Macron, tout se déroule comme prévu

Je suis outrée par la joie du camp Macron. 

Je suis scandalisée par son manque de retenue personnelle. 

Je suis écoeurée de la façon dont les médias traitent ces informations et diffusent des images de propagande : traversée de Paris et arrivée du candidat dans un restaurant (nous saurons même quel est le menu prévu). Images d’un vainqueur. Mais Emmanuel Macron n’a pas gagné. Un peu de dignité s’il vous plaît. 

Le Front National totalise plus de 22% des voix. 22% !

C’est reparti pour un 21 avril, 14 ans après. 14 ans de politique qui ont contribué à faire monter cette extrême droite française. Pire, son score est banalisé. 

Les partisans d’Emmanuel Macron se réjouissent alors qu’ils ont été au pouvoir et qu’ils portent donc la responsabilité de n’avoir pas su faire reculer le Front National. 

Et aujourd’hui ils nous demandent de choisir ? 

Je les accuse d’avoir consciemment créé cette situation et je m’explique. 

Trop à gauche pour les nantis de notre pays, Benoît Hamon a remporté les primaires du Parti Socialiste, Dès lors, la gauche capitaliste, souvent appelée « les amis du CAC 40 «, ne pouvait plus soutenir le candidat pourtant désigné par les électeurs. 

Sans scrupules, ces capitalistes hypocrites auraient très bien pu se tourner vers le candidat de la droite. Seulement voilà… si les primaires du PS ont engendré un candidat plus à gauche, les primaires du camp adverse ont aussi engendré un candidat trop à droite et cela change la donne. 

Les marchés financiers ne veulent pas la victoire du Front National, trop néfaste pour les affaires. Or François Fillon est un peu trop proche des idées d’extrême droite… Tellement proche qu’un second tour Fillon / Le Pen serait bien trop risqué pour eux, même si l’éventualité est faible. Devant cette dernière alternative, de nombreux électeurs n’auraient effectivement pas pris la peine de se déplacer jusqu‘aux urnes. Le risque était trop grand. 

Alors…. il restait Emmanuel Macron ! Déjà choisi et propulsé par la plupart des grands partons français, le pseudo dissident du Parti Socialiste semble être le candidat idéal. Emmanuel Macron est jeune, dynamique, capable de présenter un programme ultra libéral en mimant une ambition d’égalité sociale… Ni à droite, ni à gauche (ça quand même, on aurait eu du mal à y croire), un centriste idéal pour justifier la naissance d’un nouveau mouvement et grapiller des voix un peu partout, parce que malheureusement, il n’y a pas que les patrons du CAC 40 qui votent.

Il faut préciser que ces « amis du CAC 40 » sont aussi les grands propriétaires des médias. Je rappelle que c’est sous le gouvernement Hollande que que Bernard Arnault rachète le Parisien (déjà propriétaire des Echos) et que Vincent Bolloré prend le contrôle du groupe Canal Plus, même concentration pour le groupe Le Monde… et j’en passe… Sous le gouvernement Hollande et avec Emmanuel Macron à l’économie et aux finances. 

Toutes ces affaires ça crée des liens, on se fait des potes quoi, normal. 

Bon. 

Pour garantir la victoire d’Emmanuel Macron, une seule solution : choisir son adversaire. Le pire de tous… François Fillon, pour les raisons que j’ai déjà évoquées et aussi pour l’incertitude de l’issue d’un duel Macron / Fillon, entre deux libéraux… aucune certitude.

Dès lors, un des objectifs est de faire tomber Fillon. 

C’est ainsi que deux journalistes du Canard Enchaîné ont miraculeusement accès à des dossiers sur le candidat Les Républicains. L’emballement médiatique s’occupe de tout, malgré son obstination Fillon est anéanti. 

A gauche, le résultat des primaires du PS est plutôt une bonne nouvelle. Il suffit de demander à quelques amis d’officialiser leur soutien (en échange d’une petite place au chaud) et l’affaire est dans le sac. Ils ont quand même bossé ensemble pendant des années, ça vaut bien un petit coup de main. Les soutiens se multiplient, à gauche, à droite. 

Alors voilà. Voilà l’adversaire idéal désigné. 

Macron face à Le Pen. Un boulevard. 

Celui qui garantit la victoire. 

Celui qui présage un ras de marrée. 

Un vrai délice. Par avance. 

Déjà ce soir, avant même le début de la campagne, Macron est désigné comme le grand vainqueur ! Marron président !

Je suis écoeurée. 

J’ai juste envie de dire à tous mes amis qui ont voté pour ce candidat :

J’espère que vous avez le coeur bien accroché les gars. 

J’espère que votre souhait n’est pas que l’écologie soit au centre de la politique. 

J’espère que votre espoir n’est pas de voir une politique de gauche exercée par cet homme ultra libéral en lien étroit avec les entreprises les plus puissantes de notre pays et donc les plus influentes. Ce sont elles qui vont gouverner désormais. 

Vous dire aussi qu’à force de jouer avec le feu, un jour, les électeurs en décideront autrement. Que le coup du choix de l’adversaire en supprimant les autres va finir par donner une catastrophe. 

Et vous dire enfin,que le camp Macron n’avait pas prévu quelque chose : l’extraordinaire élan militant de la gauche. 

À ce titre, les 20% de Jean-Luc Mélenchon constituent un résultat formidable. Cet élan est vif et prometteur. La rue est en mouvement. 

Je crois en cette force qui reste intacte. Cet élan est formidable, riche et plein de promesses. 

Débattons, informons nous, continuons à écrie, à penser. 

Créons ensemble. 

Résistons ensemble. 

Et rendez-vous pour les législatives ! 

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.