Maroc: Une bourse D’ISTIHQAQ inconnue du public concerné

Pour aider et encourager les bacheliers les plus méritants, la Fondation Mohammed VI accorde chaque année une bourse d’ISTIHQAQ aux élèves détenteurs d’un bac (avec mention très bien) comptant s’inscrire dans un établissement supérieur marocain. Une initiative fort louable. Mais, le seul hic est qu’une majorité des élèves ignore l’existence de cette bourse...

30fd46de-cbec-435b-b4b0-da970374fca0

 La bourse d’ISTIHQAQ, étalée sur trois ans, à raison de 10 000 dhs par an, s’élève à un montant total de 30 000 dhs et est accordée aux bacheliers ayant obtenu une moyenne générale d’au moins 16/20.

 Pour y avoir droit, il faut avoir souscrit une adhésion à la Fondation Mohammed VI ( cela concerne les parents d’élèves de certains ministères seulement) et être inscrit dans un établissement supérieur marocain, public ou privé, reconnu par l’Etat.

  Ladite bourse au mérite est destinée principalement  à encourager une élite d’étudiants marocains  au cours de leurs études supérieures.

   En revanche, il est un problème de taille: Ladite bourse est presque totalement inconnue des personnes concernées. 

   Dans les lycées, aucun affichage ne mentionne, en effet, son existence. Par conséquent, une grande partie des bacheliers méritants s’en trouve dépourvue.

    Un manque d’informations assez inquiétant chez les élèves dont les parents cotisent au sein de cette Fondation.

  Mauvaise nouvelle aussi pour les élèves qui viennent d’obtenir leur bac cette année et qui répondent aux critères de sélection: C’est trop tard pour en bénéficier !

  Les délais sont en effet dépassés et aucun recours n’est possible en principe. La bourse s’adresse malheureusement  aux seuls bacheliers nouvellement diplômés.

 Pour de plus amples informations, les intéressés sont invités à se rendre sur le site de la Fondation Mohammed VI. 

  

 

  

  

  

    

  

    

  

  

  

   

  

  

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.