Guerre Yougoslavie

Le 9 juin 1999, un accord de cessez-le-feu met fin à la guerre qui oppose Serbes et Albanais au Kosovo depuis plus d'un an.

Le 9 juin 1999, un accord de cessez-le-feu met fin à la guerre qui oppose Serbes et Albanais au Kosovo depuis plus d'un an.
Sous Tito, le Kosovo, rattaché à la Serbie, n'a pas le statut de république. Il le demande en vain en 1974 et en 1981, lors de manifestations étudiantes. Elles sont réprimées dans le sang - il y a 400 morts. Le 23 février 1989, Slobodan Milosevic abolit même l'autonomie dont les Kosovars disposaient jusque-là. La LDK (Ligue de défense du Kosovo) d'Ibrahim Rugova réagit d'abord pacifiquement, avec l'organisation d'un référendum et la création d'institutions parallèles non admises par Belgrade.


Puis la lutte se radicalise, avec la formation d'une Armée de libération du Kosovo (UCK). Celle-ci, estimant que le Kosovo a été "oublié" lors de la signature des accords de Dayton en 1995, organise de nouvelles manifestations étudiantes en septembre 1997. Au début de 1998, une intervention serbe contre l'UCK fait 80 morts. En mars, le refus par Belgrade d'une médiation internationale fait monter la tension. De mai à août, l'offensive serbe, accompagnée de tueries de civils et de nettoyage ethnique, permet la reprise des zones dirigées par l'UCK... mais pousse l'OTAN et l'OSCE (Organisation pour la sécurité et la coopération en Europe) à intervenir. Un plan d'autonomie du Kosovo est élaboré en décembre, mais les Serbes le rejettent. En mars 1999, une nouvelle attaque serbe déclenche une campagne de bombardements aériens par l'OTAN d'objectifs militaires et civils serbes, à compter du 24 mars. Des preuves de crimes de guerre ayant été trouvées, Milosevic est inculpé le 27 mai par le TPI (Tribunal pénal international). Et finalement, après intervention de la Russie le 3 juin, le cessez-le-feu est conclu le 9. Le 10, l'OTAN cesse ses frappes aériennes et l'ONU déploie une force de présence : la MINUK. Le Kosovo devient indépendant le 17 février 2008.

En illustration, la signature de l'accord de cessez-le-feu, à Kumanovo (en Macédoine). En illustration, la signature de l'accord de cessez-le-feu, à Kumanovo (en Macédoine).

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.

L'auteur a choisi de fermer cet article aux commentaires.