Rachid Barbouch
Journaliste freelance, Chroniqueur indépendant.
Abonné·e de Mediapart

762 Billets

4 Éditions

Billet de blog 8 sept. 2017

Rohingyas : Ashin Wirathu et Aung San Suu kyi dans le box des accusés

Le nettoyage ethnique dont fait l'objet les musulmans Rohingyas ne peut rester impuni. Des milliers de pauvres innocents, des femmes et des enfants ont été tués jusqu'à maintenant. La responsabilité de ces massacres incombe principalement à deux figures importantes de l'échiquier birman : La présidente Aung San Suu kyi et le moine extrémiste Ashin Wirathu.

Rachid Barbouch
Journaliste freelance, Chroniqueur indépendant.
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

  Il est un fait que personne ne peut nier: Les militaires birmans et des groupes de moines extrémistes conduits par Ashin Wirathu se sont rendus coupables de la mort de plusieurs milliers de musulmans Rohingyas, des massacres à grande échelle qui s'apparentent en tous points à un nettoyage ethnique.

  La Prix Nobel de la Paix Aung San Suu Kyi qui se trouve à la tête de l'Etat de Birmanie et qui se trouve également aux commandes de l'armée assume la pleine responsabilité de ces massacres en masse.

  Non seulement Madame Aung San Suu Kyi n'a rien fait pour empêcher que de tels actes ne soient commis mais elle est allée jusqu'à nier que de tels massacres aient eu lieu, se confinant dans une logique de déni de la réalité.

  Vu l'ampleur des tueries organisées, des voix se sont élevées dernièrement demandant le retrait immédiat de son Prix Nobel de la Paix à Aung San Suu Kyi, celle-ci ne méritant pas de le porter étant son implication directe dans l'épuration ethnique visant les Rohingyas.

  Partant du principe qu'on ne peut orchestrer la mort d'une personne et à fortiori de plusieurs milliers de civils innocents sans être jugés, le bonze extrémiste Ashin Wirathu et la chef d'Etat Aung San Suu Kyi doivent répondre de leur crimes contre l'humanité devant une Instance juridique internationale.

  Pour sauver leur peau, les Rohingyas fuient en masse leur pays pour s'installer chez les Etats voisins qui rechignent à les accueillir chez eux. L'Onu parle aujourd'hui de l'exode en tout de plus de 270 000 réfugiés Rohingyas .

L’auteur n’a pas autorisé les commentaires sur ce billet

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Économie
Marchandisation du virtuel : la fuite en avant du système économique
Les NFT, ces jetons non-fongibles qui garantissent la propriété exclusive d’un objet numérique, et le métavers, sorte d’univers parallèle virtuel, sont les deux grandes tendances technologiques de 2021. Mais ce sont surtout les symptômes d’un capitalisme crépusculaire.
par Romaric Godin
Journal
Le fonds américain Carlyle émet (beaucoup) plus de CO2 qu’il ne le prétend
La société de de capital-investissement, membre d’une coalition contre le changement climatique lancée par Emmanuel Macron, affiche un bilan carbone neutre. Et pour cause : il ne prend pas en compte ses actifs dans les énergies fossiles. Exemple avec l’une de ses compagnies pétrolières, implantée au Gabon, Assala Energy.
par Michael Pauron
Journal — Santé
Covid long : ces patientes en quête de solutions extrêmes à l’étranger
Le désespoir des oubliées du Covid-19, ces Françaises souffrant de symptômes prolongés, les pousse à franchir la frontière pour tester des thérapies très coûteuses et hasardeuses. Dans l’impasse, Frédérique, 46 ans, a même opté pour le suicide assisté en Suisse, selon les informations de Mediapart.
par Rozenn Le Saint
Journal
À Hong Kong, Pékin met les médias au pas
En moins de vingt ans, l’ancienne colonie britannique est passée de la 18e à la 80e place dans le classement mondial de la liberté de la presse de Reporters sans frontières (RSF). De nombreux journalistes partent ou s’apprêtent à le faire, tandis que d’autres ont décidé de résister.
par Alice Herait

La sélection du Club

Billet de blog
Remettre l’école au milieu de la République
Parce qu'elle est centrale dans nos vies, l'école devrait être au centre de la campagne 2022. Pourtant les seuls qui en parlent sont les réactionnaires qui rêvent d'une éducation militarisée. Il est urgent de faire de l'école le coeur du projet de la gauche écologique et sociale. Il est urgent de remettre l'école au coeur de la Nation et de la République.
par edouard gaudot
Billet de blog
Abolir les mythes du capital
Ces derniers jours au sein de l'Éducation Nationale sont à l'image des précédents, mais aussi à celle du reste de la société. En continuant de subir et de croire aux mythes qui nous sont servis nous nous transformons inexorablement en monstres prêts à accepter le pire. Que pouvons-nous faire pour retrouver la puissance et l'humanité perdues ?
par Jadran Svrdlin
Billet de blog
Dépense moyenne par élève et étudiant : quand un élève en « vaut » deux
Les choix de dépense publique illustrent une politique : on dépense pour un.e élève de classe prépa plus que pour une écolière et un collégien réunis. Vous avez dit « égalité des chances » ?
par Jean-Pierre Veran
Billet de blog
Au secours ! le distanciel revient…
Le spectre du distanciel hante l'Europe... Mais en a-t-on dressé le bilan ? Les voix des « experts » (en technologies numériques, plutôt qu'en pédagogie) continuent de se faire bruyamment entendre, peut-être pour couvrir la parole des enseignant-e-s... et des élèves.
par Julien Cueille