Le Tibet et le Turkestan Oriental - le théâtre du colon chinois

Comme au Tibet, en Turkestan Oriental une loi similaire a été adoptée il y a cinq ans et utilisée pour mettre en détention d’au moins deux millions de Ouïgours et les autres Musulmans, avec quelques ethnique Kazakhs et Ouzbeks dans les “camps de ré-éducation”. Ce n’est pas la première fois que l’expression de l’unité ethnique a été mentionnée par la Chine.

Cela fait aujourd'hui un an que l'entrée en vigueur une loi adoptée en janvier 2020, sur “l’unité ethnique” au Tibet.

La loi précise que “le Tibet a été une partie inaliénable de la Chine depuis les temps anciens”, et qu’il est de “la responsabilité commune des gens de tous les groupes ethniques à la sauvegarde de la réunification de la patrie et de prendre une position claire contre le séparatisme”.

Cette nouvelle loi exige aussi une participation égale des groupes ethniques non tibétains à tous les niveaux du gouvernement et dans les écoles, les entreprises privées, les centres religieux et les militaires.

Comme le Tibet, en Turkestan Oriental une loi similaire a été adoptée il y a cinq ans et utilisée pour mettre en détention d’au moins deux millions de Ouïgours et les autres Musulmans, avec quelques ethnique Kazakhs et Ouzbeks dans les “camps de ré-éducation”.

Ce n’est pas la première fois que l’expression de l’unité ethnique a été mentionnée par la Chine.

Écoles de nuit obligatoires pour les agriculteurs tibétains dans l’est du Tibet © Anon Écoles de nuit obligatoires pour les agriculteurs tibétains dans l’est du Tibet © Anon
Avant cela, en 2016, la Chine a lancé une campagne en Turkestan Oriental afin de “promouvoir l’unité ethnique et a appelé à respecter les cultures des minorités”.

En 2019, Xi Jinping a exhorté les gens à renforcer l’esprit de communauté et a appelé les groupes ethniques à s’unir. En septembre 2019, il a souligné que l’enseignement patriotique devrait être une priorité. En novembre 2019, le Parti Communiste de Chine (PCC) du Comité Central et le Conseil d’État a publié un plan pour la promotion de l’éducation patriotique de la nouvelle ère. Par conséquent, l’éducation patriotique est un outil important pour la promotion des valeurs que la poursuite de“l’unité ethnique”.

À partir de février 2018, les autorités provinciales et régionales du Tibet ont supervisé une répression contre ce que le PCC appelle les « forces du monde souterrain » et les « gangs criminels ». Les notifications publiques, appelant à l'aide du public, ont clairement indiqué que la définition des gangs criminels comprenait les Tibétains qui organisent des manifestations pour protéger l'environnement, les critiques des autorités gouvernementales locales ou nationales et les Tibétains qui tentent de préserver la langue et les coutumes du Tibet.

Des informations provenant de sources officielles et des informations introduites clandestinement du Tibet suggèrent qu'au moins 400 Tibétains ont été arrêtés dans le cadre de cette répression, 385 personnes dans la seule Région autonome du Tibet étant jugées et reconnues coupables de soi-disant « crimes liés aux gangs ». » entre janvier et décembre 2018.

Écoles de nuit obligatoires pour les agriculteurs tibétains dans l’est du Tibet 2 © Anon Écoles de nuit obligatoires pour les agriculteurs tibétains dans l’est du Tibet 2 © Anon
Plus récemment, selon un article paru le 1er avril 2020 dans « China Tibet Online », la campagne en 17 points intitulée : « Écraser les rumeurs et activités réactionnaires » offre de l’argent aux personnes qui dénoncent aux autorités un large éventail d'activités illégales.

Les dénonciateurs peuvent gagner entre 1 000 et 10 000 yuans (130 à 1300 euros environ) pour leurs rapports sur des activités allant de la création ou distribution de publications non autorisées, le plaidoyer pour un degré d'autonomie plus élevé au Tibet, et les « mauvais conseils » donnés aux fidèles en les menant vers des croyances superstitieuses.

Les mesures évoquent également spécifiquement « ceux qui prônent des activités illégales comme l'appel à l'indépendance du Tibet. »

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.