections sont vraiment un piège à c… oui cette campagne est d'une pauvreté abyssale. Oui le Parlement européen n'a que peu de poids face à la Commission européenne ou au Conseil de l'UE. Comment s'étonner de ça ? Sa construction résulte des mêmes logiques d'exécutif tout puissant, face à un pouvoir législatif, faible, méprisé par l'exécutif, exactement comme chez nous. Les constructions post 2nde guerre mondiale ont été designées comme ça. (on va pas rentrer dans les détails)... Oui on voit pas le début d’un commencement de quoique ce soit de réjouissant. Oui la trahison des citoyennes et citoyens qui avaient dit NON au traité constitutionnel européen (dont je n’étais pas), lors du traité de Lisbonne en 2008 est une blessure indélébile pour chaque aspirante, aspirant à la démocratie, qui a accéléré la fin de cette ère politique, à minima la Vème.
Et oui il est insupportable de devoir déléguer notre avenir à des politiciens qui se foutent assez globalement de notre gueule depuis notre naissance. On a bien compris d’ailleurs que sous leurs airs de big boss du monde, ils n’ont pas le moindre leviers pour faire quoique ce soit, à part d'avoir un rôle de vulgaire comptable et encore, coincés dans leurs propres représentations mentales et sans pouvoir entamer aucun bras de fer avec les banques dont ils sont débiteurs et pieds et mains liés à leurs logiques qui parient sans sourciller sur la fin de l'espèce, des espèces.
Oui la démocratie représentative est en fin de course complète. Partout. Comme beaucoup d’entre vous, je l'ai quitté, j’ai rompu avec ce système merdique. Sans regret. Pour moi c’était une question de survie. Il n’y a pas grand chose qu’on puisse faire de l’intérieur. Certains y arrivent peut être un peu mieux ; je ne sais pas. Moi j’ai pas pas trouvé. L’air y était trop vicié. Pourri. On s’y rend fou, sociopathe ou malade. (Compassion pour celles et ceux qui y sont encore malgré tout. Je sais pas comment vous faites.) Je n'ai pas souhaité, en quittant le Modem et la belle tête de liste qu'on m'y offrait, de rejoindre EELV à sa naissance en 2009 malgré les ami.e.s qui s'y trouvaient, dont je partageais l'essentiel des combats et qui elles et eux commençaient, je ne supportais plus et, toujours pas, les appareils. J'ai voulu explorer d'autres voies. Etre libre. Et je me sens à ma place ainsi. Parmi nous. Sans vouloir prendre le pouvoir sur. Ca me va vachement mieux comme ça. Ceci étant dit...

Mais merde. Les seuls qui bossent bien au parlement européen en France, ce sont les Vertes et les Verts ! Et les noms que je vois sur cette liste le prouvent pour les sortant.e.s, leur bilan a chacune et à chacun est impressionnant, merci le boulot accompli pour ces mandats passés, peut être n’était il pas nécessaire d’en enchaîner un 3ème et de faire la place à de nouvelles têtes, mais bon, j’imagine et espère que vous aviez de bonnes raisons, et j’ai confiance pour les entrant.e.s, Damien Carême à Grand Synthe extraordinaire dans sa lutte contre l'Etat pour la dignité des enfants, femmes et hommes, migrant.e.s, Benoît Biteau, Marie Toussaint et j’en passe. Presque même pas besoin de regarder leurs noms. Je sais qu’ils et elles ont été et seront réglos. Qu’ils et elles feront le max pour lutter contre Monsanto, contre l’évasion fiscale, contre le nucléaire, contre le diesel, pour un accueil digne des réfugiées. Eux, n’ont pas, à ma connaissance, ces pratiques honteuses d’emplois fictifs où les assistant.e.s parlementaires travaillent en fait pour leur parti au lieu de travailler pour la fabrication des lois européennes. (rappel : je sais de quoi je parle, j'en avais pas conscience à l'époque, ce qui n'est pas une excuse, j’ai été l’une d’entre elle, comme beaucoup d’autres de collègues dans mon parti ou d’autres).

Alors oui envoyer nombreuses les Vert.e.s au Parlement européen, ça ne résoudra pas notre immense bug démocratique, social ou environnemental, et oui il se passe mille et une choses incroyables sous le radar de nos ronds points, de nos places, des Assemblées citoyennes de Commercy et de Saint Nazaire, des communes, des communs, de la transition, du municipalise en France et ailleurs, d'Extinction Rebellion et toutes les actions de désobéissance civile qui s'intensifient par l'action d'ONG comme Greepeace ? Conjugués, ouvrant toutes les brèches en même temps, ils sont le futur. Sont-ils antagonistes ? Pourquoi cultiver les ou et pas les « ET ». Chaque rendez-vous démocratique sa spécificité. Ses modalités. Et là, je ne vois pas mieux à faire.

Sinon quoi ? S’abstenir ? Voter blanc ? Je comprends la fatigue immense. Je la ressens. Mais je ferai pas ça cette fois-ci. Quels sont les autres choix ? Voter pour le parti de la peur et de la haine de l’Autre être humain ? Le parti « soi disant » macro-centriste (ah, ah) ou la droite qui favorise la finance débridée, l’évasion fiscale, les privatisations, et les lobbies d’intérêts privés, la mise en danger de nos soignants, de nos instit, de tous nos services publics, les forces de l’ordre y compris, la non régulation des GAFA ? Faire confiance à En Marche sur le plan européen alors qu’ils prouvent tous les jours en France qu’ils ont réussi la belle performance d’aggraver le bordel dans notre pays, attisant les clans, les injustices, comme sous Sarko, faisant un nombre de blessé.e.s inégalé.e.s dans un mouvement de contestation sociale depuis des lustres ? Manon Aubry était top chez Oxfam contre les paradis fiscaux, mais faire gagner LFI qui est partie en sucette autocratique ? Hamon qui ne m’avait pas paru plus que ça motivé par l’Europe quand il était député européen ? Glucksmann qui, s’il a le malheur d’être élu (pour lui comme pour nous toutes et tous) s’ennuiera comme un rat mort au bout de la 2ème, allez 3ème session parlementaire, une fois que les caméras se seront barrées après la campagne ? Ca me fait déjà mourir de rire de l’imaginer à Strasbourg ou à Bruxelles. Pour cette mauvaise série B, un e sorte de sitcom de Baron Noir, "Place publique-PS" avec Claire Nouvian qui dessert à mes yeux l’intérêt supérieur la cause environnementale, s’est lourdement trompée de stratégie, j’ai du mal à me l’expliquer tant son combat m’avait semblé juste, et se fiche de surcroit de nous en faisant tous les plateaux télés et tous les meeting alors qu’elle est 78 de liste en essayant de rabattre les écolo sur une proposition non crédible ? Qui a de surcroit, et j’ai du mal à l’avaler; craché sur les parlementaires européens Vertes et Verts qui ont largement contribué à obtenir les victoires de son association Bloom au Parlement. Moi pas comprendre Claire. Vraiment. Faudra que tu m'expliques.
Ou encore voter pour Canfin qui pleurnichera comme Hulot dans quelques mois ou années ? 
Ces 3 dernières listes qui cherchent à récupérer, tels des vautours, avec leurs prises de guerre, l’écologie me font vomir, vraiment. Où étaient-ils il y a 40 ans, 30 ans quand on émergé les luttes environnementales ? Où étaient-il pour protéger le bocage de Notre Dame des Landes ? Le larzac ? Toutes les ZAD ? L’émergence de Greenpeace, des Amis de la Terre, de Terre de liens, des AMAP, d'Enercoop, de la finance plus éthique, contre Bure, les autoroutes, Sivens ? Nada, il n’étaient nulle part. Alors oui il y a que les cons qui changent pas d’avis, mais franchement cet opportunisme pour tirer à soi l’élan planétaire me fout la gerbe. Au lieu de se mettre au service de, humblement, ils ramènent le flux à eux, ils sont des pions sur un Risk. En mentant. Ca sonne creux. Faux. Calcul.
Sérieusement on hésite avec ces listes ? Moi pas une seconde. Mais ça m'intéresse de savoir si oui pour vous, pourquoi. Brossat, est un bon élu parisien, super crédible sur la question du logement. Mais je préfère la cohérence programmatique des Verts. Vision d’ensemble. Ou encore les pirates dont je partage beaucoup d' idées ? Non pas sur cette élection là. Pas maintenant. Même si les questions des logiciels libres, des libertés numériques, de la connaissance et la culture distribuée partagée sont centrales pour moi, et intimement liées à celles de la dignité humaine, de l’écologie, de l'éducation et de la démocratie. Mon arbitrage personnel se fait ici sur le programme des Vertes et les Verts avec lesquels ils partagent beaucoup. Ou encore des listes GJ, celle de Lalanne ? Je ne peux pas. Cette starification, partout. Ca n’est pas respectueux de l’élan à centaines de milliers de visages, et la volonté, semble t'il partagée, de non représentation. En ça, le processus des Assemblées citoyennes suite à l'appel de Commercy est une joie à observer et suivre.

Oui, je trouverai complètement fou, absurde, à contre temps que les écolos ne fassent pas une percée au Parlement européen à l’heure d’une prise de conscience globale des citoyens et des citoyens émerge enfin, à l’heure de toutes ces marches à travers le monde, à l’heure des 2 millions de signatures pour l’Affaire du siècle en France. A l’heure d’enjeux si immenses qu’ils nous obligent.
On va leur dire quoi à nos gosses, sans pour autant leur cacher la limite de l'exercice du vote ? Que les seuls qui peuvent éventuellement faire un tout petit quelque chose n’ont pas fait une bonne campagne ? Qu’on avait la flemme. Que Jadot a dit une connerie sur les clivages ou pas, que gnagnagna, les égos…
Non EELV a raison de se présenter seule. C’est leur élection. La seule où ils puissent être libres. La seule où l’on peut faire grandir le groupe des verts européens sans se compromettre avec les partis de "gouvernement".

Après je compte sur les "élue.e.s" de ne pas faire les marioles si EELV fait un bon score et quelque soit le score d'ailleurs : "nous représentons x % blabblabla,", non, "nous sommes redevables de cette délégation des gens qui souhaitent qu'on bosse à fond sur nos sujets et sur notre programme. On se défoncera pour en être dignes..." Un truc comme ça ce serait cool. Ca changera de ces insupportables soirées de résultats électoraux où les partis font exprès "d'oublier", de nier qu'il y a 50 ou 60% d'abstention.

Maria Petiniaki, chère amie Verte de Grèce, je sais combien la logique de partis est pénible, mais je serai tellement heureuse de te voir siéger. Les frenchis sont des gens sérieux, tu pourras travailler avec eux en confiance. Je te recommande Karima, elle est vraiment super compétente et très cool.

Alors oui ça craint de parler de vote alors que je ne supporte plus cet exercice qui nous incapacite, nous toutes et tous, de bonne volonté, tant que perdureront les logiques d’élections, de représentation et de partis politiques, nous perdons un temps précieux pour construire la suite. Mais l’élection la plus douloureuse pour moi est franchement celle des présidentielles, cette Star Ac géante, honteuse, suivie des législatives, cette 3ème mi-temps qui donne le chèque en blanc, où successivement, comme dans un même mouvement, nous les faiseurs de rois, qu’on s’abstiennent ou qu’on vote, nous perdons toutes et tous notre capacité à choisir, agir, construire au coeur de nos maisons communes qui abritent la fabrication de toutes les lois qui encadrent toutes nos vies, de notre naissance, à notre mort, à celles des générations futures. Sans jamais que ces élus soient redevables, responsables, comptable de, ce qui est normalement le corollaire du pouvoir. La puissance qu’on nous refuse, nous assujettissant à des lois auxquelles nous ne contribuons pas, elle n’est conditionnée à rien. A part la non élection, mais les mécanismes sont tellement pipés, que les décisions qui entrainent inéluctablement le dévissage de la société et de la biodiversité, ne sont jamais, JAMAIS, punies.

Au moins ici, aux européennes, un seul tour. La proportionnelle. Oui j’aurai aimé que les Vert.e.s comprennent et progressent sur la question de la démocratie. Je pense qu’ils n’en n’ont pas encore pris toute la mesure. Qu’ils n’ont pas encore entendu combien la démocratie et l’écologie sont les mêmes processus vivants et que nos institutions sont aujourd’hui mortifères, ce sont elles la plus grande menace pour le vivant. Comme les partis politiques sont, eux, moribonds. Qui doivent disparaître pour que naisse autre chose. Quelque chose d’inattendu, de nouveau, de joyeux, de spontané dirais-je, une autre façon de générer du Nous, du collectif. Il y a tout à créer, tout à inventer. Et surtout, il n’y aura pas de baguette magique pour créer la suite de l’idéal démocratique que nous n’avons jusqu’à présent jamais éprouvé. Sortons de nos fantasmes, qu’un Grand débat, une constituante, un RIC nous sauvera de la misère démocratique dans laquelle nous sommes, entravé.e.s. Nous fantasmons des idées. Il faut les réaliser pour voir si c’est pertinent ou pas. Quelles nouvelles réalités elles génèrent. Est-ce que ça nous fait grandir, nous dépasser, sortir de notre coquille de notre intérêt personnel, de notre courte vue ou est-ce qu’elles nous paralysent encore un peu plus collectivement ? Entraînons-nous ! Essayons. Il y aura mille et une réponse. Elle ne viendra pas des gouvernants, de cet exécutif aveugle qui se précipite et nous précipite en même temps vers la violence en niant les citoyens et les citoyens. Elle ne viendra pas de révisions constitutionnelles, un coup de peinture sur un immeuble qui menace de s'effondrer, ou de grandes théories hors-sols, elle viendra des gens, des habitantes et des habitants de ce monde, de la matière. Du réel, de l'éprouvé. Du ressenti collectif. Pas à pas. En essayant, en testant de nouvelles modalités, sans demander la permission. En adoptant la logique d’expérimentation. En investissant notre place, qui n'attend que ça, être investie justement. Passer tranquillement et résolument de la notion de pouvoir à la notion de puissance. Du « Je » au « Nous ». Grandissant les un.e.s par les autres. Nous reconnaissant les uns, les unes, les autres, comme légitimes à dessiner notre destinée commune. Mais pour ça il va falloir tout changer. Nous d’abord. Des élections de délégués de classe, à celles des représentants de parents d’élèves, à la disparition déjà entamée des partis, des corps intermédiaires. Ces processus de sélection sont anachroniques, ils sont violents, contre productifs. Ca ne marche pas, plus. Il va falloir faire le deuil de la représentation telle qu'on l'a connue, logique morbide de compétition qui broie les gens et empêche la coopération, le pair à pair, l’horizontalité, la confiance, et l’intelligence collective dont nous avons tant besoin pour faire face, ensemble, soudés, êtres singuliers, apprenant de nos dissensus et faisant l’expérience de l’impact de nos décisions. Cette démocratie il va nous falloir l’hybrider avec les restes de la représentative, en respectant celles et ceux qui en ont encore besoin, et c'est leur choix et leur droit, ça dépend aussi de notre temps libre, de nos phases de vie, de ce qu'on peut consacrer ou pas à un temps citoyen, insufflant d'autres modalités, processus, valorisant ce temps accordé, dans tous les espaces de vie démocratique pour opérer en douceur.
Pourquoi en douceur ? Le chaos, et la peur qui s’en suivrait, s’empareraient des citoyennes et des citoyens, ne sont pas propices à l’évolution, consciente.

Pour donner un gage de bonne foi sur leur bonne compréhension de la nécessité d’hybrider la représentation avec d’autres formes, peut-être les Vert.e.s pourraient-ils offrir à toutes les habitant.e.s de France ou d’Europe même, quelques sièges dédiés à une expérimentation de démocratie directe à travers ces sièges supplémentaires ;-)… s’ils font plus de 8 ou 9% où ils sont encore tanqué.s à l’heure où je vous écris dans les sondages (les sondages ne me parlent pas, mais ça fait une jauge pour cette argumentation,vaine, mais c'est pas grave, ça se tente, ah, ah, ah ;-).).

Pour résumer donc, par respect pour toutes les marches, tous les combats de centaines de milliers, de millions de femmes et des hommes pour la planète, ses ressources, pour les espèces, pour la dignité humaine depuis des décennies, pour toutes celles et tous ceux qui m’ont enseigné l’état de la terre et m’ont donné envie de changer ce que je suis il y a une vingtaine d’années, de respecter le plus possible le vivant, avec beaucoup de contradictions assez costaudes encore, hum, mais de choisir le bio, le commerce équitable, les énergies renouvelables, les fringues à la production plus transparente et respectueuse, par respect pour les générations qui viennent, alors oui, sans hésiter, et même si ça change pas la face du monde, je voterai EELV le 26 mai prochain.

Et contrairement aux présidentielles, ce piège humiliant comme tous les 5 ans, auxquelles je me suis encore présentée les yeux embués de colère, de honte et de tristesse à la fois, cette fois-ci, le 26 mai au matin, j’irai le cœur léger faire ce que j’ai à faire, ce qui me semble le plus juste à aujourd’hui.

Et vous, où en êtes-vous ? Souhaitez-vous aussi partager le fruit de vos réflexions ?

 

PS : pardon pour les fautes, coquilles et les répétitions, j'ai plus de batterie pour me relire. Je me corrigerai dès que je retrouve du jus.

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.