Amar Saadani: Le Sahara est marocain

Amar Saadani, ancien secrétaire général du Front de Libération Nationale et ancien président de l’Assemblée Nationale Populaire, vient de provoquer un véritable séisme en Algérie en reconnaissant la marocanité du Sahara. Cette annonce a d’autant plus surpris le monde politique, aussi bien en Algérie qu’au Maroc, que le personnage qui fait cet aveu est un très très haut responsable du régime.


a31492bc-6bd3-417c-b73f-7854acf26a43


  Le Sahara est marocain. Le désaveu est  pour le moins qu’on puisse dire cinglant pour le fantomatique Front du Polisario qui ne s’attendait certainement pas à une telle déclaration émanant d’un   dignitaire de haut rang au sein du régime.

    Prenant les devants, l’ancien Secrétaire Général du FLN et ancien président du parlement algérien Amar Saadani a expliqué hier sans ambages à un journaliste de TSA Algérie, comment le Polisario a été créé et combien il a coûté à son pays :

  «  En vérité, je considère que le Sahara est marocain et rien d’autre. Il a été enlevé au Maroc au congrès de Berlin. Aussi, je pense que l’Algérie a versé pendant cinquante ans des sommes faramineuses à ce qui est appelé le Polisario et cette organisation n’a rien fait et n’est pas parvenue à sortir de l’impasse” .

   Regrettant ce gâchis, Amar Saadani veut aujourd’hui tourner la page, fonder les relations entre les deux pays voisins sur de nouvelles bases:

  «  Je pense que la question du Sahara doit prendre fin et que l’Algérie et le Maroc doivent ouvrir leurs frontières et normaliser leurs relations. L’argent versé au Polisario, avec lequel ses membres se baladent depuis cinquante ans dans les hôtels de luxe, doit revenir à Souk Ahras, El Bayadh, Tamanrasset et autres villes. C’est mon avis, même s’il doit déplaire à certains”.

   Ce retour vers la sagesse s’explique, selon Amar Saadani, par les changements politiques en cours dans cette région de l’Afrique du Nord:

    «  Je pense que la conjoncture est favorable car il y a l’élection d’un nouveau président et le changement de système en Tunisie, l’Algérie se dirige vers une élection et un changement de système, la Libye aussi vit une transformation. Tout cela peut concourir à relancer l’unité maghrébine comme l’ont voulue les vétérans du FLN et de tous les partis nationalistes, du Maroc, d’Algérie, de Tunisie et de toute l’Afrique du Nord”,

  

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.