Marine Le Pen au-dessus des Lois ?

Convoquée par un juge d’instruction en vue de sa mise en examen pour avoir publié un document judiciaire avant son exposition en audience au Tribunal, Marine Le Pen ne s’est pas présentée au rendez-vous. Son avocat a invoqué son immunité parlementaire pour justifier son refus de se soumettre à la justice.

5feb8c59-a05e-4069-b405-44b7ebcc9939
    

    Le mardi 16 juillet, Marine Le Pen, présidente du Rassemblement national, ex-Front National parti d’extrême droite habillé au goût du jour, ne s’est pas présentée au Tribunal de Versailles où elle devait être mise en examen pour “publication d'actes de procédure pénale avant leur lecture en audience publique”.

    Pour justifier ce refus, Marine Le Pen  s’est retranchée derrière son immunité parlementaire en dénonçant ce qu’elle considère comme un acharnement judiciaire à son encontre.

   Rappel des faits:  Sur Twitter, le 20 septembre 2018, la chef de file du parti d’extrême-droite  avait publié une ordonnance d'expertise psychiatrique dont elle faisait l’objet pour dénoncer soit-disant des  "méthodes"  dignes des “ régimes totalitaires".

    Ladite ordonnance est pourtant une procédure normale prévue  par la loi et  diligentée dans le cadre d’une autre affaire dans laquelle  était poursuivie depuis 2015 la présidente du Rassemblement National pour “la diffusion d’images violentes” sur Twitter

    Prochain épisode: Après son refus de répondre favorablement à la convocation du juge d’instruction, une demande d’une levée de son immunité  pourrait être réclamée au sein du Parlement.

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.