lorraine election 2015

En répondant à un ami qui cite Jacques Rancière pour trouver une réponse au vote du deuxième tour en Alsace-Champagne Ardennes Lorraine je réponds que je n'ai pas encore pris de décision et j'exprime ici ma réflexion sur la situation.

Elections régionales 2015

Réponse à Michel Moreaux

 

 

Jacques Rancière est l'un de nos "éclaireurs" à la commission "politiques culturelles" de la CGT. La philo aide à réfléchir, à poser les questions mais elle ne paye pas l'addition comme dit Brecht dans son poème à l'éducation. Je crois connaître dans un long parcours au CESER de Lorraine les personnages de la politique régionale. Le bilan est mitigé, pas toujours à l'avantage des acteurs politiques de la majorité de gauche et des représentants de la « société civile» qui les soutenaient.

Les conflits avec la majorité précédente n'étaient pas des querelles de style mais bien des oppositions de fond sur des choix économiques et sociaux essentiels - l'opacité sur les aides aux entreprises, le fiasco calculé de Vandières, l'incroyable histoire de Chambley (qui ressemble étrangement à celle des "chinois" de M. Weitten à Yutz), l'incapacité à mettre en œuvre un "dialogue social" avec les fonctionnaires de la région, la destruction systématique de nos emplois industriels avec la formidable impuissance assumée pour s'opposer aux choix dictés par la puissance de l'argent - Florange n'est pas un roman.  La politique est devenue une sorte de technologie sociale où  la carrière professionnelle et la notoriété des prétendants est un enjeu majeur pour les candidats placés en bonne position par leurs appareils ayant perdu les principes et les combats de la fondation des partis politiques (Jaurès n'est pas mort qu'une seule fois). Masseret et d'autres en sont l'incarnation et nous avons tous notre part de responsabilité dans ce phénomène.

 

Socialisme libéral contre Libéralisme social avec à la clé le national-libéralisme-social modernisé à la sauce Phillipot et Le Pen. Ce parti familial synthétise ce qu'il critique en dénonçant une alliance entre la PS et l'ex UMP qu'ils accusent de tous les maux de notre société. Ils ajoutent des frontières raciales et géographiques à leur projet qui se présentent comme une alternative crédible pour des milliers de gens qui ont peur, qui se sentent floués et frustrés et qui souhaitent donner une "bonne leçon" à ceux qu'ils voient comme leurs dirigeants.!

 

En maintenant sa liste, malgré le désistement de 75 de ses membres Masseret tente un coup ou pose un acte de résistance en interpellant tous les militants et les citoyens. Ne jugeons pas trop rapidement ce sursaut qui a le mérite de lancer un débat enfin retrouvé et indispensable à la chose publique. Restons lucides car il serait illusoire d'imaginer que la conscience civique - si elle existe - l'emporterait demain par on ne sait quel miracle laïque.

Devant mon écran, à cette heure je n'ai pas encore pris de décision  je n'ai donc aucune consigne de vote à donner. Je fais confiance et je respecte les décisions de tous ceux avec qui j'ai pu dans toute notre histoire commune militer pour toutes les causes que nous trouvions justes car elles ne visaient qu'à la seule finalité de l'émancipation et des principes universels des droits de l’Homme et du citoyen.

 

Si j'habitais Lille ou Marseille je m'abstiendrais ! La région fondatrice de la SFIO, des clubs Léo Lagrange et de l'Union de la Gauche avec tous ses avatars historiques ne mérite pas le sort qui est le sien. S'il reste encore une classe ouvrière qu'elle se batte avec ses armes, le Nord est plus qu'une région c'est l'histoire de nos luttes sociales ! Pour la région PACA j'attends des arguments pour justifier un vote en faveur du président du groupe des Républicains à l'Assemblée Nationale. Cette "région" a été dévastée par la spéculation immobilière, le tourisme marchand et la quiétude angoissée des retraités nantis bien à l’abri dans leurs pavillons sécurisés. Les autres, c'est à dire le plus grand nombre, ne peuvent plus faire confiance à des appareils politiques gangrénés par de multiples affaires et ceux qui résistent encore comme les "Fralib" se battent pied à pied pour conserver leur emploi après avoir regagné une dignité qu'ils n'ont jamais perdu. Ce n'est pas Estrosi qui va les aider !

 

La recomposition politique actuelle menée par le premier ministre est bien dans la préparation de l'élection présidentielle,  cette monarchie républicaine  qui plombe l'espoir d'un renouvellement démocratique et citoyen. Dans cette transformation qui nous sera imposée il reste toujours les références à notre histoire pouvant servir à comprendre et ne pas recommencer les terribles tragédies du XXème siècle.

 

Nous voulions changer le monde, il ne nous a pas attendu et entendu pour être ce qu'il est aujourd'hui ! Il est globalisé et fragile comme le rappelle la réunion de la COP 21,  mondialisé avec toutes les outrances de la financiarisation derrière les frontières des paradis fiscaux. Ce monde ouvert ne doit pas être une source de profits pour quelques-uns et un enfer terrorisant pour un grand nombre contraints de quitter leurs pays. Ce monde global existe dans nos villes, la liste des victimes des attentats du 13 novembre le prouve et jamais un mur entre des peuples n'a été un signe de paix et de progrès.  Le global et le local forment notre environnement économique, social et culturel. Le Front National est dans le déni de la réalité en faisant croire que le repli et les barrières permettront aux régions de vivre mieux. Depuis son origine il fait de l'étranger l'adversaire de notre manière de vivre alors que toute l'histoire de l'humanité s'est construite dans le partage des langues, des cultures, des religions et des sciences...

 

La diversité est une richesse, nous pouvons apprendre des autres, nous ne sommes pas les seuls à vouloir que le monde se transforme. Il est possible de garder l'espoir et la volonté d'agir pour parvenir à plus de justice et d'égalité. Cela est possible localement, car les luttes des femmes et des hommes dans tous les pays donnent du sens à la dignité et à la fraternité. Cela pourrait être la raison de mon vote dimanche en faveur de la liste de droite. Sera-t-elle ouverte au monde, à l'Europe, à nos voisins sans en faire uniquement des clients ou des fournisseurs ?

 

A  Robert Desnos mort en déportation :

âgé de cent mille ans j'aurai encore la force de t'attendre demain pressenti par l'espoir

le temps vieillard souffrant de multiples entorses peut gémir

neuf et le matin, neuf et le soir...

 

Raymond Bayer

 

----- Original Message -----

Fromaymond Michel Moreaux

To: Devalland

Sent: Friday, December 11, 2015 10:42 PM

Subject: Elections

 

 

Cher, cher,

 

. Le débat ne peut qu'aider et permettre de  tenter de sortir de l'inextricable.

En cadeau et pour nourrir encore ta réflexion, je t'envoie 3 articles de Jacques Rancière (cf. p.j.). Il s'y dit, ma foi, des choses bien intéressantes et qui font penser. Et, on ne pense que contre soi, comme on le sait...

 

Bon courage, fais le meilleur choix en ton âme et conscience (le problème est peut-être plus éthique que politique, en définitive: quand l'éthique de conviction entre en conflit avec l'éthique de responsabilité...).

Amitiés a vous deux.

Michel

 

 

 

 

 

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.